Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Les nouvelles écharpes du maire

Introduction : Les nouvelles écharpes du maire


Les nouveaux élus, ou réélus, lors du scrutin de ce mois de mars, vont ceindre leurs écharpes aux couleurs de la République. A l’occasion de ce renouvellement des responsables politiques locaux, ce dossier de Projet se propose de réfléchir aux transformations de la représentation politique et d’en éclairer les enjeux pour notre démocratie.

Nouvelles, les écharpes le sont puisqu’un nouveau mandat commence : les équipes en place ont changé, parfois totalement, parfois seulement dans leur composition et dans leur équilibre. Les responsabilités sont réparties différemment. Mais, surtout, c’est à une évolution dans le rôle des élus que l’on assiste, une évolution des rapports entre les habitants et leurs mandants. Car les nouvelles écharpes du maire sont multiples. Il est le représentant de la République, le premier magistrat municipal. Il est, encore, l’animateur d’une participation démocratique, le président de l’instance délibérative, le conseil municipal. Il est enfin chargé des intérêts de la commune au sein des structures de coopération plus larges qui prennent de plus en plus d’importance.

La première partie de ce dossier souligne la complexité du métier de maire. Il se trouve en rapport avec des catégories d’acteurs très divers de sa commune : habitants des quartiers, associations, « communautés » étrangères, commerçants et entrepreneurs, enseignants et parents d’élèves, services municipaux, etc. Il négocie ou se concerte avec les représentants de l’Etat, les responsables économiques, ceux des communes voisines ou du département... En tout cela, il est chargé de représenter la commune, dans son unité et sa diversité.

La décentralisation a accentué ses responsabilités. Libérés de la tutelle a priori de l’Etat, les élus sont en première ligne pour répondre à tous les problèmes de leur territoire. Leur charge de travail s’est aggravée, au risque d’ailleurs de quelques abus de pouvoir. Pourtant, le maillage communal joue un vrai rôle de représentation de proximité, auquel les Français demeurent attachés.

Paradoxalement, deux chantiers se présentent ensemble pour la démocratie locale – la deuxième partie du dossier éclaire leur concomitance : celui de la proximité et celui du partenariat, de la coopération à un échelon plus large. On a besoin de « généralistes », rappelle le maire d’Orléans. Le maire a toujours été un médiateur, proche des gens, de leurs attentes, chargé de faire remonter leurs problèmes aux échelons supérieurs. Or son rôle de gestionnaire s’accroît et il devient plus lointain. La demande insistante s’exprime d’une démocratie renouvelée, plus participative, souhaitant que les débats autour des grands projets ne soient pas réservés aux techniciens et aux experts. Les élus se font organisateurs de cette prise de parole. Un travail de préparation, de dialogue, devient nécessaire, dont les conseils d’habitants sont l’une des faces. Reste à s’assurer que cette volonté nouvelle de communication ne se réduise pas seulement à une stratégie de marketing, avec le poids – là encore – des experts du rapport à l’opinion. Il est vrai que le dialogue s’accompagne de questions. Une somme d’intérêts particuliers ne produit pas nécessairement l’intérêt général. Au nom de l’efficacité, le maire est responsable de cet intérêt général, mais il y a plusieurs façons de le construire. Il peut y avoir, en particulier, des habitants non représentés dans cette élaboration.

Mais, par ailleurs, dans de nombreux domaines, les enjeux pour l’avenir de la vie locale se trouvent fragmentés entre de multiples territoires. Cette segmentation n’assure pas une vraie cohérence, sur le plan fiscal et sur le plan politique. Des coopérations s’organisent, mais on n’a guère mobilisé les intérêts pour les construire. Elles demeurent une affaire entre élus... Au travers des « pays », des syndicats, des communautés, l’environnement de ces derniers a changé : insérés dans des réseaux de politiques publiques, ils deviennent des développeurs locaux, dont le pouvoir est dispersé entre de multiples structures. En même temps, l’autonomie fiscale des collectivités recule, alors qu’on leur demande davantage en matière économique et sociale. Si au couple commune/département se substitue peu à peu l’union entre intercommunalité et région, les enjeux pour la représentation n’en sont pas complètement perçus.


J'achète Le numéro !
Dossier : Les nouvelles écharpes du maire
Je m'abonne dès 3.90 € / mois
Abonnez vous pour avoir accès au numéro
Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

La commune, une identité en mutation

Resumé Une survivance de la vieille carte des paroisses ? Les communes restent cependant un niveau de représentation indispensable. Les mutations dans l’organisation du territoire vont les recentrer sur les compétences de proximité, mais ne remettent pas en cause leur fonction politique, sociale et civique. 36 600 communes, dont 75 % comptent moins de 1 000 habitants et 95 % moins de 5 000 habitants et 0,3 % seulement ont plus de 50 000 habitants. Le tissu communal français reste celui des paroi...

Elu de proximité...

Resumé Un maire nous raconte comment il conçoit son rôle : « généraliste ». Le premier référent des citoyens, au point d’être surinvesti de responsabilités. Le garant de la construction d’un intérêt « général », à l’écoute des habitants, mais cependant élu sur un projet politique précis. Projet - Le maire est à la fois le représentant de l’unité de la commune, reflet symbolique de l’unité de la République et celui de l’efficacité de l’exécutif. Comment concevez-vous cette fonction privilégiée ?J...

L'élu, le juge et le local

Resumé La place nouvelle prise par le droit transforme les pratiques locales. Au-delà des irrégularités dont les élus locaux peuvent se rendre coupables, les magistrats prennent position sur les critères des décisions publiques. L’opposition « ordre public »/« tranquillité publique » peut-elle être dépassée ? A l’approche des élections municipales, les enquêtes se multiplient qui mettent en avant la difficulté des élus locaux à appréhender un nouveau mandat dans des conditions satisfaisantes pou...

Du même auteur

Mémoire vive d'une zone industrielle

Jean-Jacques Clément habite La Plaine, à Saint-Denis, un ancien secteur industriel en pleine métamorphose. Pour veiller à la mémoire de son quartier, il a choisi de le raconter. La rédaction de la Revue Projet se situe à La Plaine Saint-Denis. Vous êtes sans doute l’un des personnages que l’on croise le plus souvent dans le quartier…Je suis à La Plaine depuis l’an 2000. Et effectivement, je suis devenu un personnage un peu, parce que je circule beaucoup. C’est ...

Entendre la parole des victimes

Les victimes ont brisé le silence. Mais les écoutons-nous vraiment ? Au-delà de la plainte, c’est à un dialogue qu’elles nous invitent, pour renouer les liens que le traumatisme a rompus. Longtemps les victimes n’avaient pas la parole. On ne cherchait pas à les entendre ou elles ne parvenaient pas à s’exprimer. « Hosties » fut, en français, le premier mot pour les désigner : créatures offertes au destin, elles étaient silencieuses. Celui qui avait la parole, c’était le héros qui rétablissait la ...

Autonomie et solidarité

Autonomie, dépendance? Deux mots, à l’opposé l’un de l’autre, pour parler des enjeux autour de la vulnérabilité des personnes âgées! « Autonomie » parle de la dignité des personnes, « dépendance » de solidarité reconnue, acceptée. Les deux mots ne sont pas sans ambiguïté : l’autonomie comme exigence, où la vulnérabilité et les frustrations sont vécues comme un échec; la dépendance comme passivité et infantilisation…Notre espérance de vie à tous s’est heureusement allongée. Un temps libre pour s...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules