Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site

À quand l'alignement climat des politiques publiques ?

Factory's waste © Maggie Lin Photography / Flickr
Factory's waste © Maggie Lin Photography / Flickr
Si la Cop21 a marqué une étape, la route est encore longue sur le chemin des réponses aux défis écologiques. Bernard Perret revient ici sur la difficile mise en œuvre des Accords de Paris par la France…

La conférence sur le climat de Marrakech (Cop22), fin 2016, a vu la communauté internationale réaffirmer, dans un contexte dominé par l’élection de Donald Trump, les engagements pris un an plus tôt à Paris. La France s’est montrée offensive pour faire adopter une déclaration contenant un message directement adressé aux États-Unis. L’attitude des Américains sera d’autant plus décisive qu’ils ont, plus que d’autres, un gros effort à fournir pour décarboner leur économie. Pour autant, l’Europe n’est plus aussi exemplaire qu’elle a pu l’être après l’accord de Kyoto de 1997. Quant à la France, si elle continue à parler haut et fort, ce qu’on ne saurait lui reprocher, on peut se demander si les décisions de nos dirigeants sont à la hauteur de leurs discours.

On peut se demander si les décisions de nos dirigeants sont à la hauteur de leurs discours.

Le gouvernement met en avant la loi d’août 2015 sur la transition énergétique, qui réaffirme les objectifs de réduction des émissions déjà fixés lors du Grenelle de l’environnement (le fameux « facteur 4 ») et détaille une liste imposante d’actions dans plusieurs domaines (énergies renouvelables, économies d’énergie, agriculture, transports, etc.). Mais l’affichage d’une liste d’objectifs et de mesures suffit-il ? Toutes les simulations montrent que les objectifs climatiques fixés à l’horizon 2050 ne seront pas atteints par le seul effet du progrès technique : il faut compter sur l’évolution des comportements (consommation, alimentation, mobilité...) et sur la mobilisation d’un grand nombre de leviers d’action publique. Ce que confirme un rapport de l’OCDE de juin 20151 : la lutte contre le changement climatique exige d’« aligner » l’ensemble des politiques en vue de la transition vers une économie bas carbone, y compris les politiques qui « ont été formulées sans tenir compte des incidences possibles sur les émissions de gaz à effet de serre ». Aussi un effort rigoureux est-il requis pour mettre en cohérence l’ensemble des politiques publiques et évaluer leur impact réel sur les émissions de gaz à effet de serre. De ce point de vue, nous sommes loin du compte.

Pour en prendre la mesure, il suffit de constater l’absence de dispositif de suivi et d’évaluation de la Stratégie nationale bas carbone (SNBC) publiée à la veille de la Cop21. Outre 200 pages, ce document constitue la réponse de la France aux engagements de transparence contenus dans l’accord de Paris. Il détaille la trajectoire prévue de réduction des émissions et les moyens pour s’y conformer. Ces derniers ne se limitent pas aux politiques spécifiques, telles que le développement des énergies renouvelables, l’amélioration de l’efficacité énergétique (isolation des bâtiments, amélioration des process industriels), la taxation des énergies fossiles. Ils concernent l’ensemble des secteurs de l’action publique. La SNBC expose les stratégies qui en résultent, notamment dans des domaines à forts enjeux climatiques : transports, bâtiment et habitat, urbanisme, agriculture et forêt, production d’énergie...

Un grand nombre de décisions prises sans égard pour leurs conséquences climatiques

Mais un grand nombre de décisions continuent d’être prises sans égard pour leurs conséquences climatiques. C’est flagrant pour les transports : « la lecture des prévisions de consommation énergétique du secteur des transports [le SNIT, NDLR](…) fait apparaître d’ici à 2025 une quasi-stabilité ou une très légère baisse des émissions de gaz à effet de serre : la hausse prévue des trafics est à peu près compensée par la baisse des émissions unitaires dues au progrès technique, un léger progrès supplémentaire étant dû à l’effet propre du Schéma national des infrastructures de transport. Pour l’Autorité environnementale, ce résultat pose plusieurs questions, concernant la mise en cohérence entre la politique des transports et celle de la lutte contre le changement climatique et ses effets2. » Or, aucune conséquence n’a été tirée de cet avis. Et l’on pourrait multiplier les exemples dans presque tous les domaines. Compte tenu de la diversité légitime des objectifs de l’action publique, cette situation n’est guère surprenante.

Insuffisance des dispositifs d’évaluation de l’impact carbone des décisions

Ce qui choque davantage, c’est l’insuffisance des dispositifs d’évaluation de l’impact carbone des décisions. Une étude en cours de l’inspection générale du ministère de l’Écologie pose sur ce point un diagnostic préoccupant. Alors qu’au plan international, des efforts sont entrepris pour harmoniser la mesure des émissions globales sur un territoire, les données produites, en France, sur les émissions générées par chacune des politiques nationales, manquent singulièrement de cohérence ! Ainsi, pour un enjeu aussi crucial que celui des économies d’énergie dans le bâtiment, il n’existe pas de dispositif global de retour d’expérience permettant de mesurer l’efficacité réelle des travaux d’isolation à l’échelle du pays… Le rapport devrait recommander la mise en place d’un dispositif de pilotage de la mise en œuvre de la SNBC et diverses mesures d’amélioration et d’harmonisation des outils de mesure de l’impact carbone.



J'achète Le numéro !
Climat : jusqu’où repoussera-t-on les limites ?
Je m'abonne dès 3.90 € / mois
Abonnez vous pour avoir accès au numéro
Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Un héritage tentaculaire

Depuis les années 1970 et plus encore depuis la vague #MeToo, il est scruté, dénoncé et combattu. Mais serait-il en voie de dépassement, ce patriarcat aux contours flottants selon les sociétés ? En s’emparant du thème pour la première fois, la Revue Projet n’ignore pas l’ampleur de la question.Car le patriarcat ne se limite pas à des comportements prédateurs des hommes envers les femmes. Il constitue, bien plus, une structuration de l’humanité où pouvoir, propriété et force s’assimilent à une i...

Du même dossier

La taxe carbone en Suède

Entretien - En instaurant une taxe carbone dès 1991, la Suède a montré la voie avec une mesure efficace, tant sur le plan économique que climatique. Sera-t-elle suivie ? Encore faut-il en avoir l’ambition et la volonté politique. La Suède a été pionnière en matière de taxe carbone. Pouvez-vous nous rappeler comment elle fonctionne concrètement ?Le système fiscal suédois de l’énergie repose sur deux taxes frappant les carburants1. Une taxe sur l'énergie est appliquée sur l’essence et le diesel de...

Climat : de la science à la politique

En décembre 2015, la France accueille la Conférence sur le climat de l’Onu. Quel en est l’enjeu ? Que sait-on aujourd’hui des changements climatiques ? Où en est le processus de négociation onusien ? Petit tour d’horizon [publié en septembre 2014]. Cop21 : l’expression sera bientôt sur toutes les lèvres. En décembre 2015, la France accueillera la 21e conférence des parties (Cop) de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques. Devrait y être signé le premier traité unive...

Quand le Royaume-Uni songeait à rationner les émissions

Les années 2000 ont failli voir naître outre-Manche une politique publique inédite : la carte carbone. Nous en rappellerons ici le principe, le parcours politique et la portée. Cet article a été réalisé à partir d’une intervention faite par Mathilde Szuba pour l’équipe de la Revue Projet. La carte carbone est une manière de mener une politique de quotas visant à couvrir les principales émissions de gaz à effet de serre (GES) de chaque individu1. La carte carbone est une manière de mener une poli...

Du même auteur

Une place à ménager

Le dérèglement climatique appelle une coopération sociale inédite. Pour relever ce défi, il est impératif de démystifier la violence et d’offrir aux conflits sociaux des débouchés politiques. Notre culture politique et sociale est une culture du conflit. Depuis le XIXe siècle, le progrès social a été rendu possible par des luttes ouvrières parfois non exemptes de violence. Pendant les Trente Glorieuses, la croissance et le prog...

Un tournant dans l’Église

Le poids que les discours moraux de l’Église catholique font peser sur les personnes homosexuelles demeure lourd. Or un autre discours théologique et anthropologique se fait entendre. « De tous les mensonges, il n’y en a pas de plus terrible et de plus totalement destructeur de l’être que celui qui nous dit que nous ne pouvons pas aimer. » Cette phrase, extraite du dernier livre du théologien gay James Alison1, fait partie de celles que l’on n’oublie pas. Elle oblige à prendr...

Trois pistes pour se préparer à l'inattendu

Alors que le contexte économique, sanitaire et écologique requiert de tous et de chacun un effort supplémentaire de solidarité, notre addiction à notre confort individuel nous fait prendre un tout autre chemin. Bernard Perret, socioéconomiste, dégage trois pistes pour orienter nos choix et nos actions dans un souci de préservation de l’humanité. Notre situation historique a quelque chose d’inédit, pour laquelle le mot « crise »...

1 OCDE, Aligner les politiques au service de la transition vers une économie bas carbone, juin 2015

2 Extrait d’un avis sur le SNIT rendu en 2010 par l’Autorité environnementale : une instance indépendante, chargée de valider les évaluations environnementales des plans, programmes et projets d’infrastructures.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules