Logo du site
Dossier : Cultiver l’emploi, PAC ou pas cap ?

L’angle mort de la PAC

Crédits : Jevtic / iStock
Crédits : Jevtic / iStock

De l’autosuffisance alimentaire à l’adaptation aux marchés mondiaux, les objectifs de la PAC ont changé du tout au tout depuis son instauration en 1962. Cette évolution explique que l’emploi agricole n’ait jamais figuré parmi ses priorités.


La Politique agricole commune (PAC) reste aujourd’hui le premier poste budgétaire de l’Union européenne (UE). Elle est aussi la plus ancienne et unique politique européenne intégrée1. L’agriculture occupe actuellement 4 % des actifs européens, soit environ 22 millions de personnes. L’importance de l’emploi agricole est évidemment très variable d’un État à l’autre. En Roumanie, il pèse pour plus de 20 % de la population active – soit l’équivalent de ce qu’il représentait en France au moment de l’instauration de la PAC, en 1962, contre moins de 3 % aujourd’hui. Cette baisse importante et continue des actifs interroge. Elle souligne en réalité que le nombre d’agriculteurs n’a jamais été ici un objectif. Un retour sur l’histoire permet de comprendre pourquoi l’emploi demeure l’un des impensés de la PAC.

À la création de la Communauté économique européenne (CEE), l’ancêtre de l’UE, en 1957, les États membres n’étaient pas autosuffisants sur le plan alimentaire. Les tickets de rationnement en vigueur pendant la Seconde Guerre mondiale demeuraient très présents dans les esprits. Une ambition pour la future PAC est alors fixée par les chefs d’États dans l’article 39 du traité fondateur de Rome. Elle se décline sous cinq objectifs : accroître la productivité de l’agriculture ; assurer ainsi un niveau de vie équitable à la population agricole ; stabiliser les marchés ; garantir la sécurité des approvisionnements ; et enfin assurer des prix raisonnables aux consommateurs.

À ce jour, ces cinq objectifs historiques n’ont jamais varié. Ni l’emploi ni le nombre d’actifs ne figurent parmi eux. De ce point de vue, les conclusions de la conférence de Stresa du mois de juillet 1958, qui posent les bases de la politique agricole européenne, sont édifiant

Cet article est réservé à nos abonné·e·s

vous pouvez l’acheter à l’unité pour 3€
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

La Revue Projet donne gratuitement accès aux articles de plus de 3 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules