Logo du site

« Les religions diffèrent, mais les questions sont universelles »

Maurice Godelier
Question de sens

Pour l’anthropologue Maurice Godelier, l’idée que les religions puissent disparaître de nos sociétés n’est pas crédible. Elles occupent une place unique, sans concurrencer directement le politique. Pour l'anthropologue Maurice Godelier l'idée que les religions puissent disparaître de nos sociétés n'est pas crédible Elles occupent un...

Aux frontières de la liberté de religion

Clive Baldwin
Acteur de terrain

La liberté de religion, énoncée dans la Déclaration universelle des droits de l’homme, implique la possibilité d’exprimer publiquement ses convictions. La France a parfois tendance à l'oublier. Cette liberté n’est cependant pas sans limites. La liberté de religion énoncée dans la Déclaration universelle des droits de l'homme impliq...

Religions et modernité : du particulier à l’universel

Claude Dagens
Question de sens

Pour Claude Dagens, évêque d’Angoulême, le souci de ce qui est commun à notre humanité ouvre les chrétiens à un universel. À la fois dans le champ politique, si l’engagement dépasse l’affirmation de particularismes, et dans la relation interpersonnelle. Pour Claude Dagens évêque d'Angoulême le souci de ce qui est commun à notre h...

La sécularisation, une thèse crédible ?

Franz-Xaver Kaufmann
Chercheur

Longtemps perçu comme un mouvement irrémédiable de la modernité, le déclin de la religion apparaît désormais comme une bizarrerie européenne. Que recouvre la notion de « sécularisation » ? Où trouve-t-elle ses racines ? Longtemps perçu comme un mouvement irrémédiable de la modernité le déclin de la religion apparaît désormais com...

S’adresser à l’ensemble de la société sans se renier

Pascal Balmand, Jean-Marc Boisselier et Antoine Dulin
Acteur de terrain

Table ronde – Dans le champ éducatif comme dans le champ social, nombreux sont les acteurs confessionnels. Suscitent-ils des méfiances ou au contraire des attentes spécifiques ? Leur identité religieuse est-elle pleinement assumée ? Table ronde Dans le champ éducatif comme dans le champ social nombreux sont les acteurs confessionnels Suscit...

L’épiscopat catholique dans l’espace politique français

Philippe Portier
Chercheur

En un siècle, le rapport de l’Église catholique au politique a changé du tout au tout. Longtemps soudé dans la résistance à la République laïque, l’épiscopat s’est mû, dans la seconde moitié du XXe siècle, en soutien du pluralisme et de la citoyenneté républicaine. Sans pour autant renoncer à peser, au nom de la loi divine. En ...

Du besoin public des religions

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

Chez les catholiques il fut un temps où pour ne pas être taxé de prosélytisme l'on enseignait à vivre en chrétien sans pour autant s'en réclamer Un témoignage dont la discrétion devait faire la force Aujourd'hui l'heure est davantage à l'affirmation visible de son identité Les musulmans eux aussi revendiquent le droit à vivre selon leu...

Informer, désinstrumentaliser le religieux

Geneviève Delrue
Acteur de terrain

Entretien – Journaliste spécialiste des religions, G. Delrue considère que son rôle est notamment de désamorcer les tensions, en particulier politiques, qui se cristallisent autour des religions. Entretien Journaliste spécialiste des religions G Delrue considère que son rôle est notamment de désamorcer les tensions en particulier politiqu...

L’Europe face à l’islam

Valérie Amiraux
Chercheur

Au fil des années, une stigmatisation de l’islam et de ses pratiquants (réels ou supposés) s’est opérée, en France et en Europe. Quelle place est faite aux musulmans dans l’espace public ? Au fil des années une stigmatisation de l'islam et de ses pratiquants réels ou supposés s'est opérée en France et en Europe Quelle place est fait...

La laïcité à l’italienne

Giacomo Costa
Vu d'ailleurs

En Italie, la frontière entre héritage culturel et tradition religieuse est poreuse. La présence du Vatican y donne à la laïcité une coloration bien particulière. En Italie la frontière entre héritage culturel et tradition religieuse est poreuse La présence du Vatican y donne à la laïcité une coloration bien particulière Certes tous l...

Redonner leur place aux oubliés, l’expérience de « Diaconia »

Étienne Grieu
Question de sens

Avec la dynamique « Diaconia », une partie de l’Église catholique a voulu redonner aux plus petits et aux plus fragiles une place et les écouter. Car sans eux, l’Église n’est plus elle-même. Cette démarche interroge : qui est autorisé à participer au débat public ? Avec la dynamique Diaconia une partie de l'Église catholique a voul...

L’expression des religions, une chance pour la démocratie

Jean-Paul Willaime
Chercheur

Un temps reléguées dans la sphère privée, les religions se font à nouveau plus visibles. La laïcité est-elle menacée ? À quelles conditions la vie de la cité peut-elle bénéficier de l’apport des religions ? Un temps reléguées dans la sphère privée les religions se font à nouveau plus visibles La laïcité est elle menacée À que...

Dossier : Religions, une affaire publique ?
Basilique Saint Pierre de Rome, Vatican ©Gaspar Serrano/Flickr/CC
Basilique Saint Pierre de Rome, Vatican ©Gaspar Serrano/Flickr/CC

La laïcité à l’italienne


En Italie, la frontière entre héritage culturel et tradition religieuse est poreuse. La présence du Vatican y donne à la laïcité une coloration bien particulière.

Certes, tous les États européens sont liés par les mêmes exigences en matière de droits de l’homme. Mais, face à la question d’une place faite à l’identité religieuse, ils mettent en œuvre une variété remarquable de politiques. Ainsi, en Italie, l’histoire et la présence de l’État du Vatican exercent une forte influence sur l’articulation des relations entre Église et État.

Les relations avec le Saint-Siège

L’Italie, en effet, est née d’une guerre contre le pape (voir encadré) ! En même temps, elle ne pouvait pas ignorer la présence de l’État du Vatican, ce qui a rendu impossible la mise en place d’une religion civique. L’article 1 du Statuto albertino (la constitution du Royaume d’Italie de 1848 à 1946) déclarait le catholicisme religion d’État.

Un anticléricalisme fédérateur
L’anticléricalisme fut l’un des rares éléments fédérateurs des promoteurs de l’unité nationale italienne, qui allaient de la droite à la gauche libérale et démocratique, incluant tous ceux qui réclamaient la pleine légitimité du Royaume de Sardaigne (Savoie/Piémont) à annexer le reste du pays, et qui voulaient Rome (alors capitale des États pontificaux) comme capitale. Après la création du Royaume d’Italie en 1861, la question religieuse s’est ainsi entrelacée avec la « question romaine », l’achèvement de l’unification nationale avec la « libération » de Rome (du pape). Dès lors, un aspect agressivement laïque a caractérisé à la fois les politiques gouvernementales du nouveau royaume et de larges secteurs de la société civile, ce qui explique l’adoption d’une législation supprimant les congrégations religieuses et les expropriant de leurs biens, rendant l’enseignement de la religion optionnel dans les écoles publiques, légalisant la crémation. En réponse, une attitude intransigeante est devenue dominante parmi les catholiques italiens, qui jugeaient le nouveau royaume illégitime et refusaient toute forme de collaboration, à commencer par la participation aux élections.

Après la prise de Rome, la ville est déclarée capitale le 20 septembre 1870. La « loi des garanties », adoptée en 1871 pour réglementer les relations entre le Royaume d’Italie et le Saint-Siège, sera rejetée par le pape comme un acte unilatéral : Pie IX se considère « prisonnier du Vatican ». La situation change radicalement le 11 février 1929, lorsque les Accords du Latran sont signés : par ce traité de reconnaissance mutuelle, des relations bilatérales régulières sont mises en place. Mussolini, au pouvoir depuis 1922, entendait régler la question romaine et apaiser l’Église, un moyen pour lui de consolider son pouvoir. Un traité international reconnaît l’indépendance et la souveraineté du Saint-Siège, donnant ainsi naissance à l’État du Vatican, et un concordat régit les relations entre État et Église en Italie.

En 1948, ces deux documents seront reconnus par l’article 7 de la nouvelle Constitution républicaine, ce qui signifie qu’en Italie les accords avec l’Église catholique sont régis par un traité international, entre deux États souverains, inscrit dans la Constitution. Tout changement dans le Concordat qui ne serait pas accepté en même temps par l’Italie et le Saint-Siège requiert de modifier la Constitution italienne. Cela ne concerne pas les autres religions ! Inutile de dire que cette situation n’est guère satisfaisante pour toute une partie de la société italienne pour laquelle le biais anticlérical de la fin du XIXe siècle demeure bien vivant.

La « laicità » protège les religions de l’État

Qu’en est-il de la laïcité aujourd’hui ? Nous prendrons un exemple concret. Selon les règles toujours en vigueur, un crucifix est placardé dans les classes de chaque école publique, tout comme dans les tribunaux et dans d’autres bâtiments publics. En 2007, une citoyenne italienne d’origine finlandaise, membre de l’Union des rationalistes, demandait que l’école que fréquentaient ses deux fils, près de Padoue, enlève la croix de leurs classes. Après un long processus judiciaire, allant de la commission scolaire jusqu’au tribunal administratif régional et à la Cour constitutionnelle, le Conseil d’État a tranché : le crucifix ne pouvait pas être interdit sur le mur des classes. La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), intervenant en appel, a d’abord donné raison à la mère des élèves, mais la position de l’Italie a finalement été reconnue par la Grande Chambre de la CEDH le 18 mars 2011.

L’examen de la décision du Conseil d’État éclaire ici le sens de la laicità à l’italienne. Le Conseil reconnaît que le terme « laïcité » est controversé et que les règles « sont déterminées par référence à la tradition culturelle et aux coutumes de chaque peuple, et [par] la façon dont elles s’enracinent dans son système juridique ». En d’autres termes, la compréhension de la laicità varie en fonction du temps, de l’histoire et de l’organisation particulière de chaque État ! On est très loin d’un principe universel et abstrait…

La compréhension de la « laicità » varie en fonction du temps, de l’histoire et de l’organisation particulière de chaque État.

La laicità se présente comme un principe fondamental de l’architecture constitutionnelle italienne, invoqué pour régler des questions comme celle de l’éducation religieuse dans les écoles de l’État ou de la validité juridique du mariage religieux. Si elle n’est pas un principe explicite de la Constitution, on peut la déduire de plusieurs articles : la protection des droits fondamentaux de l’homme, quelle que soit sa croyance (art. 2) ; l’interdiction de toute discrimination religieuse (art. 3) ; la liberté de toutes les confessions quant à leur organisation interne, tant que celle-ci ne porte pas atteinte à la loi (art. 8) ; la liberté religieuse, c’est-à-dire la liberté de croire ou non, de manifester sa foi en public ou en privé (art. 19) ; l’interdiction pour l’État de se mêler des affaires intérieures des confessions religieuses (art. 7 et 8) ; la non-discrimination à l’égard des institutions religieuses (art. 20). Pour le Conseil d’État, la laicità implique une attitude favorable à l’égard du phénomène religieux et des confessions religieuses et fixe des limites à l’État concernant la relation avec toutes les confessions religieuses.

De même, en 1989, la Cour constitutionnelle a déclaré que, l’État étant laïque, la religion catholique pouvait être enseignée dans les écoles publiques, parce que la culture religieuse, sous la forme du pluralisme religieux, a une valeur éducative et parce que le catholicisme fait partie du « patrimoine historique du peuple italien ». Et la loi régissant l’enseignement de la religion catholique dans les écoles publiques garantit à tous la liberté de choisir ou non cette possibilité, en vertu de la liberté de conscience et de la responsabilité des parents (articles 19 et 30 de la Constitution).

Un débat public indispensable

La question spécifique du crucifix dans les salles de classe a été abordée, en premier lieu, en application de la loi, qui prescrit sa présence. Mais le Conseil juge aussi qu’en Italie la croix est considérée comme apte à véhiculer les valeurs constitutionnelles de la tolérance : le respect mutuel, la dignité humaine, la liberté personnelle, l’autonomie de la conscience morale de l’autorité, la solidarité et le rejet de toutes les formes de discrimination, d’une façon symbolique qui est aussi adéquate du point de vue laïque. De ce point de vue, la croix n’est pas seulement un objet religieux, mais un objet « républicain » ! Dans le contexte culturel italien (pays laïque mais non sécularisé), il ne paraît pas aberrant d’y trouver un symbole pour transmettre ces valeurs.

Cette vision, bien sûr, n’est pas immuable. Un débat public est nécessaire, mais il doit d’abord être mené dans l’espace politique ou culturel public, et non dans un tribunal. Le Conseil ne précise pas le concept théorique de laicità, ni le meilleur système juridique à mettre en œuvre : il estime qu’une décision de justice ne doit pas et ne peut pas remplacer le débat public et le travail des institutions représentatives, dont le Parlement. En d’autres termes, une loi est nécessaire si l’on doit enlever la croix des salles de classe. Malheureusement, le Parlement a souvent échoué à légiférer sur ces questions.

Le Conseil exclut cependant que la loi interdise l’exposition de la croix, estimant qu’une attitude antireligieuse serait contraire à la Constitution. Les personnes qui entrent dans l’espace public ne sont pas tenues de mettre leurs convictions idéologiques, morales ou religieuses de côté, mais de les rendre explicites et de les confronter avec celles des autres États sans vouloir effacer d’un seul coup l’histoire du pays. La seule règle est de s’abstenir d’imposer ses croyances ou d’exiger qu’elles soient traduites en lois « universelles ». Par définition, l’espace public est celui que nous avons en commun et que personne ne peut s’approprier. Un lieu de débat où les différences entrent en contact les unes avec les autres et où la position personnelle de chacun et son identité en tant que citoyen sont rapprochées : si la première est forcément partielle, la seconde est ainsi marquée par la culture publique commune.

Compte tenu de l’histoire italienne, on pourrait penser que la lutte entre anticléricaux laïques et mondes « catholiques » se poursuit. Mais aujourd’hui les oppositions ne sont pas forcément entre catholiques et non catholiques ! D’un côté, il y a les « athées dévots » : non-croyants, sans implication personnelle dans la foi, mais qui font usage de la religion catholique comme d’un outil pour défendre le patrimoine de la culture et les valeurs de l’Occident, en danger à leurs yeux, et pour s’opposer, par exemple, à l’islam. Des membres de la hiérarchie ecclésiastique peuvent entretenir une forme dangereuse de complicité avec cette mouvance. Ce que l’on nomme « religion civile » en Italie a toujours une forte liaison avec le catholicisme. De l’autre côté, il existe bien sûr des « laïques » parmi les catholiques.

Je citerai, pour conclure, les propos d’un « non-croyant », Massimo Cacciari, dans lesquels de nombreux croyants peuvent se retrouver : « La conception, aujourd’hui largement dominante, qui oppose laicità et acte de foi est banalisante. Le laico peut être soit le croyant soit l’incroyant. Ainsi les deux peuvent être l’expression du dogmatisme le plus vide. Le laico n’est pas celui qui refuse ou, pire, se moque du sacré, mais littéralement celui qui lui ‘fait face’, qui se tient devant lui. Devant lui dans tous les sens : le discute, le questionne, se remet en question devant son mystère. Le laico est chaque croyant qui n’est pas superstitieux, qui est capable, voire désireux de discuter face à face avec son Dieu. Quelqu’un qui ne veut pas seulement être rassuré par Lui, mais qui est accroché à sa présence-absence. Est laico tout non-croyant qui sait que son propre point de vue et sa recherche sont relatifs, qui ne fait pas d’eux un absolu ou qui ne les idolâtre pas ; celui qui sait aussi en même temps écouter l’analogie profonde qui le lie à la question du croyant, à l’agonie de ce dernier. Lorsque nous comprendrons de cette façon le sens de la ‘laicità’, alors, et alors seulement, elle pourra être la valeur sur laquelle construire ensemble notre maison. »

Cet article est largement inspiré d’une intervention prononcée à Lviv (Ukraine), en août 2013.

À lire aussi dans la question en débat
« Religions, une affaire publique ? »

Dans nos archives

Du même auteur

Tribune italienne

Giacomo Costa
Vu d'ailleurs

Silvio Berlusconi est revenu pour un quatrième gouvernement Mais la très nette victoire du Cavaliere aux élections d'avril 2008 a t elle produit en Italie le tournant qu'il avait promis à haute voix aux électeurs Et comment le nouveau Président du Conseil se pose t il face à l'Union européenne lui qui a toujours été connu comme un eurosceptique Le paysage politique après les électionsLes élections des 13 et14 avril ont fait bouger il est vrai de façon radicale le cadre de la polit...

La paroisse carrefour

Giacomo Costa
Acteur de terrain

Resumé Avec la ville, la paroisse évolue. Sa figure est le signe de nouveaux chemins de rencontre et de socialisation. Resumé Avec la ville la paroisse évolue Sa figure est le signe de nouveaux chemins de rencontre et de socialisation Au long des siècles la paroisse fut un lieu de structuration de la vie publique de cohésion sociale pour les habitants d'un territoire délimité Elle assurait un rôle civil consignant dans un registre tous les actes importants de l'existence baptêmes maria...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules