Logo du site

De Saint-Ambroise à Saint-Bernard

Yves de Mallmann
Acteur de terrain

Resumé Comment l'Eglise de Paris a vécu l'occupation des lieux de culte. Resumé Comment l'Eglise de Paris a vécu l'occupation des lieux de culte Le 23 août 1996 à 7h30 du matin les forces de l'ordre en grand nombre prennent d'assaut l'église Saint Bernard de la Chapelle dans le 18e arrondissement de Paris A coups de hache les portes sont for...

La ville et les cultes, paroles d'élus

Bernard Birsinger et Guy Malandain
Responsable politique

Resumé Des maires de banlieue confrontés aux expressions de dérives identitaires. Ce texte reprend l’intervention de Bernard Birsinger et Guy Malandain lors d’une table ronde. Resumé Des maires de banlieue confrontés aux expressions de dérives identitaires Ce texte reprend l'intervention de Bernard Birsinger et Guy Malandain lors d'une ta...

Dix ans après, la gacaca rwandaise

Benoît Guillou
Acteur de terrain

Resumé Une tentative pour convoquer les mémoires. La procédure de l’aveu et ses ambiguïtés. Resumé Une tentative pour convoquer les mémoires La procédure de l'aveu et ses ambiguïtés Au Rwanda la gacaca est une pratique traditionnelle pour résoudre des conflits En cas d'infraction aux normes sociales ou de conflit litige foncier dommage...

La spiritualité politique, Michel Foucault et l'Iran

Philippe Chevallier
Chercheur

Resumé Quand Foucault réfléchit aux rapports du spirituel et du politique : alliance ou, plus fondamentalement, rupture ? Resumé Quand Foucault réfléchit aux rapports du spirituel et du politique alliance ou plus fondamentalement rupture Michel Foucault se rend à deux reprises en Iran en septembre et novembre 1978 comme reporter pour le Co...

Contribution du dialogue inter religieux à la paix

Geneviève Comeau
Question de sens

Resumé Le dialogue inter religieux ne saurait être simplement du "politiquement correct". Resumé Le dialogue inter religieux ne saurait être simplement du politiquement correct Une caractéristique du dialogue inter religieux est de chercher à dépasser les antagonismes et les conflits Apprendre à connaître l'autre c'est faire tomber peu à ...

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

André Wénin
Question de sens

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Resumé Faut il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible Regardons...

Alliance ou rupture

Alain Thomasset
L'équipe de rédaction

Religions et politique entretiennent des rapports ambivalents D'un côté les religions servent de support identitaire et de réservoir de sens souvent inspirants pour le politique D'un autre côté elles sont aussi des facteurs de résistance face aux pouvoirs oppressifs ou totalitaires Elles contribuent par leur message et leur pratique à déma...

Le pardon en politique

Paul Valadier
Question de sens

Resumé Quand le pardon s'affiche sur la scène politique. Les risques de l'institutionnaliser et de le banaliser. Resumé Quand le pardon s'affiche sur la scène politique Les risques de l'institutionnaliser et de le banaliser Le pardon s'affiche sur la scène politique On s'étonne par exemple qu'à propos du génocide de 1994 au Rwanda la France...

Violence dans la Bible, une lecture juive

Philippe Haddad
Vu d'ailleurs

Resumé L'utopie de la paix, quelles que soient les catastrophes et les désespérances traversées, est au coeur de la Bible. Resumé L'utopie de la paix quelles que soient les catastrophes et les désespérances traversées est au coeur de la Bible La Bible présente tout au long de ses récits des discours et des images de violence depuis le meu...

Islam, paix et violence

Mohamed-Chérif Ferjani
Chercheur

Parler d’une loi islamique, d’origine divine, est une mystification. Une lecture historique appelle à distinguer ce qui relève des croyances fondamentales et ce qui relève de l’histoire et des enjeux socio-politiques. Parler d'une loi islamique d'origine divine est une mystification Une lecture historique appelle à distinguer ce qui relè...

Emeutes ethno-religieuses en Inde

Cyril Robin
Chercheur

Resumé L'émeute entre hindous et musulmans représente un instrument du combat politique des nationalistes. Resumé L'émeute entre hindous et musulmans représente un instrument du combat politique des nationalistes Bien que les violences entre communautés religieuses entre hindous et musulmans notamment soient un phénomène ancien en Inde l'a...

Religion et conflits

Joseph Maïla
Chercheur

Resumé Quand la religion est phagocytée par la menace et la peur, elle ne peut plus se mettre à distance de la violence souveraine. Resumé Quand la religion est phagocytée par la menace et la peur elle ne peut plus se mettre à distance de la violence souveraine Existe t il des conflits à proprement parler religieux A priori on serait tenté ...

Les Eglises et le conflit nord-irlandais

Elise Féron
Chercheur

Resumé Le conflit irlandais porte d'abord sur les droits civiques. Mais les Eglises sont de puissants marqueurs sociaux. Resumé Le conflit irlandais porte d'abord sur les droits civiques Mais les Eglises sont de puissants marqueurs sociaux L'Etat nord irlandais résulte de la partition de l'Irlande en 1920 à la suite de la guerre d'indépendance...

Identités, religions et politique

Edouard Herr
Chercheur

Resumé La culture et la religion comme réponses à un défi vital. Resumé La culture et la religion comme réponses à un défi vital Pour le meilleur ou pour le pire l'actualité mais aussi l'opinion courante voire certains théoriciens nous imposent de réfléchir au rapport entre religion et violence dans le cadre de la question des identité...

Violences et religions en France, à la fin du XVIe siècle

Philippe Lécrivain
Chercheur

Resumé Les deux moments des troubles du XVIème siècle: d'un désir d'une société sainte à l'instauration d'une monarchie absolue. Resumé Les deux moments des troubles du XVIème siècle d'un désir d'une société sainte à l'instauration d'une monarchie absolue Après avoir visionné La passion du Christ de Mel Gibson une journaliste rejeta...

Religions et violence (introduction)

Pierre Martinot-Lagarde
L'équipe de rédaction

Choc des civilisations ou choc des religions Autour du monde bien des événements récents ont mis la question religieuse au premier plan Malgré les tentatives pour en nuancer les interprétations le rôle de la religion et le mystère d'un rapport au divin apparaissent ambivalents voire comme une menace Mais ce n'est qu'un aspect d'une lancinan...

Croyance en l'absolu, violence entre les hommes

Luc Pareydt
Chercheur

Resumé Qu’est-ce que croire en un Absolu ? La violence d’une soumission ? Ou l’engagement d’une responsabilité ? Resumé Qu'est ce que croire en un Absolu La violence d'une soumission Ou l'engagement d'une responsabilité La croyance en l'Absolu les croyances religieuses la croyance en Dieu produisent elles nécessairement de la violen...

Dossier : Religions et violence

Emeutes ethno-religieuses en Inde


Resumé L'émeute entre hindous et musulmans représente un instrument du combat politique des nationalistes.

Bien que les violences entre communautés religieuses, entre hindous et musulmans notamment, soient un phénomène ancien en Inde, l’augmentation depuis trois décennies de leur fréquence et du nombre des victimes ne laisse pas d’inquiéter. Cet article est donc destiné à donner des éléments de compréhension sur les violences entre hindous et musulmans dans l’Inde contemporaine.

L’influence des réformes britanniques

À partir de la seconde moitié du XIXe siècle, les Britanniques procédèrent à la collecte systématique d’informations sur la population pour des raisons administratives, fiscales et politiques. Cette entreprise de catégorisation  les amène à faire de la religion une des bases de l’organisation et de l’administration des groupes constitutifs de la société indienne. En effet, si les conceptions britanniques de la représentation politique se sont adaptées sans trop de difficultés au terrain indien en raison de leur capacité à prendre en compte les intérêts collectifs d’une société diverse 1, elles ont été poussées à l’extrême à des fins politiques.

Les réformes administratives et politiques mises en place ont permis l’émergence d’une scène politique locale, elles eurent aussi pour effet, en introduisant le recours au principe électoral, de faire prendre conscience aux musulmans de leur caractère minoritaire 2. Cette prise de conscience les a conduits à demander la création d’un électorat séparé qu’ils obtinrent. La principale conséquence a été le développement d’un sentiment séparatiste au sein d’une partie de la communauté musulmane. De ce processus idéologique, qui procède aussi de facteurs culturels et sociaux, naîtra la « théorie des deux nations » et la demande d’un Etat, le Pakistan.

Un statut facteur de tensions

La «majorité hindoue» représente 82,41% de la population lors du dernier recensement de 1991, il s’agit donc d’une majorité démographique et non pas politique. Les « minorités », ce sont les musulmans (11,67%), les chrétiens (2,32%), les sikhs (1,99%), les bouddhistes (0,77%), les jaïns (0,41%), les parsis et les Anglo-Indiens (catégorie à la fois religieuse et linguistique). Le poids inégal des différents groupes désignés par le terme « minorités » saute aux yeux (quelques milliers de personnes pour les deux derniers). La minorité musulmane, à elle seule, compte plus de membres que toutes les autres additionnées. Les conflits inter religieux en Inde opposent donc une majorité, les hindous, à des minorités, notamment musulmane et chrétienne. Celles-ci ont un statut particulier défini par la constitution de 1950, qui leur attribue des droits fondamentaux comme celui de conserver sa langue, son écriture et sa culture spécifiques.

La nation indienne est constituée d’individus égaux en droits, mais certains de ces individus bénéficient de privilèges du fait qu’ils appartiennent à des groupes protégés. Cette politique, qui renforce certains groupes au détriment d’autres non protégés, suscite maintes frustrations chez les tenants du discours nationaliste hindou.

Ainsi, le caractère multireligieux de l’Inde, résultat d’une très longue histoire, détermine, du point de vue légal, des appartenances identitaires qui se répartissent dans les catégories de « majorité hindoue » et de sept « minorités ». Ces dernières jouissent de divers avantages garantis par la Constitution et destinés à les protéger. Nonobstant son caractère laïque, ce dispositif se prête à des interprétations religieuses de la part des hindous qui alimentent les tensions entres les différentes communautés.

(Con)fusion entre identités

Issue des mouvements réformateurs hindous des XIXe et XXe siècles qui s’attelèrent à redéfinir l’hindouisme et à édifier une identité nationale, l’idéologie nationaliste hindoue, l’ hindutva (hindouité), est considérée comme l’appartenance à une communauté ethnique possédant un territoire propre : une nation indienne hindoue. L’hindouisme de l’ hindutva n’est pas une « religion », mais la « culture indienne», qui a cimenté l’identité nationale depuis l’aube des temps. La communauté hindoue est donc vécue et perçue comme une et indivisible. Dans cette perspective, l’indianité se mesure à l’hindouité et celle-ci s’ordonne autour des valeurs qui se sont transformées sur le territoire de l’Inde et appartiennent à la « race indienne ». Cette définition ne peut être séparée du refus de ce qui n’est pas hindou, c’est-à-dire non originaire du territoire de l’Inde.

Le non hindou contre lequel l’ hindutva construit en priorité son discours et concentre ses forces de haine est le musulman. Ces dernières années, les sentiments anti-minoritaires ont déchaîné contre les musulmans de l’Inde des violences d’un rare niveau, sans équivalence pour les chrétiens qui, pour des raisons historiques, démographiques et sociologiques, ne se trouvent pas dans le même rapport de force avec la majorité.

La conversion de basses castes, aussi bien vers l’islam que vers le christianisme, est perçue comme une interférence avec l’hindouisme et comme un processus qui peut avoir des conséquences politiques défavorables à la population hindoue 3. La religion étant coextensive de la nation, se convertir, c’est trahir cette dernière. Toutefois, le nationalisme hindou n’est pas religieux mais ethnique 4; il ne comporte pas l’idée d’exclusion radicale mais il exige des minorités qu’elles s’intègrent en s’acculturant. D’abord mouvement d’autodéfense de l’hindouisme visant la propagation de l’idéologie de l’ hindutva au sein de la société, le nationalisme hindou a peu à peu développé une dimension politique qui n’a véritablement pris de l’ampleur que depuis une vingtaine d’années grâce aux succès politiques du Bharatiya Janata Party (Parti du peuple indien) fondé en 1980.

Caractères des violences

Jusqu’aux années 60 5, les émeutes, très rares, ne traduisent pas une incompatibilité fondamentale des croyances et pratiques religieuses des communautés musulmane et hindoue, l’opposition entre ces deux groupes pouvant à la limite n’apparaître, jusque dans les années 70, que comme un des multiples facteurs de différenciation interne de la société indienne. De manière plus générale, les violences entre musulmans et hindous étaient associées à des raisons socioéconomiques (la terre...).

Mais la violence revêt un caractère religieux quand celui-ci permet d’atteindre un objectif bien précis, souvent politique. Nous ne le percevons pas toujours, car la logique politique des émeutes se trouve dissimulée sous des formes « rituelles », les violences empruntant de plus en plus le canal de processions « traditionnelles » 6. Ainsi, les foules peuvent être utilisées par les leaders politiques ou religieux comme des masses de manœuvre violentes, de façon préméditée. La violence intercommunautaire constitue alors un volet supplémentaire des stratégies mises en place par des organisations extrémistes hindoues. Elle permet de polariser l’électorat selon une ligne de clivage religieuse et d’amener la communauté hindoue à se reconnaître comme telle pour en définitive «voter hindou». Les émeutes intercommunautaires seront d’autant plus « nécessaires », et donc d’autant plus nombreuses, que l’issue de la lutte électorale est incertaine 7. L’émeute entre hindous et musulmans représente ainsi un instrument, un atout du combat politique pour les nationalistes.

Dans le cas de l’Inde, les violences intercommunautaires ne reflètent pas une opposition entre islam et hindouisme et ne sauraient être associées au répertoire des guerres de religion. Elles ne peuvent également être séparées de leurs contenus politiques et économiques, comme de leurs dimensions ethniques et religieuses.



1 / Pour les Britanniques, la démocratie est fondée sur une représentation collective de la société et non individuelle.

2 / Ces réformes introduites par les Britanniques ont favorisé le processus de démocratisation de la société indienne mais visaient d’abord à déléguer, dans un premier temps à l’échelon local, la gestion de certains services publics et la perception des taxes nécessaires à leur financement.

3 / La propagande anti-chrétienne et anti-musulmane de certains groupes hindouistes considère que l’activité de ces deux communautés est motivée par des intérêts politiques et internationaux.

4 / L’idéologie nationaliste hindoue peut être dite ethnique dans la mesure où le caractère retranché de l’Hindoustan est décrit comme un facteur déterminant de l’unité sociale de la population marqué par les inter-mariages.

5 / A partir de la décennie 1960-1970, les émeutes communautaires et le nombre de victimes augmentent considérablement. Ainsi, de 1960 à 1970, il y a eu 2 572 émeutes faisant 1 185 morts ; de 1970 à 1980, 7 964 émeutes (3 195 morts) ; entre 1980 et 1990, 4 500 émeutes (7 000 morts).

6 / Christophe Jaffrelot, « Les émeutes entre hindous et musulmans : essai de hiérarchisation des facteurs culturels, économiques et politiques », Cultures et Conflits, printemps 1992.

7 / Steven I. Wilkinson, « Froids calculs et foules déchaînées. Les émeutes intercommunautaires en Inde », Critique internationale, n° 6, hiver 2000.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules