Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Monde cherche citoyens

Éloge des espaces de parole

Nuit debout july 30 2016 ©Francis McKee
Nuit debout july 30 2016 ©Francis McKee
UnderConstruction est une association d’éducation populaire, basée à Saint-Denis (93). Depuis plus de neuf ans, ses trente membres animent, partout en Île-de-France, des espaces de jeux et de débats sur de nombreux thèmes : la libre circulation, la démocratie, les droits fondamentaux… Pour plus d’informations : www.underconstruction.fr

« Citoyen, enne n. (de cité) [...] Personne jouissant, dans l’État dont il relève, des droits civils et politiques, et notamment du droit de vote (par opposition aux étrangers). »

« Citoyen·ne1 n. Personne participant activement, qu’elle en ait ou non le droit, à la vie et l’organisation de la cité, sous quelque forme que ce soit (par exemple à travers un collectif formel ou non, en manifestant avec ou sans cailloux, en votant ou non), en général de manière collective. » UnderConstruction, Dictionnaire des Redéfinitions 2016-2017.

Des espaces à investir

La participation, l’engagement, la mobilisation, ce qu’on appelle communément « l’exercice de la citoyenneté », passent avant tout par la prise de parole, le questionnement sur l’autre, sur l’autour, avec ou sans détours, sur le débat d’idées, l’échange d’idéaux, le positionnement de chacun et chacune. La discussion est au fondement de l’organisation collective, de la construction des luttes, de l’établissement d’un contre-pouvoir, de nouveaux regards sur le monde. Sans elle, point de citoyenneté collective, plus que le vote pour s’exprimer (pour certain·es, trié·es sur le volet). Pour échanger, il faut de l’espace, des espaces. Espaces de libres paroles, de discussions formelles et informelles, de mise en commun, espaces collectifs et accessibles à tou·tes. Nous pourrions théoriser sur les nouvelles formes d’architectures urbaines et des lieux publics pour expliquer que nous manquons de ce type d’espaces. Ce ne sera pas ici le propos.

Un principe : vient qui veut et tout le monde peut.

Parlons plutôt de ces espaces à (re)-créer. UnderConstruction est une association d’éducation populaire qui crée et anime des jeux de société sur des questions sociales et citoyennes. En foyers de jeunes travailleur·euses, en pieds d’immeuble, en festival, en prison, en média-biblio-ludo-thèque, etc. Un principe : vient qui veut et tout le monde peut. À travers le jeu, nous cassons les débats entre expert·es télégéniques, et chacun·e, avec son vécu, apporte son grain de sel à des discussions enflammées.

Le jeu, en lui-même, est un espace d’apprentissages, d’interactions, de réflexions, d’expérimentations. Il crée un petit vécu commun, entre des personnes qui ne se connaissent pas toujours, un moment hors du temps pour redécouvrir et refaire le monde. Le jeu est une façon d’établir un cadre, pour amener chacun·e à prendre part à une discussion, questionner le monde et se questionner soi-même et, pourquoi pas, prendre position, s’autoriser à s’affirmer. Dans ces espaces, on se croirait au bar du coin, car « le comptoir d’un café est le parlement du peuple » dirait Balzac. Ce sont les deux facettes d’un même objet : celui de construire, pour un temps, un monde différent.

Des espaces pour débattre

« On ne construit pas un monde différent avec des gens indifférents », tel est le leitmotiv de l’association. Lorsque nous ouvrons un espace de parole, les personnes ne semblent pas si indifférentes à ce qui les entoure. Chacun·e est touché·e par la société et les expériences personnelles rejaillissent comme autant d’arguments, d’exemples, de théories sur le monde.

La parole et l’échange sont nécessaires à l’émancipation et à la transformation sociale.

Reste à savoir comment agir sur la société et là, le constat est amer : les possibles sont souvent peu prometteurs, selon les participant·es. Malgré tout, les barrières sont tombées, les langues se sont déliées le temps d’un jeu, et puis, avec ou sans nous, des groupes pourront se former, débattre, s’organiser. Mais toujours en collectif, car si la citoyenneté est un jeu où chacun·e peut établir les règles, alors la parole et l’échange sont des conditions nécessaires à l’émancipation et à la transformation sociale.



J'achète Le numéro !
Monde cherche citoyens
Je m'abonne dès 3.90 € / mois
Abonnez vous pour avoir accès au numéro
Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Un héritage tentaculaire

Depuis les années 1970 et plus encore depuis la vague #MeToo, il est scruté, dénoncé et combattu. Mais serait-il en voie de dépassement, ce patriarcat aux contours flottants selon les sociétés ? En s’emparant du thème pour la première fois, la Revue Projet n’ignore pas l’ampleur de la question.Car le patriarcat ne se limite pas à des comportements prédateurs des hommes envers les femmes. Il constitue, bien plus, une structuration de l’humanité où pouvoir, propriété et force s’assimilent à une i...

Du même dossier

Monde vs nation : de quelle cité est-on aujourd’hui citoyen ?

Nous n'avons jamais eu autant conscience du monde. Ni autant besoin d'agir au niveau mondial. Mais nous sommes citoyens d'un État. Quelles institutions imaginer pour donner corps à une citoyenneté mondiale ? Depuis la fin du XIXe siècle, des associations humanitaires, religieuses, sportives, culturelles, etc. ont permis de rendre effectif un engagement à l’échelle de la planète. Leur nombre n’a cessé de croître tout au long du XXe siècle et en particulier après la seconde guerre mondiale, jusqu’...

« Nous avons choisi de vivre à la marge »

Je m’appelle Marguerite, j’ai 31 ans. C'est dans le béton de la banlieue parisienne que j'ai d'abord poussé, avant de me transplanter à Paris, Bogotá, Barcelone. J’y ai développé une conscience de citoyenne du monde, indignée devant les inégalités Nord-Sud. Convaincue de trouver, dans l’économie internationale, les tenants et aboutissants de l’injustice mondiale, j'ai notamment étudié les migrations « économiques » à l’Institut d’études politiques de Paris. J’ai travaillé ensuite dans une ONG q...

« La citoyenneté entraîne une responsabilité collective »

Entretien - Pourquoi nous sentons-nous concernés par le sort des individus, à l’autre bout de la planète ? Pouvons-nous être responsables de tout, en permanence, et devenir de « Supers citoyens » ? Qu’est-ce qui vous a amenés à investir la question de la responsabilité ?Rony Brauman : En 1985, alors que j’étais président de Médecins sans frontières (MSF) depuis trois ans, je suis parti en Éthiopie, pendant la grande famine qui frappait le pays. Le gouvernement organisait des déplacements de popu...

1 UnderConstruction privilégie la féminisation des termes, dans toutes ses publications. Ce que nous avons choisi de respecter [NDLR].


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules