Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Le numérique, une chance pour l’école ?

Quand les tablettes numériques s’invitent à l’internat


Les élèves de 3e du lycée professionnel Victorine Magne, à Lisieux (Calvados), avaient un devoir à faire sur la Première Guerre mondiale1. Leur éducateur, Franck Leblond, responsable au lycée du projet tablettes numériques, eut l’idée de leur montrer l’émission C’est pas sorcier. « Après l’avoir vue sur leur tablette, tout était clair et beaucoup plus facile pour eux. »

Depuis la rentrée 2013, près de deux cents jeunes accueillis dans les internats éducatifs et scolaires des Apprentis d’Auteuil dans le Calvados, la Gironde et la Savoie bénéficient, à titre expérimental, de tablettes, grâce à un partenariat avec la Fondation Orange. L’objectif : mettre le numérique au service de leur réussite scolaire et de leur épanouissement.

Reprendre confiance en soi

Sans se substituer au papier et au stylo, les tablettes ont permis à un grand nombre d’enfants en difficulté – et pour certains, en risque de déscolarisation – de prendre confiance en leurs capacités et de raccrocher aux apprentissages. « Cela a débloqué certains jeunes par rapport au support papier, confirme Franck Leblond. La gestion de l’étude du soir est plus facile. Mon souci est de trouver les applications adaptées à leurs difficultés d’apprentissage. »

Jany Clastres, directrice d’une école primaire à Saint-Estèphe, en Gironde, ajoute : « Cet outil est très intéressant d’un point de vue pédagogique, car l’enseignement traditionnel ne touche pas forcément les enfants que nous accueillons. Avec un adulte à leurs côtés, ils peuvent s’en servir dès l’école maternelle pour progresser dans la maîtrise de la langue orale, au CP pour s’entendre lire, pour les plus grands, en conjugaison, dictées, etc., le mercredi, en lien avec les ateliers. L’utilisation est multiforme. »

Côté élèves, c’est l’unanimité. Petits et grands sont séduits par cet outil qu’ils maîtrisent en deux temps trois mouvements. Mickaël, 15 ans, élève en lycée professionnel, confirme : « Les tablettes, je n’imaginais pas qu’on pouvait s’en servir pour les études, maintenant, j’en suis persuadé. Je m’en sers en espagnol, en anglais, en français pour vérifier mon orthographe, et surtout en histoire où j’ai beaucoup progressé. C’est un plus pour nous aider à réussir. » « Les enfants s’en sont tout de suite emparés, souligne Stéphane Nouvel, directeur du collège et de l’internat Saint-Paul, en Savoie. Ils ont découvert qu’un iPad pouvait servir à autre chose qu’à jouer. En termes de résultats, c’est énorme : vous rejoignez les jeunes dans leur réalité. Nous avons également remarqué que cet outil était bien adapté aux jeunes présentant des ‘dys’ [dysphasie, dyslexie, dysgraphie, dyspraxie… ]. »

Du côté des équipes

L’introduction de tablettes, accompagnée d’une formation des adultes, a aussi conduit les équipes pédagogiques et éducatives à travailler davantage ensemble, comme le souligne Thierry Campos, le directeur du lycée professionnel et de l’internat Victorine Magne : « C’était un axe de notre travail. Les tablettes ont été particulièrement utilisées en cours d’anglais et pour le brevet. » « C’est une vraie force pour le travail en collaboration, renchérit Stéphane Nouvel. Au départ, nous les avions réservées aux 6e, pour bien démarrer au collège, et nous les avons étendues aux 3e. Cela a été très bénéfique pour la préparation au brevet. »

Première évaluation

Une première évaluation a mis en lumière les atouts pour les professionnels (renforcement des échanges entre enseignants et éducateurs autour de la scolarité des jeunes, du contenu des cours, de l’accompagnement du temps d’études, des activités extrascolaires…). Chez les jeunes, outre l’enthousiasme suscité par cet outil, les équipes ont remarqué l’effet bénéfique des tablettes qui semble favoriser le calme et la concentration.

Pour la deuxième rentrée avec les tablettes, le projet s’affine. Le collège Saint-Paul aimerait que les 5e puissent continuer à en bénéficier. Du côté de Lisieux, l’expérimentation se poursuit à la fois à l’internat et au lycée. L’école maternelle cherche à rendre cet outil plus collectif. À suivre.



J'achète Le numéro !
Le numérique, une chance pour l’école ?
Je m'abonne dès 3.90 € / mois
Abonnez vous pour avoir accès au numéro
Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

Mooc : quel rôle pour le prof ?

Par-delà l’effet de mode, les « Mooc », ces cours en ligne, annoncent une industrialisation de la formation et une exacerbation de la concurrence. Si la menace est grande pour les enseignants, l’opportunité ne l’est pas moins : il s’agit pour eux de redéfinir et de réaffirmer leur rôle dans la relation aux étudiants. Les plates-formes de Mooc (« Massive open online courses ») nous l’annoncent : elles pourront prendre en charge des milliers d’utilisateurs consultant simultanément les mêmes ressou...

Internet contre l’échec scolaire ?

Non, le numérique ne sortira pas les décrocheurs de l’échec par enchantement. Pour mettre à profit un savoir éclaté, encore faut-il lui donner un sens. Accompagnement, pédagogie adaptée, reconnaissance des apprentissages… Internet ne fournira une deuxième chance aux recalés de l’école qu’à certaines conditions. L’univers numérique a souvent été décrit comme celui de l’école buissonnière pour tous. Ainsi, sur les différents sites d’apprentissage en ligne, le leitmotiv est : « Apprendre quand je v...

Un modèle scolaire à réinventer

Venant perturber l’enseignant dans son espace (la classe), contester le monopole de l’école dans la transmission des savoirs, interroger les pédagogies traditionnelles, le numérique est souvent vécu comme une agression dans le monde scolaire. À ne pas s’adapter à cette transformation de la société, l’école laisserait le champ libre à la marchandisation de l’éducation. Le rêve de Babel s’est démocratisé. Le rêve des créateurs du web était de permettre aux machines, aussi diverses soient-elles, de...

1 Cet article a été publié sous le titre « Les tablettes numériques s’invitent à l’internat » dans le magazine À l’écoute, édité par Apprentis d’Auteuil.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules