Logo du site
Dossier : Le numérique, une chance pour l’école ?

Pour un dialogue école et numérique : le festival Infilmementpetit

À travers le festival Infilmementpetit, collégiens et lycéens s’interrogent sur leurs usages numériques en devenant producteurs d’images. L’événement ouvre aussi un dialogue entre culture scolaire et culture numérique.

Infilmementpetit, créé en 2012 dans la lignée des festivals de films de poche et à l’initiative du Secrétariat général de l’enseignement catholique, est un concours annuel de photos, de vidéos et de détournements de jeux vidéo (machinima) destiné aux lycéens et aux collégiens (de 4e et de 3e).  L’événement, présenté comme un dispositif pédagogique et éducatif, réunit les producteurs de films (réalisés sur téléphone portable et caméras embarquées), des artistes et des professionnels lors d’une journée de rencontres et d’ateliers. Depuis sa création, le festival a accueilli plus de 300 productions élaborées par plus de 500 lycéens de toute la France. Certains établissements (le lycée La Merci de Montpellier, le collège Saint-Charles à Vienne, le lycée Saint-Étienne à Cahors) participent chaque année, d’autres ponctuellement. Tous les ans, une thématique est choisie en fonction de l’observation des usages actuels des réseaux sociaux et des jeux vidéo : « À partager », « À l’intérieur », « Pour quelques instants », « Sans intérêt »… L’appel à projet ouvre des espaces de pratiques créatives et suscite la mise à distance et la réflexion. Ce travail de fond, terrain d’observation des pratiques contemporaines de création, interroge les usages pédagogiques de l’école.

Questionner les images

Le téléphone portable est devenu un objet emblématique de la culture numérique : on en compte davantage sur la planète que d’êtres humains ! Une occasion sans précédent de disposer d’un appareil photo et d’une caméra dans toutes les poches. Et la démocratisation de la production d’images s’accentue avec l’arrivée d’autres caméras embarquées, dans les consoles de jeux, les ordinateurs, les drones. Les générations qui naissent avec ces outils produisent et utilisent un grand nombre d’images dans leurs interactions sociales. Au-delà de ces comportements, des emplois plus créatifs, plus inventifs, témoignent d’une appropriation de la caméra embarquée et d’un certain détournement de celle-ci. Face à des pratiques très marquées par l’instantané, le festival Infilmementpetit propose de prendre de la distance entre le « shoot » (la prise d’images) et le « share » (le partage immédiat sur le net) et d’aider à construire du sens en résistant à la dictature de l’immédiateté.

Chaque année, la qualité des productions interpelle l’équipe du festival : elle reflète une nouvelle grammaire de l’image, de nouveaux modes de narration visuelle, plus proches, par moments, de l’exploration plastique que de l’inscription dans un certain héritage cinématographique. On assiste au métissage des langages et des codes culturels lorsque les auteurs mêlent dans leur création techniques traditionnelles (celles de dessins à l’aquarelle par exemple) et procédures numériques de traitement de l’image. Les esquisses, le dessin, le découpage, la peinture trouvent parfois leur place dans des dispositifs d’images hérités du cinéma d’animation.

Y a-t-il un sens à notre consommation d’images quotidiennes ? Où sont les intentions, les choix, les engagements ? Durant la journée annuelle d’ateliers et de rencontres, on confronte les points de vue, on débat des images produites avant et pendant le festival. On aborde l’intergénérationnel quand adultes et lycéens travaillent ensemble sur un projet. On fait aussi dialoguer des cultures. Car la culture numérique est encore peu présente à l’école, bien que les lycéens en soient porteurs. Or elle questionne les modes d’apprentissage, les relations sociales et l’accès même aux savoirs, et doit pouvoir dialoguer avec la culture scolaire. À l’heure où l’école française a du mal à rejoindre tous les élèves, certaines pratiques créatives, sources de lien social et productrices de sens, gagneraient à pouvoir progresser (cf. dans ce dossier notre article sur les jeux vidéo). Sortir les arts et les pratiques artistiques au lycée de leur caractère optionnel pourrait permettre de développer des espaces d’expression et de création indispensables à la construction d’une personnalité.

Sortir du moule scolaire ?

En plus d’apporter à l’école une meilleure compréhension des élèves dont elle a la charge, cette initiative interroge les orientations professionnelles. La participation au festival illustre trois types de cheminement. Elle peut conforter un parcours artistique, en offrant un premier « passage à l’acte ». Elle peut servir de révélateur  en questionnant un parcours dépourvu jusque-là de visée artistique ou encore, en offrant des expériences marquantes, elle peut inviter à envisager d’autres voies professionnelles non artistiques.

Le festival est devenu un terrain de repérage pour ceux qui ne rentrent pas dans le moule de l’école et qui se révèlent lors des mises en situation de production.

Sur trois ans, la parole des lycéens montre à quel point le passage par la production d’images pleines de sens, le développement d’un monde et d’une vision du monde ont permis à certains de raccrocher dans leurs études. Le festival est devenu un terrain de repérage pour ceux qui ne rentrent pas dans le moule de l’école et qui se révèlent lors des mises en situation de production. Il contribue à ce que l’école puisse s’adresser à tous et prendre en compte les singularités.

Le jury d’Infilmementpetit, composé d’artistes et de professionnels de l’image1, souligne chaque année l’intérêt de convoquer une telle démarche à l’école. Il est souvent surpris par la place des écritures poétiques dans l’ensemble des films et des photos, par l’agilité de la créativité et la capacité à s’affranchir des standards et des références filmiques du moment.

La culture numérique et la culture de l’école ont encore bien des choses à se dire. Une expérience comme Infilmementpetit interroge la place des espaces de liberté et de créativité dans les lycées français, celle des pratiques artistiques dans le développement global de la personne et dans les enseignements généraux. L’école peut-elle croire dans les potentialités d’une culture qui la dépasse ? Quelle est sa part de responsabilité dans l’éducation aux écrans ? Si les nouvelles pratiques de production d’images réinventent des espaces sociaux, voire des espaces artistiques, pourquoi n’aideraient-elles pas à inventer d’autres pratiques pédagogiques ?



Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Ce que l’écologie fait à la politique

Un demi-siècle après les premières alertes scientifiques, l’écologie a bel et bien trouvé un débouché politique : de nouvelles instances, de nouveaux partis sont régulièrement mis sur pied. Mais pour faire advenir des changements politiques à la hauteur des enjeux, c’est notre cadre de pensée qu’il nous faut révolutionner. 1 « Écologisation » du politiqueLes enjeux écologiques sont désorm...

L’envol de la chouette

Le confinement mis en place pour contenir l’épidémie s’est traduit par toute une série de restrictions : limitation des déplacements, couvre-feu, port du masque… Comme les secouristes de haute montagne, nos comportements étaient dictés par une injonction à ne pas penser pour éviter une chute fatale. Un vent de liberté souffle à présent et l’on se réjouit de retrouver, petit à petit, nos libertés suspendues.Mais n’avançons-nous pas en terrain miné ? L’histoire nous enseigne que c’est dans les te...

Du même dossier

La classe inversée : prendre en compte les spécificités de chacun

Après avoir enseigné la programmation informatique à l’université, j’ai eu l’occasion d’intervenir dans le secondaire (lycée et collège). Et j’ai rapidement préféré les activités avec les collégiens au cours magistral devant un amphithéâtre d’étudiants. Mes compétences en code informatique m’ont naturellement orienté vers une réflexion sur l’intégration des usages numériques au service de la pédagogie. J’ai ainsi développé une multitude d’outils dans le cadre d’un site web. Lors de la préparati...

La pensée du numérique

Lire, corriger, expliquer, juger. Ces quatre piliers de l’enseignement induisent tout le reste. La technique numérique ne saurait s’y substituer. Elle suppose, en amont, d’avoir appris à réfléchir et à raisonner dans la temporalité. Sauf à renoncer à promouvoir la capacité de penser en chacun. Nos politiques veulent doter les élèves de portables et de tablettes pour ne pas rater le coche du progrès. Une telle sollicitude est touchante ! Nous entrons peu à peu dans le XXIe siècle, celui du numéri...

Numérique : « On a encore plus besoin du professeur »

Entretien - Le philosophe Michel Serres voit dans le numérique une révolution comparable à l’apparition de l’écriture et de l’imprimerie. Un séisme dans la relation entre les êtres, le rapport à la connaissance, à l’espace et au temps, qui ébranle nos institutions (dont l’école) et invalide leur schéma pyramidal. Les réponses viendront du terrain. En quoi la révolution numérique vous amène-t-elle à parler d’un « nouvel humain » ?Michel Serres – Le diagnostic est clair et largement admis : depuis...

Du même auteur

Éduquer à l’écran, éduquer par l’écran

Quand 90 % des enfants jouent sur console, ordi, tablette ou portable, il revient à l’école d’apprendre à s’interroger sur ce que cachent les écrans. D’autant que la conception des jeux est tout sauf neutre. Mais l’usage et la création de vidéos peuvent aussi devenir les alliés de celles et ceux qui veulent (re)motiver leurs élèves, y compris les décrocheurs. L’industrie du jeu vidéo est aujourd’hui l’industrie de loisir dominante sur l’ensemble de la planète. Le développement de la diversité de...

1 Le jury vidéo est composé de Serge Tisseron, Benoît Labourdette, l’illustrateur Paco, et Florentine Grelier. Le jury photo est composé des photographes Camille Millerand et Pierre-Yves Brest.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules