Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site

Transition écologique Les nerfs de la guerre

Juan Pablo Jareno Alarcon/iStock
Juan Pablo Jareno Alarcon/iStock

Pour espérer atteindre la neutralité carbone en France, des investissements publics et privés seront nécessaires. Si l’État doit accompagner financièrement et stratégiquement les entreprises, celles-ci ont à charge d’orienter ces investissements vers la décarbonation.


Au cours des dernières années, nous avons fixé des objectifs toujours plus ambitieux pour le climat, mais les résultats ne suivent pas : nos émissions baissent trop lentement. Une des causes principales de cet échec est que la reconstruction écologique de nos sociétés se heurte au mur de l’argent. Atteindre la neutralité carbone suppose en effet de nombreux investissements, qui peuvent, à terme, générer de l’emploi et du rendement pour les entreprises, mais qui restent très insuffisants. C’est la volonté politique qui manque, mais aussi la possibilité de mobiliser suffisamment de financements privés.

Pour l’action publique, il manque un cap : combien cela coûte-t-il d’atteindre la neutralité carbone ? On pourrait imaginer que ce chiffrage existe déjà. Comment, en effet, penser des stratégies nationales bas-carbone (SNBC) ou des programmations pluriannuelles pour l’énergie (PPE) sans aborder la question des moyens budgétaires et financiers nécessaires ? Or ce « recensement » n’existe pas, malgré quelques tentatives éparses et incomplètes. Cela nous conduit inévitablement à un double discours : promettre beaucoup en matière d’objectifs tout en mobilisant peu de financements.

Pour espérer atteindre la neutralité carbone, les 125 milliards d’euros investis annuellement par l’État dans des secteurs polluants doivent être réorientés vers la décarbonation. Doivent s’y ajouter 57 milliards d’investissements, dont 36 milliards pourraient être pris en charge par la puissance publique.

L’Institut Rousseau a entrepris de s’attaquer à ce problème majeur pour la réussite de la transition bas-carbone et pour le débat démocratique et économique. Pour cela

Cet article est réservé à nos abonné·e·s

vous pouvez l’acheter à l’unité pour 3€
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné·e ?

M'identifier

La Revue Projet donne gratuitement accès aux articles de plus de 3 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules