Logo du site
Dossier : Bidonvilles : sortir du déni

Roms ≠ bidonvilles

Bidonville du Franc Moisin © Pierre Gerson, 1969.
Bidonville du Franc Moisin © Pierre Gerson, 1969.
En France, on fait souvent des bidonvilles un « problème rom ». Un discours qui permet aux autorités de justifier un traitement différencié violant de nombreux droits fondamentaux, dans une indifférence quasi générale.

Les bidonvilles ne concernent pas que les Roms

Lors de mes déplacements1 dans les bidonvilles en France, j’ai croisé des Roumains, souvent Roms, des Bulgares turcophones qui ne se désignent pas toujours comme Roms, des Indiens, des Français… Mais la question des bidonvilles concerne aussi Calais, ou encore les dessous du métro aérien à Paris. On n’y croise pas ou peu de Roms, or les problématiques sont précisément les mêmes : conditions de vie indignes (peu ou pas d’accès à l’eau, à l’électricité, à des sanitaires) et expulsions régulières sans solution de relogement satisfaisante.

Dans son recensement des « campements illicites » en 20142, la Délégation interministérielle à l’hébergement et à l’accès au logement (Dihal) évaluait la population des campements illicites du Pas-de-Calais entre 100 et 500 individus. Dans le même temps, les associations estimaient le nombre de migrants dans les bidonvilles de Calais entre 2 000 et 3 000 personnes. Pourquoi ces derniers n’étaient-ils pas comptabilisés? Est-ce parce qu’ils ne sont ni Roumains ni Roms ? La Dihal insiste pourtant sur le fait qu’elle n’adopte pas d’approche ethnique.

Les Roms ne vivent pas tous dans des bidonvilles

En France, la majorité des Roms ne vit pas dans des conditions d’extrême précarité. Assimiler Roms et bidonvilles laisserait croire que les 19 209 personnes habitant en bidonville (selon la Dihal3) constitueraient la totalité de la population rom en France. Cette idée, totalement fausse, réduit la perception des Roms, pour le grand public, à un groupe homogène formé de personnes extrêmement précaires, dont beaucoup vivraient uniquement de la mendicité. Hors des bidonvilles, leur identité rom n’est plus au cœur du débat, et se cantonne à ce qui relève de l’intime, de la sphère privée.

Cette idée, totalement fausse, réduit la perception des Roms pour le grand public à un groupe homogène formé de personnes extrêmement précaires, dont beaucoup vivraient uniquement de la mendicité.

Qu’ils se définissent ou non comme tels, les habitants des bidonvilles désignés par les autorités ou par la société comme « Roms » sont victimes de stigmatisation, de racisme et de discrimination. Des processus alimentés par de nombreux préjugés.

La « question rom », cache-sexe d’un problème de mal-logement

Éric Fassin décrit bien4 la façon dont la « question rom » a été fabriquée, devenant par-delà les clivages politiques un problème qui se pose à tous et qui viendrait des Roms eux-mêmes. La construction politique d'une altérité – ils auraient une « spécificité culturelle » et un « mode de vie » trop différents – permet d’éviter de traiter le phénomène des bidonvilles comme une question de pauvreté à part entière et de justifier une approche différenciée. Les droits fondamentaux des adultes et des enfants vivant dans les bidonvilles sont régulièrement violés. Des violations qui ne choquent presque plus personne.

La construction politique de l’altérité des Roms  permet d’éviter d’avoir à traiter la question des bidonvilles comme une question de pauvreté à part entière.

L’utilisation de l’expression « campement de Roms » caractérise cette mise à l’écart. Le mot renvoie à la notion d’itinérance, de choix de vie, et non pas à celle d’un habitat indigne, subi par les personnes qui y vivent. Il renforce implicitement l’idée que les Roms vivraient ainsi pour des raisons culturelles. Réduire les bidonvilles à un « problème rom » permet de cacher le véritable enjeu, celui du mal-logement, qu’il est possible de traiter avec les outils de politiques publiques5 déjà existants. Au lieu de quoi, la résorption des bidonvilles est abordée séparément, avec la mise en place de dispositifs spécifiques et au coup par coup.

Cette ethnicisation menace aussi les acteurs de la lutte contre la précarité. La surmédiatisation des bidonvilles et des « Roms » (qu’ils le soient ou non) qui y habitent pourrait laisser penser que le problème du mal-logement concerne seulement 19 000 personnes. Aujourd’hui en France, 141 000 personnes sont sans domicile et 3,5 millions de personnes mal-logées.



Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Ce que l’écologie fait à la politique

Un demi-siècle après les premières alertes scientifiques, l’écologie a bel et bien trouvé un débouché politique : de nouvelles instances, de nouveaux partis sont régulièrement mis sur pied. Mais pour faire advenir des changements politiques à la hauteur des enjeux, c’est notre cadre de pensée qu’il nous faut révolutionner. 1 « Écologisation » du politiqueLes enjeux écologiques sont désorm...

L’envol de la chouette

Le confinement mis en place pour contenir l’épidémie s’est traduit par toute une série de restrictions : limitation des déplacements, couvre-feu, port du masque… Comme les secouristes de haute montagne, nos comportements étaient dictés par une injonction à ne pas penser pour éviter une chute fatale. Un vent de liberté souffle à présent et l’on se réjouit de retrouver, petit à petit, nos libertés suspendues.Mais n’avançons-nous pas en terrain miné ? L’histoire nous enseigne que c’est dans les te...

Du même dossier

Bidonvilles : l’histoire se répète

Entre les tristes constats des acteurs de terrain, dans les années 1960, et les récentes recommandations de la Commission nationale consultative des droits de l'homme, les ressemblances sont troublantes. Pour les bidonvilles, l'histoire serait-elle condamnée à se répéter, au mépris de la dignité ? Dans les années 1960, 75 000 personnes vivaient en bidonvilles en France et ATD Quart-Monde rendait compte de leur quotidien dans la revue Igloos. En janvier 2014, 19 200 personnes étaient dénombrés da...

À Bangkok, la fabrique populaire de la ville

À Bangkok, l’urbanisation est largement spontanée. 19 % de la population vivait encore en 2000 dans des « communautés denses » (des bidonvilles), et les habitants relogés dans le parc social transforment l’architecture des immeubles. Les professionnels ont choisi d’en tirer les enseignements et conçoivent autrement la ville pour mieux l’adapter à ses usages. En Thaïlande comme dans nombre de pays émergents, la ville est partiellement construite par ses habitants, souvent les plus précaires. Cett...

Une ZAD qui s’ignore

En affirmant un droit à habiter la ville en son centre, les bidonvilles posent un acte de résistance à l’ordre établi. Et si, de lieux de relégation, ils devenaient espaces d’émancipation ? Les auteurs plaident pour un urbanisme politique, les « invisibles » devenant producteurs de la ville, à la place d’un urbanisme policier qui ordonne et exclut. Les bidonvilles sont à première vue un foyer de dysfonctionnements sociaux et urbains. Ils appellent en fait des transformations qui les dépassent, d...

1 L’auteure s’exprime ici à titre personnel.

2 Délégation interministérielle à l’hébergement et à l’accès au logement, État des lieux national des campements illicites, janvier 2014.

3 Id.

4 Aurélie Windels, Carine Fouteau, Éric Fassin, Serge Guichard, Roms et riverains. Une politique municipale de la race, La Fabrique, 2014, 240 p.

5 Cf. notamment des propositions de la Fondation Abbé Pierre, L'état du mal-logement  en France, 20e rapport annuel, 2015.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules