Logo du site

Quand Rome parle du travail

Françoise Terrel-Salmon
Question de sens

C’est avec la seconde révolution industrielle que l’Eglise s’engage sur le problème du travail. L’encyclique Rerum Novarum, pilier du Discours social de l’Eglise, a pour sujet la condition des ouvriers, mais elle consacre au travail lui-même un long développement. C’est à ce texte fondamental que se référeront toutes les encycliq...

Le management au risque de la dérision

Éric Faÿ
Chercheur

Les méthodes de management font souvent appel au dialogue avec les salariés pour mieux les enfermer ensuite dans des procédures et des normes. Cette manipulation de la parole, ou dérision, est porteuse de violence : elle nie la subjectivité de l’être humain, détruit la confiance en l’autre et le goût du travail bien fait. Les méthodes...

Petit lexique critique de la langue managériale

Pierre Durantin et Paul Lamartine
Acteur de terrain

Le management est devenu un métier en tant que tel dans les entreprises Il peut être vu comme le passage du petit chef au chef professionnel agissant selon des valeurs faisant triompher le rationnel sur l'arbitraire Mais son expansion soulève un étrange paradoxe Alors que l'entreprise invite ses employés appelés collaborateurs à une libre e...

Management, les maux pour le dire

Vincent de Gaulejac
Chercheur

Entretien - Privé d’utopies mobilisatrices, l’individu se voit offrir par le travail la réalisation de son potentiel. Cette idéologie de la performance et du mérite est pernicieuse, car difficile à réfuter. Elle condamne à l’insatisfaction et, bien souvent, à l’échec personnel. Entretien Privé d'utopies mobilisatrices l'individu s...

Mutations industrielles : les salariés en première ligne

Franklin Claude
Acteur de terrain

Resumé Témoignage – Ces trente dernières années, l’industrie automobile s’est tertiarisée en externalisant une partie de sa production. L’univers du salarié s’est standardisé, limitant ses marges de manœuvre. À charge pour lui d’y retrouver du sens. Resumé Témoignage Ces trente dernières années l'industrie automobile s'est ...

Devant l'impossibilité de faire le travail prescrit

Laurent Caron, Marylène Coppi, Laurence Théry et Alexandre Vasselin
Chercheurs

Quand les consignes sont multiples, voire contradictoires, il devient parfois impossible de bien faire son travail, d’y trouver du sens. La reconnaissance du salarié, sa santé, sa motivation, son respect des règles sont alors menacés. Il n’est pas sûr que l’entreprise y trouve son compte. Quand les consignes sont multiples voire contradi...

De la difficulté de prescrire un travail évolutif

Philippe Bénard
Acteur de terrain

Resumé Témoignage – Quand le diktat de la finance remplace l’épopée industrielle, que l’entreprise se réorganise en permanence, la place du salarié est instable. L’éclairage d’un ancien cadre, devenu urgentiste des firmes en difficulté. Resumé Témoignage Quand le diktat de la finance remplace l'épopée industrielle que l'entrep...

Au chevet de l'organisation du travail

Dr Blandine Devaux
Acteur de terrain

Le médecin du travail n’est condamné ni à tenir le registre des victimes de conditions de travail pathogènes, ni à réguler des conflits individuels par le recours à l’inaptitude : il lui appartient aussi d’aborder la santé au travail dans sa dimension collective. Le médecin du travail n'est condamné ni à tenir le registre des vict...

L'évolution du travail en France face à la mondialisation

Patrick Dieuaide
Chercheur

Resumé Sous l’effet conjugué de l’ouverture économique et du capitalisme financier, la France voit évoluer fortement le paysage de l’emploi, la gestion des ressources humaines, les formes de l’emploi et la place des syndicats, au détriment du travail peu qualifié. Resumé Sous l'effet conjugué de l'ouverture économique et du capital...

Quand les services rendent serviles

Marie-Bernadette Grimault et Joëlle N.
Acteur de terrain

De nombreux salariés de l'hôtellerie et de la grande distribution, réduits à la simple exécution de tâches toujours plus nombreuses et codifiées, se sentent déconsidérés. De nombreux salariés de l'hôtellerie et de la grande distribution réduits à la simple exécution de tâches toujours plus nombreuses et codifiées se sentent décons...

Le piège de la souffrance au travail

Françoise Piotet
Chercheur

Resumé La souffrance s’impose comme le registre premier de la plainte des travailleurs. Or le prisme psychologique, conjugué à l’affaiblissement syndical, masque les causes structurelles du malaise : les transformations du travail, la financiarisation, ou encore l’incitation à donner de sa personne sans contrepartie. Resumé La so...

« Le travail, facteur d’isolement ? » (introduction)

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

Passionné ou submergé par votre travail vous avez du mal à poser des limites Vous ne savez plus vers qui vous tourner pour exprimer vos difficultés professionnelles Y a t il seulement quelqu'un qui sache en quoi consiste au juste votre activité Bienvenue dans le monde du travail à l'heure de la mondialisation L'emploi reste un vecteur tradit...

Dossier : Le travail, facteur d'isolement ?

« Le travail, facteur d’isolement ? » (introduction)


Passionné ou submergé par votre travail, vous avez du mal à poser des limites? Vous ne savez plus vers qui vous tourner pour exprimer vos difficultés professionnelles? Y a-t-il seulement quelqu’un qui sache en quoi consiste au juste votre activité? Bienvenue dans le monde du travail à l’heure de la mondialisation.

L’emploi reste un vecteur traditionnel de socialisation. C’est heureux. Mais les solidarités sont durement éprouvées. Les cadres, s’ils se laissent bercer par l’illusion de leur toute-puissance individuelle, se condamnent à l’insatisfaction et renvoient à leur défaillance ceux qui peinent à suivre la cadence. Or le culte de l’individu peut n’être que tactique. Le management, dans l’entreprise et même dans la fonction publique, sait faire croire qu’il s’intéresse à la personne quand il ne cherche en fait qu’à canaliser et développer la « ressource » humaine. La violence apparaît alors dans la négation du sujet. Psychologues et médecins du travail sont convoqués pour panser les plaies ou entériner les dégâts de cette machine à produire de l’échec individuel.

Le logiciel marxien peut se révéler éclairant : une telle division du salariat assoit durablement le règne du capital. Les exigences invraisemblables de rentabilité à court terme voudraient faire du monde un unique grand marché du travail. Les armées de réserve sont telles que le système ne tolère pas la moindre faiblesse. Mais, à ne pas reconnaître la richesse de la construction personnelle par le travail avec d’autres, l’entreprise finit aussi par y perdre. N’est-ce pas le défi de l’encadrement que d’organiser le travail de sorte que les salariés puissent lui reconnaître du sens? Les syndicats peuvent-ils se résigner à accompagner la « souffrance » de l’individu au travail? Ils semblent prendre conscience de l’écueil et vouloir insister sur les causes structurelles du mal-être (cf. l’enquête à paraître de la CFDT sur les risques psychosociaux). On ne peut que s’en réjouir.

Du même auteur

Pour une économie relationnelle

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

On peut en savoir beaucoup sur quelqu'un à ses chaussures où il va où il est allé qui il est qui il cherche à donner l'impression qu'il est À cette observation de Forrest Gump dans le film éponyme1 on pourrait ajouter Quel monde il invente Car l'analyse du secteur de la chaussure objet du quotidien s'il en est en dit long sur notre système économique Un système qui divise À commencer par les humains quel acheteur est capable de mettre un visage derrière la fabrication de sa paire de...

Libérons-nous de la prison !

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

Nous aurions pu comme en 1990 intituler ce numéro Dépeupler les prisons Projet n 222 Car de l'inventaire dressé alors il n'y a pas grand chose à retirer Les conditions de vie en détention notamment pour les courtes peines et les détenus en attente de jugement restent indignes d'un pays qui se veut patrie des droits de l'homme Mais à la surpopulation carcérale on préfère encore et toujours répondre par la construction de nouvelles prisons Sans mesurer que plus le parc pénitentiaire s...

Le logement n’est pas une marchandise

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

Nada mejor que volver a casa chante le Cubain Raúl Paz Rien de mieux que de rentrer chez soi Un chez soi digne de ce nom c'est un point d'ancrage qui nous sécurise un lieu de repli nécessaire à notre équilibre C'est de cela que sont privées les 4 millions de personnes mal logées en France Parmi elles 900 000 n'ont pas même un logement à elles un chiffre qui ne cesse d'augmenter1 Pour peu que l'on puisse rentrer chez soi en mesure t on encore toute la valeur À moins que nous en ayons u...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules