Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : La recherche, l'heure des choix

La recherche, l'heure des choix (introduction)


Tout n’est plus possible, cette évidence est aujourd’hui difficile à entendre. Même dans le contexte européen, qui élargit les possibilités, les nouveaux projets de recherche fondamentale, orientée ou appliquée se décideront à partir d’une histoire de réussites mais aussi d’échecs.

Des échecs, dont les détails mériteraient plus d’attention, le gouvernement peut retenir une leçon élémentaire : il ne suffit pas de vouloir pour pouvoir. Il est moins cruel de se le répéter que de se l’entendre dire par d’autres. Seuls les Etats-Unis, mais sans doute non sans gâchis pour leur propre économie, sont capables de ce genre de stratégie. Dans certains secteurs, le manque de chercheurs devient critique. Dans d’autres, un effort est envisageable à condition d’être conduit d’une manière concertée avec d’autres partenaires européens. Bref, la France n’a pas les moyens d’une politique de recherche tous azimuts. Qui va faire les arbitrages nécessaires et au nom de quoi ?

Parallèlement, les demandes des chercheurs doivent être passées au crible d’un réalisme difficile à assumer. Par exemple, les Etats généraux de la Recherche ont proposé des pôles de recherche et d’enseignement supérieur multidisciplinaires (PRES). Mais le collectif « Sauvons la recherche » refuse la compétition entre ces pôles voulue par le gouvernement, en particulier dans leur mission de transfert et de valorisation. Dans chaque région, sur chaque territoire, peut-on poursuivre des programmes de la façon la plus large, et finalement refuser de choisir ?

A l’heure où un avant-projet de loi de programmation et d’orientation est âprement discuté, Projet a voulu mettre en perspective les arbitrages nécessaires, depuis la question des finalités jusqu’à celle du statut des chercheurs.


J'achète Le numéro !
Dossier : La recherche, l'heure des choix
Je m'abonne dès 3.90 € / mois
Abonnez vous pour avoir accès au numéro
Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

Recherche et fuite des cerveaux, l'exemple américain ?

Resumé Pourquoi les universités américaines attirent étudiants et chercheurs. De nombreux articles de presse s’émeuvent de la fuite des cerveaux et cherchent à comprendre les raisons qui poussent un chercheur français à s’expatrier. Mais faut-il vraiment s’alarmer ? N’est-ce pas une étape d’un processus normal de formation, comme en d’autres temps le compagnonnage ? 95 % des Français expatriés reviennent en France dans les cinq ans ; le savoir-faire qu’ils rapportent est une source de richesse. ...

L'avenir de la recherche

Resumé Dans quel environnement notre système de recherche et d’innovation va-t-il se trouver ? Projet – La recherche française est, dit-on, aujourd’hui en crise. Quel regard portez-vous sur la situation présente ?Jacques Lesourne – Le système français de recherche et d’innovation s’est mis en place après la seconde guerre mondiale. Aujourd’hui, le contexte est très différent, par la construction de l’Europe et l’ouverture de l’économie, par l’émergence de multinationales, et par la modification ...

Un passage de générations inabouti

Le système d’intégration des chercheurs n’a pas suivi les évolutions de son environnement. Alors que des choix stratégiques pour l’avenir de la recherche semblent se dessiner, une part significative des débats, celle qui a le plus retenu l’attention, concerne l’avenir des personnels. Un Collectif relativement important, « Sauvons la recherche », s’est constitué et demeure actif. Simples revendications corporatistes ? L’histoire des organismes de recherche met en évidence la grande fragilité du s...

Du même auteur

Le choix de l’hospitalité

Que l’hypothèse d’une victoire de Marine Le Pen à l’élection présidentielle ne puisse plus être écartée avec certitude, en dit long sur le raidissement de la société française. Dans un tel contexte, le risque est grand que l’accueil des étrangers ne devienne, toujours davantage, un tabou. Comme si, pour paraître « responsable », il fallait donner des gages sur la fermeture de nos frontières, rivaliser dans les obstacles mis sur la route de l’exil. Laisser mourir, en mer ou dans nos rues, pour n...

Affronter les questions ultimes

La crise écologique questionne, de manière fondamentale, le destin de l’humanité sur la planète terre. Elle invite à relire les textes fondateurs de la tradition judéo-chrétienne qui sont déjà au cœur des débats contemporains. Crise, catastrophe, effondrement… Nous discutons encore des termes, de l’imminence, de la durée, de l’importance de ce qui nous attend… Les signes, pourtant, sont déjà là : cyclones, sécheresses, tensions sur les marchés des matières premières, réfugiés climatiques… : « La...

Europe : reprendre en main notre destin

Qui l’Europe actuelle fait-elle encore rêver ? En son nom, on démantèle l’État-providence sur l’autel de la dette. On prive d’horizon la moitié des jeunes de Grèce, d’Espagne ou du Portugal. On tient le registre macabre des corps en Méditerranée. En son nom, la Commission négocie un traité transatlantique qui, s’il était adopté, marquerait l’étape ultime de capture de nos souverainetés par des intérêts privés. Devant ce sombre tableau, la tentation majoritaire est à la résignation ou au repli. ...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules