Logo du site
Dossier : Religions et violence

Religions et violence (introduction)


Choc des civilisations, ou choc des religions ? Autour du monde, bien des événements récents ont mis la question religieuse au premier plan. Malgré les tentatives pour en nuancer les interprétations, le rôle de la religion et le mystère d’un rapport au « divin », apparaissent ambivalents, voire comme une menace ! Mais ce n’est qu’un aspect d’une lancinante question : même si la modernité a tenté d’établir et de maintenir une distinction entre les sphères politiques, morales, économiques, religieuses et sociales, les identités individuelles continuent d’associer des fragments culturels qui empruntent aux mémoires et aux traditions. Démêler le religieux, lui permettre de s’affronter à ses propres sources et à la manière dont il institue un sacré, est un passage nécessaire à la paix. Peut-être aussi la condition d’une tension féconde pour refonder l’espace politique, pour que celui-ci devienne lieu de justice.

Trouvera-t-on  sur chaque continent un « religieux » à l’état pur, non métissé ? Jamais, sans doute. L’identité de chacun s’en sert pour interpréter des mémoires, y compris celles de luttes parfois douloureuses, pour se projeter dans un avenir, et exprimer des peurs ou des fantasmes collectifs, comme lors des guerres de religion. Parfois, le dialogue théologique rouvre des chemins. Mais les communautés de foi représentent aussi un lieu structurant de la vie sociale, et les voilà, malgré elles, facteurs de divisions. Il est vain de penser une identité musulmane, une autre catholique, une multitude de protestantes, sans immédiatement en revenir aux conjugaisons dont leurs fidèles sont héritiers. Les gestes quotidiens se croisent, et l’expérience spirituelle dans sa diversité aide à construire, sans nier les différences, mais peut aussi favoriser les incompréhensions.

L’impossible dé-liaison des identités ne saurait interdire les approfondissements ou les critiques au sein de chaque tradition. Deux pistes s’offrent en parallèle. Une lecture ouverte des sources est une première étape. Quand elle se veut re -connaissance, quand elle permet de désigner comment le divin advient au jour, elle oriente sur une traversée possible. Le sacré est donné dans une échappée : non plus un espace à part qui légitime les affrontements et l’annihilation des différences. Il est la marque d’une aspiration vers un monde meilleur. Il est aussi le refus de la tentation de l’immédiateté, de la maîtrise, et donc de la conquête. Il est le ressort d’une résistance, d’une liberté. Mais une seconde lecture s’impose alors, qui prolonge la première. Une lecture dialoguante, altérante sans doute, mais aussi – si l’on ose le jeu de mots – désaltérante. Modestes, mais nombreux, des lieux de dialogue inter religieux sont appelés à nourrir un habitus, une habitude au bien, une vertu. L’absolu de « mon Dieu » y gagne en profondeur. Plus proche, parce qu’il est redonné. Dieu n’est plus « avec nous », il advient du dehors.

Quand la religion s’est ainsi inscrite dans un lieu, et en même temps référée à un Autre, elle ne peut rester isolée des autres sphères de la modernité, de la politique en particulier. C’est à l’intime, dans une rencontre de Dieu qui n’est plus repli sur un archaïsme, qu’est reçue, peut-être, comme le lisait Michel Foucault, une force de résistance à l’oppression. Une résistance persistante, spirituelle, qui ne saurait être réduite. Quand la religion se constitue comme lieu d’accueil d’un pardon, d’une reconnaissance de l’autre toujours à faire, même du meurtrier, elle interroge les fermetures de la vie politique, les étroitesses de sa justice. En retour, les religions sont aidées, pour trouver leur espace, quand des responsables politiques permettent un dialogue entre différentes confessions, favorisant une véritable fraternité. Pourra-t-on alors parler du choc des religions, ou d’un antagonisme entre les religions et la modernité ? N’est-ce pas plutôt l’espérance qui se dessine : une voie, certes étroite, pour résister aux manifestations déchirantes d’inhumanité que le XXe siècle a connues, pour que l’homme puisse être à la mesure de l’homme ?


Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

« Les religions diffèrent, mais les questions sont universelles »

Pour l’anthropologue Maurice Godelier, l’idée que les religions puissent disparaître de nos sociétés n’est pas crédible. Elles occupent une place unique, sans concurrencer directement le politique. Qu’est-ce qui est « au fondement des sociétés humaines », si ce n’est la parenté ?Maurice Godelier – La parenté est fondamentale pour le développement de chaque être humain : on naît dans une famille, on ne peut pas survivre sans des adultes qui s’occupent de nous et nous transmettent quelque chose, c...

Du même dossier

Emeutes ethno-religieuses en Inde

Resumé L'émeute entre hindous et musulmans représente un instrument du combat politique des nationalistes. Bien que les violences entre communautés religieuses, entre hindous et musulmans notamment, soient un phénomène ancien en Inde, l’augmentation depuis trois décennies de leur fréquence et du nombre des victimes ne laisse pas d’inquiéter. Cet article est donc destiné à donner des éléments de compréhension sur les violences entre hindous et musulmans dans l’Inde contemporaine.L’influence des r...

Violences et religions en France, à la fin du XVIe siècle

Resumé Les deux moments des troubles du XVIème siècle: d'un désir d'une société sainte à l'instauration d'une monarchie absolue. Après avoir visionné La passion du Christ de Mel Gibson, une journaliste, rejetait l’idée qu’une telle manière de présenter la violence pouvait empêcher l’Évangile d’être entendu. Elle louait au contraire ce film qui dénonçait, à ses yeux, le fanatisme de tous les Grands Prêtres et de toutes les Inquisitions. De tels rac...

Le pardon en politique

Resumé Quand le pardon s'affiche sur la scène politique. Les risques de l'institutionnaliser et de le banaliser. Le pardon s’affiche sur la scène politique. On s’étonne, par exemple, qu’à propos du génocide de 1994 au Rwanda, la France n’ait pas demandé pardon pour ses implications supposées ou sa passivité. Récemment encore, les Albanais du Kosovo s’indignaient du fait que les Serbes de ce territoire n’avaient jamais demandé pardon pour les exactions naguère commises contre leur communauté. Un ...

Du même auteur

Partage du travail : perspectives interreligieuses

Le christianisme, comme l’islam, le judaïsme ou le bouddhisme insistent sur la dignité de l’homme au travail, sur son inscription dans une communauté. L’idée d’un partage du travail est diversement accueillie. Partager avec qui ? Pourquoi ? L’auteur appelle à un engagement interreligieux concret sur le sujet. Replacée dans le cadre du dialogue interreligieux, la question du partage du travail ne tient pas de l’évidence1. Le travail se partage-t-il ? Avec qui ? On peut partager le travail, quand ...

De nouvelles formes d'engagement

Resumé Les jeunes de 2008 reproduisent-ils simplement les modèles d’engagement de leurs aînés ? Les jeunes s’engagent-ils sur des projets de manière différente que les plus âgés ? La réponse à cette question pourrait s’en tenir à souligner les écarts entre les jeunes et leurs aînés, ou à relever des changements entre les jeunes d’aujourd’hui et ceux d’hier - les nouvelles générations ne s’engagent pas comme celles qui les ont précédées. Elle peut aussi considérer que c’est toute la société qui e...

Recomposition des représentations familiales

Pour qui observe le champ de la famille, peut-on dire que le « moment mai 68 » correspond à une rupture ? Parler de moment, selon l’expression de Denis Pelletier, désignant une période ouverte des années 60 aux années 80, est plus pertinent que de se limiter à une date pour analyser les changements. Dans l’histoire sociale, le temps se fait glissant, les générations succédant aux générations. Et en effet, les évolutions de la famille révèlent une série de mutations suffisamment proches pour pou...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules