Logo du site

Mooc : quel rôle pour le prof ?

Dominique Boullier
Chercheur

Par-delà l’effet de mode, les « Mooc », ces cours en ligne, annoncent une industrialisation de la formation et une exacerbation de la concurrence. Si la menace est grande pour les enseignants, l’opportunité ne l’est pas moins : il s’agit pour eux de redéfinir et de réaffirmer leur rôle dans la relation aux étudiants. Par delà l'eff...

Classes inversées : fossilisation des pratiques ou innovation à l’ère numérique ?

Marcel Lebrun
Acteur de terrain

Classes inversées flipped classrooms L'appellation d'abord en anglais plus tard en français apparaît vers 2007 quand deux enseignants de chimie1 Jonathan Bergmann et Aaron Sams dans l'équivalent de notre secondaire aux États Unis découvrent le potentiel pédagogique de vidéos PowerPoint commentés screencasts2 Il s'agissait pour eux de moti...

Quand éduquer devient une industrie

Pierre Moeglin
Chercheur

Plan après plan, le numérique à l’école commet les mêmes erreurs. Malgré tous les avertissements. En toile de fond, une tentative d’OPA de l’approche productiviste en éducation aux dépens de l’approche culturelle. Derrière la difficile quête d’un successeur au bon vieux manuel scolaire, ce sont bien les fondamentaux de l’écol...

Éduquer à l’écran, éduquer par l’écran

Françoise Maine
Chercheur

Quand 90 % des enfants jouent sur console, ordi, tablette ou portable, il revient à l’école d’apprendre à s’interroger sur ce que cachent les écrans. D’autant que la conception des jeux est tout sauf neutre. Mais l’usage et la création de vidéos peuvent aussi devenir les alliés de celles et ceux qui veulent (re)motiver leurs élèv...

Pour un dialogue école et numérique : le festival Infilmementpetit

Françoise Maine
Acteur de terrain

À travers le festival Infilmementpetit, collégiens et lycéens s’interrogent sur leurs usages numériques en devenant producteurs d’images. L’événement ouvre aussi un dialogue entre culture scolaire et culture numérique. À travers le festival Infilmementpetit collégiens et lycéens s'interrogent sur leurs usages numériques en devenant...

La classe inversée : prendre en compte les spécificités de chacun

Pascal Bihouée
Acteur de terrain

Après avoir enseigné la programmation informatique à l'université j'ai eu l'occasion d'intervenir dans le secondaire lycée et collège Et j'ai rapidement préféré les activités avec les collégiens au cours magistral devant un amphithéâtre d'étudiants Mes compétences en code informatique m'ont naturellement orienté vers une réflexion...

Numérique à l’école : enthousiasme et lucidité

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

Creuset théorique de la mobilité sociale l'école laisse partir chaque année 140 000 jeunes sans diplôme Parmi eux sont surreprésentés les enfants d'ouvriers ceux issus de familles nombreuses ou ceux dont les parents sont séparés Les rouages de l'ascenseur social sont grippés Dans ce contexte l'apparition du numérique est elle une chance...

Miser sur l’intelligence collective des élèves

Murielle Szac
Acteur de terrain

En haut c'est la nuit et en bas c'est le jour Alexia se lève et montre au tableau numérique interactif grâce au stylo pointeur les zones qu'elle a identifiées sur le tableau de Van Gogh L'église d'Auvers sur Oise Mohammed la rejoint Il zoome sur un détail pour montrer que dans tous ses tableaux ce peintre fait plein de traits partout Valenti...

Quand les tablettes numériques s’invitent à l’internat

Valéry Auchère
Droit de cité

Les élèves de 3e du lycée professionnel Victorine Magne à Lisieux Calvados avaient un devoir à faire sur la Première Guerre mondiale1 Leur éducateur Franck Leblond responsable au lycée du projet tablettes numériques eut l'idée de leur montrer l'émission C'est pas sorcier Après l'avoir vue sur leur tablette tout était clair et beaucoup...

Internet contre l’échec scolaire ?

Sandra Enlart
Chercheur

Non, le numérique ne sortira pas les décrocheurs de l’échec par enchantement. Pour mettre à profit un savoir éclaté, encore faut-il lui donner un sens. Accompagnement, pédagogie adaptée, reconnaissance des apprentissages… Internet ne fournira une deuxième chance aux recalés de l’école qu’à certaines conditions. Non le numérique...

Contre la « fracture numérique », pas de coup de tablette magique !

Pascal Plantard
Chercheur

Face aux enjeux du numérique pour l’école, les pouvoirs publics répondent par de grands plans d’équipements. Ils font fausse route, ignorant que les vraies inégalités résident dans les usages et que les meilleures réponses sont territoriales. Face aux enjeux du numérique pour l'école les pouvoirs publics répondent par de grands plans...

Devenir des pros au lycée

Anne-Claire Barbet-Massin
Acteur de terrain

Maxime s'installe devant son ordinateur ouvre sa session puis sa messagerie Il est gestionnaire des achats dans l'entreprise Hortus Lyon Son chef de service lui a envoyé ce matin des emails lui demandant de créer sur le progiciel de gestion intégré Open ERP une commande de trois palmiers et deux hortensias destinée au fournisseur Touvert Un a...

La pensée du numérique

Denis Thouard
Chercheur

Lire, corriger, expliquer, juger. Ces quatre piliers de l’enseignement induisent tout le reste. La technique numérique ne saurait s’y substituer. Elle suppose, en amont, d’avoir appris à réfléchir et à raisonner dans la temporalité. Sauf à renoncer à promouvoir la capacité de penser en chacun. Lire corriger expliquer juger Ces quatre...

Un modèle scolaire à réinventer

Bruno Devauchelle
Acteur de terrain

Venant perturber l’enseignant dans son espace (la classe), contester le monopole de l’école dans la transmission des savoirs, interroger les pédagogies traditionnelles, le numérique est souvent vécu comme une agression dans le monde scolaire. À ne pas s’adapter à cette transformation de la société, l’école laisserait le champ libre...

Numérique : « On a encore plus besoin du professeur »

Michel Serres
Question de sens

Entretien - Le philosophe Michel Serres voit dans le numérique une révolution comparable à l’apparition de l’écriture et de l’imprimerie. Un séisme dans la relation entre les êtres, le rapport à la connaissance, à l’espace et au temps, qui ébranle nos institutions (dont l’école) et invalide leur schéma pyramidal. Les réponses ...

Dossier : Le numérique, une chance pour l’école ?
Elèves sur ordinateur lors de l'Exploriou camp ©Telecom Bretagne
Elèves sur ordinateur lors de l'Exploriou camp ©Telecom Bretagne

La classe inversée : prendre en compte les spécificités de chacun


Après avoir enseigné la programmation informatique à l’université, j’ai eu l’occasion d’intervenir dans le secondaire (lycée et collège). Et j’ai rapidement préféré les activités avec les collégiens au cours magistral devant un amphithéâtre d’étudiants. Mes compétences en code informatique m’ont naturellement orienté vers une réflexion sur l’intégration des usages numériques au service de la pédagogie. J’ai ainsi développé une multitude d’outils dans le cadre d’un site web. Lors de la préparation des séquences, je recherche des situations où je ne sois plus dans une démarche de transmission directe de connaissances, mais où je me positionne comme celui qui aide l’élève à résoudre un problème.

Depuis cinq ans, j’enseigne dans un collège de Saint-Brieuc où les élèves sont d’origines sociales très diverses (près de 45 % des élèves sont boursiers) et cette mixité est d’une grande richesse. L’établissement est réparti sur deux sites, avec une équipe pédagogique en partie commune. Chaque site dispose d’une classe « Unité locale inclusion scolaire » pour les élèves présentant des difficultés particulières d’apprentissage. L’équipe pédagogique est très sensible aux problématiques liées aux élèves en difficulté, à l’inclusion d’élèves en situation de handicap et à la prise en compte d’enfants en situation de précarité.

Pour ma part, j’ai expérimenté, depuis la rentrée 2012, un dispositif de « classe inversée ». Outre qu’il modifie radicalement la posture et le rôle de l’enseignant, l’un des objectifs est d’impliquer davantage les élèves, de les rendre actifs, de leur permettre de s’approprier les connaissances, de rédiger ou de participer à la rédaction de leur propre trace écrite.

L’un des objectifs de la classe inversée : impliquer davantage les élèves,  les rendre actifs, leur permettre de s’approprier les connaissances.

La première année, j’ai développé une plate-forme internet pour mettre à leur disposition des ressources accessibles à tout moment et en tout lieu (maison, CDI et classe). L’expérience, extrêmement riche, se heurtait cependant à ce dilemme : comment rendre des activités obligatoires à la maison sans créer des inégalités supplémentaires ? Pour de multiples raisons, les élèves ne pouvaient pas tous consulter les ressources convenablement (équipement numérique obsolète ou absent, difficulté d’accès à internet, etc.). J’ai ainsi été conduit à revoir l’organisation de la classe inversée en faisant en sorte que les ressources soient accessibles directement en classe, le travail à la maison et à distance devenant plus facultatif et complémentaire.

Depuis la dernière rentrée, Microsoft nous prête des tablettes, qui offrent une solution pour pallier cette inégalité. Tous les élèves peuvent désormais consulter les ressources mises à leur disposition. Chaque groupe (en général trois élèves par groupe) dispose d’une tablette. Les élèves peuvent l’utiliser en classe et la restituent en fin de cours. Ces tablettes favorisent ainsi la participation active des élèves à la production de traces écrites riches et variées. Il ne s’agit plus d’un document uniforme, distribué à toute la classe, mais d’une production adaptée qui correspond aux spécificités d’un élève ou d’un groupe d’élèves. Certains seront plus réceptifs à des supports type carte mentale, d’autres privilégieront l’explication ou les schémas.

Dans une situation de classe inversée, je ne suis plus simplement un transmetteur de savoirs : je deviens le plus souvent possible un accompagnateur, un guide et un animateur. Modifier le scénario pédagogique des séquences suppose un changement radical de posture : consacrer moins de temps à l’enseignement magistral afin de se rendre davantage disponible auprès de chaque élève.

Inclure des élèves qui présentent des difficultés particulières, bien identifiées, n’est plus alors un problème insurmontable, car je suis désormais dans une démarche d’accompagnement. Mon rôle est de donner des priorités dans les besoins de chaque groupe. Un « élève à problème » est un élève « normal » à aider et encourager comme les autres. Cette proximité de l’adulte peut alors être vécue par l’élève comme une prise en compte de sa difficulté et de l’intérêt qu’on lui porte. Le travail sur des séances de cours adaptées facilite son implication. L’aménagement de la classe, qui favorise la circulation et les échanges, peut aussi être un terrain favorable à l’intégration des élèves en situation de handicap.

Les réflexions de l’équipe pédagogique sur la démarche nous ont poussés à modifier et adapter la durée des séances. Réorganiser une demi-journée complète autour d’un cycle central est propice au travail en équipe, aux échanges, et favorise la création de projets interdisciplinaires, la co-animation, et le suivi des élèves en difficulté.

Pour aller plus loin

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules