Logo du site

Mooc : quel rôle pour le prof ?

Dominique Boullier
Chercheur

Par-delà l’effet de mode, les « Mooc », ces cours en ligne, annoncent une industrialisation de la formation et une exacerbation de la concurrence. Si la menace est grande pour les enseignants, l’opportunité ne l’est pas moins : il s’agit pour eux de redéfinir et de réaffirmer leur rôle dans la relation aux étudiants. Par delà l'eff...

Classes inversées : fossilisation des pratiques ou innovation à l’ère numérique ?

Marcel Lebrun
Acteur de terrain

Classes inversées flipped classrooms L'appellation d'abord en anglais plus tard en français apparaît vers 2007 quand deux enseignants de chimie1 Jonathan Bergmann et Aaron Sams dans l'équivalent de notre secondaire aux États Unis découvrent le potentiel pédagogique de vidéos PowerPoint commentés screencasts2 Il s'agissait pour eux de moti...

Quand éduquer devient une industrie

Pierre Moeglin
Chercheur

Plan après plan, le numérique à l’école commet les mêmes erreurs. Malgré tous les avertissements. En toile de fond, une tentative d’OPA de l’approche productiviste en éducation aux dépens de l’approche culturelle. Derrière la difficile quête d’un successeur au bon vieux manuel scolaire, ce sont bien les fondamentaux de l’écol...

Éduquer à l’écran, éduquer par l’écran

Françoise Maine
Chercheur

Quand 90 % des enfants jouent sur console, ordi, tablette ou portable, il revient à l’école d’apprendre à s’interroger sur ce que cachent les écrans. D’autant que la conception des jeux est tout sauf neutre. Mais l’usage et la création de vidéos peuvent aussi devenir les alliés de celles et ceux qui veulent (re)motiver leurs élèv...

Pour un dialogue école et numérique : le festival Infilmementpetit

Françoise Maine
Acteur de terrain

À travers le festival Infilmementpetit, collégiens et lycéens s’interrogent sur leurs usages numériques en devenant producteurs d’images. L’événement ouvre aussi un dialogue entre culture scolaire et culture numérique. À travers le festival Infilmementpetit collégiens et lycéens s'interrogent sur leurs usages numériques en devenant...

La classe inversée : prendre en compte les spécificités de chacun

Pascal Bihouée
Acteur de terrain

Après avoir enseigné la programmation informatique à l'université j'ai eu l'occasion d'intervenir dans le secondaire lycée et collège Et j'ai rapidement préféré les activités avec les collégiens au cours magistral devant un amphithéâtre d'étudiants Mes compétences en code informatique m'ont naturellement orienté vers une réflexion...

Numérique à l’école : enthousiasme et lucidité

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

Creuset théorique de la mobilité sociale l'école laisse partir chaque année 140 000 jeunes sans diplôme Parmi eux sont surreprésentés les enfants d'ouvriers ceux issus de familles nombreuses ou ceux dont les parents sont séparés Les rouages de l'ascenseur social sont grippés Dans ce contexte l'apparition du numérique est elle une chance...

Miser sur l’intelligence collective des élèves

Murielle Szac
Acteur de terrain

En haut c'est la nuit et en bas c'est le jour Alexia se lève et montre au tableau numérique interactif grâce au stylo pointeur les zones qu'elle a identifiées sur le tableau de Van Gogh L'église d'Auvers sur Oise Mohammed la rejoint Il zoome sur un détail pour montrer que dans tous ses tableaux ce peintre fait plein de traits partout Valenti...

Quand les tablettes numériques s’invitent à l’internat

Valéry Auchère
Droit de cité

Les élèves de 3e du lycée professionnel Victorine Magne à Lisieux Calvados avaient un devoir à faire sur la Première Guerre mondiale1 Leur éducateur Franck Leblond responsable au lycée du projet tablettes numériques eut l'idée de leur montrer l'émission C'est pas sorcier Après l'avoir vue sur leur tablette tout était clair et beaucoup...

Internet contre l’échec scolaire ?

Sandra Enlart
Chercheur

Non, le numérique ne sortira pas les décrocheurs de l’échec par enchantement. Pour mettre à profit un savoir éclaté, encore faut-il lui donner un sens. Accompagnement, pédagogie adaptée, reconnaissance des apprentissages… Internet ne fournira une deuxième chance aux recalés de l’école qu’à certaines conditions. Non le numérique...

Contre la « fracture numérique », pas de coup de tablette magique !

Pascal Plantard
Chercheur

Face aux enjeux du numérique pour l’école, les pouvoirs publics répondent par de grands plans d’équipements. Ils font fausse route, ignorant que les vraies inégalités résident dans les usages et que les meilleures réponses sont territoriales. Face aux enjeux du numérique pour l'école les pouvoirs publics répondent par de grands plans...

Devenir des pros au lycée

Anne-Claire Barbet-Massin
Acteur de terrain

Maxime s'installe devant son ordinateur ouvre sa session puis sa messagerie Il est gestionnaire des achats dans l'entreprise Hortus Lyon Son chef de service lui a envoyé ce matin des emails lui demandant de créer sur le progiciel de gestion intégré Open ERP une commande de trois palmiers et deux hortensias destinée au fournisseur Touvert Un a...

La pensée du numérique

Denis Thouard
Chercheur

Lire, corriger, expliquer, juger. Ces quatre piliers de l’enseignement induisent tout le reste. La technique numérique ne saurait s’y substituer. Elle suppose, en amont, d’avoir appris à réfléchir et à raisonner dans la temporalité. Sauf à renoncer à promouvoir la capacité de penser en chacun. Lire corriger expliquer juger Ces quatre...

Un modèle scolaire à réinventer

Bruno Devauchelle
Acteur de terrain

Venant perturber l’enseignant dans son espace (la classe), contester le monopole de l’école dans la transmission des savoirs, interroger les pédagogies traditionnelles, le numérique est souvent vécu comme une agression dans le monde scolaire. À ne pas s’adapter à cette transformation de la société, l’école laisserait le champ libre...

Numérique : « On a encore plus besoin du professeur »

Michel Serres
Question de sens

Entretien - Le philosophe Michel Serres voit dans le numérique une révolution comparable à l’apparition de l’écriture et de l’imprimerie. Un séisme dans la relation entre les êtres, le rapport à la connaissance, à l’espace et au temps, qui ébranle nos institutions (dont l’école) et invalide leur schéma pyramidal. Les réponses ...

Dossier : Le numérique, une chance pour l’école ?
Elèves sur ordinateur lors de l'Exploriou camp © Telecom Bretagne
Elèves sur ordinateur lors de l'Exploriou camp © Telecom Bretagne

Devenir des pros au lycée


Maxime s’installe devant son ordinateur, ouvre sa session puis sa messagerie. Il est gestionnaire des achats dans l’entreprise « Hortus Lyon ». Son chef de service lui a envoyé ce matin des emails lui demandant de créer, sur le progiciel de gestion intégré Open ERP, une commande de trois palmiers et deux hortensias destinée au fournisseur « Touvert ». Un autre message lui demande de réaliser un tableau avec un graphique sur les achats des trois derniers mois de son entreprise sur tableur Excel. Il doit encore rédiger un email destiné au fournisseur « Aufleur » pour lui indiquer une erreur de livraison. Pour réaliser ces tâches, Maxime a des fiches procédures et des modes opératoires propres à chaque logiciel. Il doit mettre le travail réalisé dans un dossier destiné au chef de service qui le contrôle régulièrement. Si le travail est professionnel (sans erreur), il sera classé. Sinon, il devra être modifié. Maxime a deux collègues : un gestionnaire des ventes et un responsable administratif. Ils ont tous des tâches différentes à effectuer en respectant un délai défini. Hortus Lyon est une filiale du groupe « Hortus France » qui chapeaute neuf filiales, comprenant trois employés chacune.

Ma collègue enseignante et moi-même sommes ainsi à la tête du groupe Hortus France : une société virtuelle qui permet à nos vingt-sept élèves d’être en situation professionnelle. Grâce à cette simulation, les élèves sont actifs en cours. À eux de se prendre en main pour aller lire leurs messages, effectuer les tâches en consultant les fiches ressources sur les logiciels et rendre le travail demandé. Comme ils sont là pour apprendre, leur travail n’est pas noté mais modifié. Lors de la séance suivante, ils devront reprendre les éléments à améliorer et arriver petit à petit à un travail professionnel. Ce scénario se développe sur quatre à cinq semaines et les rôles changent. Sur une année scolaire, chaque élève peut ainsi répondre aux situations professionnelles visées par le référentiel du bac professionnel « gestion administration ».

Pour chaque activité, l’élève rédige une fiche pour la décrire et l’analyser : contexte, moyens, démarche, résultat obtenu, difficultés rencontrées. Ces fiches sont réalisées sur un logiciel, Cerise Pro, qui regroupe toutes les compétences acquises par l’élève pendant ces trois années de formation dans un passeport professionnel. Quant un scénario s’achève, chaque élève nous remet un dossier papier comprenant tous les travaux réalisés accompagnés des fiches descriptives. Ce dossier est évalué.

L’élève « joue » avec son ordinateur, simule un rôle futur, pour acquérir petit à petit une attitude professionnelle.

Cette nouvelle pédagogie bouleverse la fonction traditionnelle de l’enseignant : il n’est plus celui qui transmet le savoir, celui qui parle et que l’élève écoute. Fini le temps des livres, des « Faites-moi l’exercice page tant ! », des leçons à apprendre et à réciter… L’élève « joue » avec son ordinateur, simule un rôle futur, pour acquérir petit à petit une attitude professionnelle. Il découvre des logiciels, il apprend à lire des consignes et à réaliser des travaux concrets (commande, email…). Un courrier avec des fautes n’est pas acceptable. Le professeur de français est parfois présent pour aider l’élève à repérer ses lacunes en orthographe et en syntaxe. Petit à petit, le lycéen devient un « pro ». C’est possible ! Avec ma classe de Terminale (vingt-trois élèves), nous sommes arrivés cette année à une relative autonomie des élèves. Mais que d’énergie !

Pour que les élèves deviennent autonomes, il faut savoir prévoir les pannes d’ordinateur, d’imprimante, les problèmes avec les logiciels (les élèves savent mieux que nous gérer l’informatique et « créer » des bugs). Pour qu’ils rentrent dans leur rôle, nous devons nous adresser à eux comme s’ils étaient des employés. Mais ils restent encore jeunes ! Il faut gérer l’absentéisme et surtout créer des situations professionnelles concrètes, différentes et évaluables. Car la difficulté de cette pédagogie est l’évaluation. On ne peut pas se leurrer : les élèves ne travaillent que s’ils sont notés ! Mais comment évaluer un travail réalisé plus ou moins en groupe, quand certains savent très bien avoir recours au « copié collé » via internet ? Comment savoir si la compétence est vraiment acquise ou s’il elle est « bidouillée » ? Les élèves apprécient cette méthode d’apprentissage plutôt ludique – même si certains regrettent le temps où ils pouvaient dormir à côté du radiateur. Est-elle efficace ? Je manque encore de recul pour le dire. Mais j’ai acquis une certitude : le rôle de l’enseignant change, il faut être en veille permanente afin de s’adapter à une nouvelle forme d’esprit.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules