Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Le numérique, une chance pour l’école ?

Devenir des pros au lycée

Elèves sur ordinateur lors de l'Exploriou camp © Telecom Bretagne
Elèves sur ordinateur lors de l'Exploriou camp © Telecom Bretagne

Maxime s’installe devant son ordinateur, ouvre sa session puis sa messagerie. Il est gestionnaire des achats dans l’entreprise « Hortus Lyon ». Son chef de service lui a envoyé ce matin des emails lui demandant de créer, sur le progiciel de gestion intégré Open ERP, une commande de trois palmiers et deux hortensias destinée au fournisseur « Touvert ». Un autre message lui demande de réaliser un tableau avec un graphique sur les achats des trois derniers mois de son entreprise sur tableur Excel. Il doit encore rédiger un email destiné au fournisseur « Aufleur » pour lui indiquer une erreur de livraison. Pour réaliser ces tâches, Maxime a des fiches procédures et des modes opératoires propres à chaque logiciel. Il doit mettre le travail réalisé dans un dossier destiné au chef de service qui le contrôle régulièrement. Si le travail est professionnel (sans erreur), il sera classé. Sinon, il devra être modifié. Maxime a deux collègues : un gestionnaire des ventes et un responsable administratif. Ils ont tous des tâches différentes à effectuer en respectant un délai défini. Hortus Lyon est une filiale du groupe « Hortus France » qui chapeaute neuf filiales, comprenant trois employés chacune.

Ma collègue enseignante et moi-même sommes ainsi à la tête du groupe Hortus France : une société virtuelle qui permet à nos vingt-sept élèves d’être en situation professionnelle. Grâce à cette simulation, les élèves sont actifs en cours. À eux de se prendre en main pour aller lire leurs messages, effectuer les tâches en consultant les fiches ressources sur les logiciels et rendre le travail demandé. Comme ils sont là pour apprendre, leur travail n’est pas noté mais modifié. Lors de la séance suivante, ils devront reprendre les éléments à améliorer et arriver petit à petit à un travail professionnel. Ce scénario se développe sur quatre à cinq semaines et les rôles changent. Sur une année scolaire, chaque élève peut ainsi répondre aux situations professionnelles visées par le référentiel du bac professionnel « gestion administration ».

Pour chaque activité, l’élève rédige une fiche pour la décrire et l’analyser : contexte, moyens, démarche, résultat obtenu, difficultés rencontrées. Ces fiches sont réalisées sur un logiciel, Cerise Pro, qui regroupe toutes les compétences acquises par l’élève pendant ces trois années de formation dans un passeport professionnel. Quant un scénario s’achève, chaque élève nous remet un dossier papier comprenant tous les travaux réalisés accompagnés des fiches descriptives. Ce dossier est évalué.

L’élève « joue » avec son ordinateur, simule un rôle futur, pour acquérir petit à petit une attitude professionnelle.

Cette nouvelle pédagogie bouleverse la fonction traditionnelle de l’enseignant : il n’est plus celui qui transmet le savoir, celui qui parle et que l’élève écoute. Fini le temps des livres, des « Faites-moi l’exercice page tant ! », des leçons à apprendre et à réciter… L’élève « joue » avec son ordinateur, simule un rôle futur, pour acquérir petit à petit une attitude professionnelle. Il découvre des logiciels, il apprend à lire des consignes et à réaliser des travaux concrets (commande, email…). Un courrier avec des fautes n’est pas acceptable. Le professeur de français est parfois présent pour aider l’élève à repérer ses lacunes en orthographe et en syntaxe. Petit à petit, le lycéen devient un « pro ». C’est possible ! Avec ma classe de Terminale (vingt-trois élèves), nous sommes arrivés cette année à une relative autonomie des élèves. Mais que d’énergie !

Pour que les élèves deviennent autonomes, il faut savoir prévoir les pannes d’ordinateur, d’imprimante, les problèmes avec les logiciels (les élèves savent mieux que nous gérer l’informatique et « créer » des bugs). Pour qu’ils rentrent dans leur rôle, nous devons nous adresser à eux comme s’ils étaient des employés. Mais ils restent encore jeunes ! Il faut gérer l’absentéisme et surtout créer des situations professionnelles concrètes, différentes et évaluables. Car la difficulté de cette pédagogie est l’évaluation. On ne peut pas se leurrer : les élèves ne travaillent que s’ils sont notés ! Mais comment évaluer un travail réalisé plus ou moins en groupe, quand certains savent très bien avoir recours au « copié collé » via internet ? Comment savoir si la compétence est vraiment acquise ou s’il elle est « bidouillée » ? Les élèves apprécient cette méthode d’apprentissage plutôt ludique – même si certains regrettent le temps où ils pouvaient dormir à côté du radiateur. Est-elle efficace ? Je manque encore de recul pour le dire. Mais j’ai acquis une certitude : le rôle de l’enseignant change, il faut être en veille permanente afin de s’adapter à une nouvelle forme d’esprit.

J'achète Le numéro !
Le numérique, une chance pour l’école ?
Je m'abonne dès 3.90 € / mois
Abonnez vous pour avoir accès au numéro
Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

Mooc : quel rôle pour le prof ?

Par-delà l’effet de mode, les « Mooc », ces cours en ligne, annoncent une industrialisation de la formation et une exacerbation de la concurrence. Si la menace est grande pour les enseignants, l’opportunité ne l’est pas moins : il s’agit pour eux de redéfinir et de réaffirmer leur rôle dans la relation aux étudiants. Les plates-formes de Mooc (« Massive open online courses ») nous l’annoncent : elles pourront prendre en charge des milliers d’utilisateurs consultant simultanément les mêmes ressou...

Classes inversées : fossilisation des pratiques ou innovation à l’ère numérique ?

Classes inversées (flipped classrooms). L’appellation (d’abord en anglais, plus tard en français) apparaît vers 2007 quand deux enseignants de chimie1, Jonathan Bergmann et Aaron Sams (dans l’équivalent de notre secondaire aux États-Unis), découvrent le potentiel pédagogique de vidéos (PowerPoint commentés, screencasts2…). Il s’agissait pour eux de motiver leurs élèves à préparer (à domicile ou sans la présence physique ou la supervision de l’enseignant) les leçons traditionnellement données en...

Un modèle scolaire à réinventer

Venant perturber l’enseignant dans son espace (la classe), contester le monopole de l’école dans la transmission des savoirs, interroger les pédagogies traditionnelles, le numérique est souvent vécu comme une agression dans le monde scolaire. À ne pas s’adapter à cette transformation de la société, l’école laisserait le champ libre à la marchandisation de l’éducation. Le rêve de Babel s’est démocratisé. Le rêve des créateurs du web était de permettre aux machines, aussi diverses soient-elles, de...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules