Logo du site
Dossier : Cultiver l’emploi, PAC ou pas cap ?

Quand les machines créent des emplois Entretien avec Luc Vermeulen

Crédits : Jevtic / iStock
Crédits : Jevtic / iStock

En s’étendant à la mutualisation de la main-d’œuvre, les coopératives d’utilisation de matériel agricole (Cuma) sont devenues génératrices d’emploi en agriculture comme l’explique Luc Vermeulen, président de leur fédération nationale.


Quand sont nées les Cuma et comment fonctionnent-elles ?

Luc Vermeulen – Le statut Cuma est né juste après la Seconde Guerre mondiale, en 1945, avec l’objectif de moderniser l’agriculture et d’appuyer la montée en puissance de la machine au sein des exploitations agricoles. Le modèle a eu du mal à prendre sur le moment. Son grand essor est advenu dans les années 1980 et s’est encore renforcé la décennie suivante avec la réforme de la PAC de 1992. Une structuration forte s’est opérée avec la mutualisation des machines mais aussi de la main-d’œuvre. L’outillage agricole devient de plus en plus sophistiqué et requiert beaucoup de compétences dans des temps d’intervention de plus en plus courts. Nous avons gagné en performance et en compétitivité.

Cette dynamique se poursuit depuis les cinq dernières années. Les spécialisations d’exploitations font, par exemple, que des agriculteurs qui se consacrent à l’élevage délèguent la partie « cultures » tout en étant associés aux choix de matériel. D’autre part, beaucoup de Cuma se créent aujourd’hui en aval de la production, autour du conditionnement et de la transformation, ce qui génère des emplois. Certaines Cuma de conditionnement rassemblent vingt-cinq à trente salariés, dans un champ de compétences complètement différent, mais toujours sous une dynamique de création et d’utilisation de main-d’œuvre partagée.

Quel est le poids actuel des Cuma dans le panorama de l’emploi agricole ?

Luc Vermeulen – Depuis le milieu des années 2010, les Cuma peuvent être des groupements d’employeurs1 à titre principal. Cet acquis coïncide avec une mutation du monde agricole où, au fil des années, l’emploi salarié se développe. Entre 2017 et 2020, les Cuma ont généré 700 emplois

Cet article est réservé à nos abonné·e·s

vous pouvez l’acheter à l’unité pour 3€
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

La Revue Projet donne gratuitement accès aux articles de plus de 3 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules