Logo du site
Dossier : Monde cherche citoyens

Désobéir pour le climat

Yes we can ©Peter Blanchard
Yes we can ©Peter Blanchard
Si elle n'est pas née activiste, Clémence Dubois nous raconte son parcours d'engagement. Il démarre en 2008, par la faillite d'une grande banque d'investissements américaine.

J’ai eu 18 ans – devenant pleinement citoyenne – quand Lehman Brothers a fait faillite. La quasi-absence de régulation en réponse à la crise financière a clairement exposé la défaite de nos gouvernements, incapables de garantir un avenir commun juste et durable. Par la suite, j’ai pris conscience, brutalement, de la temporalité de la crise climatique : j’ai ressenti un profond sentiment d’insécurité physique quant au futur.

« Si nous ne changeons pas radicalement notre système énergétique et économique rapidement, tout progrès sera vain », avance Bill McKibben, le co-fondateur de 350.org. En d’autres termes, gagner lentement, c’est perdre. Pourtant, au mépris de cette réalité physique et de leurs engagements, nos gouvernements, quand ils décident d’agir, le font au mieux de manière incrémentale. Comment les pousser à agir beaucoup plus rapidement ?

Une condition m’est apparue évidente : cesser d’agir seule. Je me suis engagée dans une campagne de désinvestissement pour demander à mon université, en Angleterre, de retirer de son portefeuille tous les actifs détenus dans les énergies fossiles. Nous lui demandions de cesser de collaborer avec l’industrie fossile. La destruction du climat ne se ferait ni en notre nom, ni avec notre argent. Un an après, le jour du début de la Cop21, l’université choisissait de désinvestir et rompait publiquement ses liens avec l’industrie fossile. Cette décision prise par un cercle d’influence de premier plan a démultiplié l’impact politique de la quinzaine d’étudiants que nous étions. Cet effet boule de neige ne doit pas être minimisé: ainsi, peu de temps après que l’université de Californie a choisi de désinvestir, sous la pression étudiante, c’est le fonds de pension de l’État qui suivait.

Plus de 600 institutions ont rejoint le mouvement zéro fossile. Au-delà de la non-coopération avec l’industrie fossile exigée de nos institutions, nous nous sommes engagés dans une stratégie de résistance face aux projets destructeurs. En mai dernier, rejoignant une vague de désobéissance civile sur tous les continents, nous étions plus de 4000 pour bloquer, pendant 48h, la mine de charbon la plus polluante d’Allemagne, montrant concrètement aux gouvernements ce que nous attendions d’eux : laisser les fossiles dans le sol.

Je ne suis pas née activiste. J’ai été amenée à sortir de ma zone de confort pour me confronter, directement, à l’industrie fossile. Grâce à ces mobilisations citoyennes, de plus en plus nombreuses, je nourris l’espoir qu’un jour, nous réussirons à renverser le statu quo et à préserver ce que nous aimons.



L’accord de Paris implique que plus aucun projet lié au pétrole, au gaz ou au charbon ne voie le jour. Il faut même anticiper la fermeture de certaines exploitations. Mais l’industrie fossile demeure toute puissante. Elle ne se contente pas de marginaliser les énergies renouvelables, elle freine depuis des décennies toute régulation climatique ambitieuse.

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Le religieux face au politique

Resumé La société a-t-elle besoin du religieux ? Oui sans doute. Mais ce religieux est disséminé, vécu « à la carte » par l’individu. Quant au politique, il gère mais ne mobilise plus les citoyens. D’où la même relative faiblesse de l’Etat et des Eglises, le même déclin du militantisme. Le partage entre religion et politique, tel qu’il a été pensé depuis deux siècles, en France surtout, correspond à deux visions de base (certes en elles-mêmes très différenciées) du religieux et de ce qu’il repré...

Libéralisme et socialisme

Resumé Le libéralisme et le socialisme semblent s’opposer comme deux philosophies de l’homme et de la société. Pourtant, le socialisme est aussi une philosophie de la liberté. Les penseurs libéraux ne se sont pas privés d’attaquer violemment, dès ses premières formulations, la « présomption fatale » du socialisme, aussi bien dans son idée de buts assignés à l’activité économique et à la vie sociale que dans sa philosophie de l’homme et de la liberté 1.À partir des années 1930, et plus encore apr...

Du même dossier

« Nous avons choisi de vivre à la marge »

Je m’appelle Marguerite, j’ai 31 ans. C'est dans le béton de la banlieue parisienne que j'ai d'abord poussé, avant de me transplanter à Paris, Bogotá, Barcelone. J’y ai développé une conscience de citoyenne du monde, indignée devant les inégalités Nord-Sud. Convaincue de trouver, dans l’économie internationale, les tenants et aboutissants de l’injustice mondiale, j'ai notamment étudié les migrations « économiques » à l’Institut d’études politiques de Paris. J’ai travaillé ensuite dans une ONG q...

Pour une mondialisation de la solidarité

Nées de la décolonisation, les organisations de solidarité internationale s’interrogent. Elles ont professionnalisé leur action, politisé leur discours, mais n’échappent pas à la concurrence, aux exigences de résultats immédiats, et la grille de lecture Nord-Sud ne suffit plus. Il leur faut pourtant assumer d’être pionnières dans l’invention d’une réponse politique – la solidarité – à l’échelle pertinente – le monde. À l’heure du monde globalisé, la question de la légitimité de la solidarité int...

Citoyens empêchés ?

Dès la naissance, je m’inscris dans l’humanité entière : une humanité diverse, mais une. Le droit, produit de l’histoire, a beau me rattacher à une communauté délimitée, c’est là mon attachement le plus fort. Interdire aux associations, comme la maire de Calais en ce 2 mars 2017, de nourrir certaines personnes, parce qu’elles n’entrent pas (encore) dans la case « autorisé sur le territoire français », est un déni de cette commune humanité. Ce lien, comme celui qui m’unit aux couturières du Bang...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules