Logo du site
Dossier : Cultiver l’emploi, PAC ou pas cap ?

PAC et Pacte vert : le grand écart

Crédits : Marc Chesneau / iStock
Crédits : Marc Chesneau / iStock

Les ambitions du Pacte vert européen se concrétiseront-elles grâce à la nouvelle PAC ? Elles appellent en tout cas des interventions des autorités publiques beaucoup plus fortes dans les secteurs agricole et alimentaire.


La Commission européenne, présidée par Ursula von der Leyen pour la période 2019-2024, a entériné en 2019 le Pacte vert européen, avec une ambition renouvelée en matière de politiques climatiques et environnementales. Émise en mai 2020, la stratégie « De la ferme à la table » (F2FS) développe les objectifs et les actions du Pacte vert pour le secteur alimentaire et agricole, en cohérence avec la stratégie sur la biodiversité à l’horizon 2030 et la proposition de règlement destiné à atteindre la neutralité climatique en 2050, rendue publique au même moment.

Dans son discours sur l’état de l’UE du 16 septembre 2020, la présidente de la Commission a présenté des objectifs renforcés en faveur de l’atténuation du changement climatique. Par rapport aux niveaux de 1990, la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) doit atteindre 55 % au lieu de 40 % d’ici à 2030. D’ici à juin 2021, néanmoins, la Commission réexaminera et, si nécessaire, révisera les instruments politiques pertinents pour parvenir à ce but.

Les objectifs quantitatifs de la F2FS pour 2030 visent principalement l’agriculture avec la réduction de l’utilisation d’engrais de 20 % ; la réduction des pesticides et des antibiotiques vétérinaires de 50 % ; des terres agricoles dédiées à agriculture biologique à hauteur de 25 % ; enfin, 10 % des terres agricoles en couverts semi-naturels tels que les haies, mares et jachères. Or seules les tendances de l’agriculture biologique et de l’usage des antibiotiques sont favorables, quoique nettement insuffisantes, au regard de ces objectifs à moins de dix ans.

L’étiquetage des produits ne garantira pas seul un meilleur équilibre des menus.

Concernant l’alimentation, la F2FS cible une réduction de moitié de l’obésité actuellement en croissance. Elle en appelle également

Cet article est réservé à nos abonné·e·s

vous pouvez l’acheter à l’unité pour 3€
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

La Revue Projet donne gratuitement accès aux articles de plus de 3 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules