Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site

« L’âme du monde est malade »

Mendoza, Argentine, 2008 © Agustín Ruiz
Mendoza, Argentine, 2008 © Agustín Ruiz
Dans une intervention prononcée au Sénat, le 21 mai 2015, lors du colloque « Le climat : quels enjeux pour les religions ? », Nicolas Hulot exhortait les représentants religieux à s’emparer pleinement du défi. Extraits.

La planète peut très bien se passer de l’humanité, mais l’humanité peut-elle se passer de la planète ? Je suis envoyé spécial du président de la République pour la protection de la planète, mais, à la réflexion, je me demande si cette idée est bien fondée : ce qui nous réunit, c’est d’abord l’avenir de l’humanité. Lorsque j’ai accepté cette mission, il m’a semblé évident et nécessaire, entre autres rencontres, de créer une passerelle avec les autorités religieuses. J’ai fait semblant de ne pas entendre, de ne pas voir les sourires narquois : « Hulot se rend au Vatican », « Il est tellement déprimé qu’il va chercher un miracle »…

Il est pourtant important qu’à la dimension horizontale, que les chefs d’État et responsables politiques et économiques auront à traiter avec des outils technologiques, juridiques, institutionnels, économiques et financiers, l’on ajoute une dimension radicale. Car je crains que dans le bruit de fond de nos sociétés, où nous avons du mal à distinguer le superficiel de l’essentiel, cette crise apparaisse comme une difficulté parmi d’autres. Et je pense que vous [représentants des religions] pouvez nous aider à placer cette crise à un niveau supérieur, à faire en sorte que cette humanité n’esquive pas le rendez-vous critique auquel elle est confrontée.

Si la dimension éthique ne dépasse pas la simple expertise, je pense que l’effort sera insuffisant. Je sais que ces propos, tenus dans un monde où les choses vont vite, où il faut du concret, de l’immédiateté, peuvent sembler hors-sol. Pour moi, ils sont excessivement nécessaires : nous sommes dans une crise de civilisation. Il y a une nécessité absolue à mener la bataille de l’esprit : l’âme du monde est profondément malade. Cela peut sembler abstrait ; pour moi c’est très concret. L’enjeu climatique n’est pas optionnel, il conditionne tous les enjeux de solidarité auxquels nous sommes attachés. Tout ce qui nous semble important dépend de la prise en compte ou non de cet enjeu, de notre capacité à transformer des consciences individuelles en intelligence collective.

Dans un monde qui n’a pas besoin d’humiliations ou de sources de tensions supplémentaires, la crise climatique affecte et frappe prioritairement des hommes, femmes et enfants, déjà en situation de vulnérabilité n’ayant pas, pour la plupart, connu les bénéfices d’un mode de développement qui parfois s’est même fait sur leur dos et dont ils subissent les conséquences négatives. Dans un monde aussi réactif, nous faisons, avec cette ultime humiliation, le lit de toutes les radicalisations ou de tous les intégrismes. Prendre en charge collectivement l’enjeu climatique, c’est pacifier le monde ; laisser le temps nous dicter la mutation, c’est nous livrer à un XXIe siècle où les tragédies du XXe siècle nous sembleront dérisoires. C’est un moment de vérité : la nature nous teste sur notre détermination.

Vous devrez nous aider à faire en sorte que derrière les mots pleins d’empathie, parfois larmoyants, parfois sincères, mais parfois éloignés d’une certaine sincérité, les responsables politiques mettent en place les changements à la hauteur. Vous devez nous aider aussi à nous relier, car l’homme n’est plus relié à rien. Il n’est plus relié à son passé, il est en train de se désolidariser de son futur… Aveuglé par l’hypertrophie de la technique, il a pensé qu’il pouvait détacher sa branche de l’arbre de la création.

Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, il y a un enjeu qui vaut pour toutes les cultures, tous les continents, et nous l’abordons par le prisme de nos intérêts individuels et nationaux…

L’homme doit être économe de la nature. Vous devez nous le rappeler. Les confessions, même si elles ne sont pas les seules, sont des voix qui passent au-dessus du bruit de fond de nos sociétés, qui peuvent remettre les choses dans le bon ordre, l’essentiel en haut et le superficiel en bas. Je cite souvent Teilhard de Chardin : « Un jour, quand nous aurons maîtrisé les vents, les vagues, les marées et la pesanteur, nous exploiterons l’énergie de l’amour. Alors, pour la seconde fois dans l’histoire du monde, l’homme aura découvert le feu. » Parce que cette énergie là est renouvelable et inépuisable. De grands mots, allez-vous dire ! Mais, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, il y a un enjeu qui vaut pour toutes les cultures, tous les continents, et nous l’abordons par le prisme de nos intérêts individuels et nationaux… Aidez-nous à nous doter d’un état d’esprit universel, à reprendre conscience que nous faisons partie de l’exception que constitue la vie dans l’univers. C’est un privilège, et même un double privilège car nous sommes aussi la partie consciente de cette exception. Qui mieux que vous peut nous aider à replacer l’homme là où il est ?

Jean Rostand disait : « La science a fait de nous des dieux avant de faire de nous des hommes. » Aidez-nous à accomplir notre phase d’humanisation. On dit que les religions sont « expertes en humanité » : nous allons savoir en fin d’année si nous parvenons à cette pleine humanisation. Je ne suis ni désespéré ni d’un optimisme absolu : simplement, nous sommes sur une corde raide où nous pouvons basculer dans le fatalisme et la reddition ou, à l’inverse, nous retrouver sur ce qui nous rassemble et faire faire un saut qualitatif à l’ensemble de l’humanité. Encore faut-il partager une vision, redonner du sens au progrès. Qui mieux que vous peut nous y aider ?

J'achète Le numéro !
Les spiritualités au secours de la planète ?
Je m'abonne dès 3.90 € / mois
Abonnez vous pour avoir accès au numéro
Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

Climat : quand les religions parlent d’une même voix

Depuis des décennies, des dignitaires de différentes religions réfléchissent ensemble aux enjeux climatiques. Avec une même foi : l’espérance ! Encore peu connu, l’engagement des acteurs religieux sur l’environnement ne date pourtant pas d’hier. Nourrie par les sciences, leur analyse met l’accent sur les implications éthiques et spirituelles de la crise environnementale et des changements climatiques. Églises et religions apportent ainsi un regard différent de celui des gouvernements, de l’Organ...

« Environnement : ne pas ignorer les conflits »

Entretien - La catastrophe écologique a déjà commencé. Elle bouscule nos représentations du monde, où la nature avait été abandonnée à la science. De là à convoquer les religions ? Leur rapport à l’écologie est controversé. Pour la philosophe Catherine Larrère, c’est par le débat, le conflit et dans la diversité que l’on inventera une nouvelle faç...

Des bouddhistes engagés pour l’environnement

La recherche de l’harmonie entre l’homme, la nature et l’ensemble du vivant est au cœur de la sagesse bouddhiste. En témoigne, en Asie, l’engagement de religieux et de mouvements. Avec son enseignement centré sur l’interconnexion de tous les êtres, l’harmonie avec la nature, la diminution de la souffrance et la satisfaction, le bouddhisme développe une approche intrinsèquement écologique. Cet engagement prend différentes formes. Nous décrirons ici celui de deux grandes organisations, après avoir...

Du même auteur

[VIDÉO] « L’inégalité est une menace pour la prospérité de tous »

Pourquoi son engagement pour l’écologie passe par la lutte contre les inégalités ? Nicolas Hulot intervient lors de la table-ronde d'ouverture du colloque Réduire les inégalités : une exigence écologique et sociale. Il y présente sa vision de l’écologie, « une forme de radicalité en humanité », et nous invite à un combat global pour la dignité humaine et la justice sociale. Nous sommes le jeudi 16 février 2017 au Conseil économique, social et environnemental, à Paris. L’amphithéâtre est plein à ...

Vous devez être connecté pour commenter cet article

1 réactions pour « « L’âme du monde est malade » »

Jean-Luc Souveton
28 June 2015

C'est aussi pour répondre à l'interpellation de Nicolas Hulot (il y a déjà plusieurs mois) que sont nées les 2ème Assises Chretiennes de l'Ecologie qui auront lieu à St-Etienne les 28, 29 et 30 août prochain.
Les cinq grandes conférences, les 6 tables-rondes, les 82 forums proposées lors de ces Assises (sans compter ce qui sera proposé plus spécifiquement aux enfants et aux jeunes, la marche organisée par Pax Christi…) seront une occasion unique pour vivre le dialogue auquel le Pape François nous invite. Evidemment, une présentation de l’encyclique est prévue. Les Assises Chrétiennes de l'Ecologie veulent « servir » cette invitation à un nouveau dialogue...

www.rencontres-ecologie-2015.assises-chretiennes.fr

« J’adresse une invitation urgente à un nou­veau dialogue sur la façon dont nous construisons l’avenir de la planète. Nous avons besoin d’une conversion qui nous unisse tous, parce que le défi environnemental que nous vivons, et ses racines humaines, nous concernent et nous touchent tous.

[…]

Malheureusement, beaucoup d’efforts pour chercher des solutions concrètes à la crise environnementale échouent souvent, non seulement à cause de l’opposition des puissants, mais aussi par manque d’intérêt de la part des autres. Les attitudes qui obstruent les chemins de solutions, même parmi les croyants, vont de la négation du problème jusqu’à l’indiffé­rence, la résignation facile, ou la confiance aveugle dans les solutions techniques. Il nous faut une nou­velle solidarité universelle. Comme l’ont affirmé les Évêques d’Afrique du Sud, « les talents et l’implica­tion de tous sont nécessaires pour réparer les dom­mages causés par les abus humains à l'encontre de la création de Dieu ».22 Tous, nous pouvons colla­borer comme instruments de Dieu pour la sauve­garde de la création, chacun selon sa culture, son expérience, ses initiatives et ses capacités ». (N° 14 de la lettre encyclique du Pape François sur la sauvegarde de la maison commune)

* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules