Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Condamnés à produire toujours plus ?

Qu'apporte l'économie féministe ?


«   Travailleurs de tous les pays, qui lave vos chaussettes ? » Le slogan des féministes des années 1970 reste d’actualité. Les femmes consacrent en moyenne deux heures et demie de plus par jour que les hommes aux tâches domestiques, selon le Panorama de la société 2011 de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), qui étudie 29 pays. La cuisine, le ménage, la garde des enfants, la lessive, sont des activités essentiellement féminines qui relèvent du « travail non rémunéré  », car il s’agit d’activités pour lesquelles une tierce personne pourrait être rétribuée. Largement répandu dans le domaine du soin à la personne (des nourrissons aux personnes âgées), le travail non rémunéré s’exerce aussi dans les associations caritatives, sportives ou culturelles. Autant d’activités qui participent au bien-être des familles et des communautés, mais qui sont ignorées par les différents indicateurs économiques. Pourtant, le travail non rémunéré représente près d’un tiers du produit intérieur brut (Pib) des pays de l’OCDE. C’est à cette « économie invisible  » que l’économie féministe veut redonner sa place.
Dès les années 1960, les thèses de l’économie féministe émergeaient aux États-Unis. Mais c’est avec la naissance de l’Association internationale pour une économie féministe en 1990 et la création de la revue universitaire Feminist Economics en 1994 qu’elle s’affirme en tant que telle. L’économie féministe invite à repenser les relations de pouvoir dans la sphère économique, en soulignant l’importance de la notion de genre, de groupe ethnique, de classe, d’orientation sexuelle, et les différences entre pays du Nord et pays du Sud… Pluridisciplinaire, elle prend en compte les contextes sociaux, politiques et psychologiques dans l’analyse économique et l’élaboration politique. L’économie féministe propose de compléter le Pib par des indicateurs du bien-être humain, social et de la planète pour mesurer la performance économique d’un pays. Elle fait de ce bien-être de l’humain et de la société les objectifs premiers de l’activité économique. Évolutive, elle s’adapte aux avancées de la recherche et aux changements économiques. Ainsi, elle inclut désormais dans son analyse les préoccupations écologiques et la réalité de la finitude des ressources naturelles.
Ce texte s’inspire librement du travail de Maria Riley, militante pour les droits des femmes et fondatrice du projet Global Women au centre de recherche sociale Center of Concern de Washington (États-Unis).

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Conditions du travail à Madagascar

Chaque société entretient avec la sphère du travail un rapport particulier qui dépend d’abord de sa culture et de son histoire, ensuite de son niveau de développement économique et social. L’exemple de Madagascar relève d’une situation globalement partagée par la plupart des pays africains subsahariens – sauf l’Afrique du Sud. Ces pays ont en commun la prédominance de la tradition et de l’oralité, et l’expérience de la domination coloniale. Et ils connaissent aujourd’hui des changements sociaux...

Religions et violence (introduction)

Choc des civilisations, ou choc des religions ? Autour du monde, bien des événements récents ont mis la question religieuse au premier plan. Malgré les tentatives pour en nuancer les interprétations, le rôle de la religion et le mystère d’un rapport au « divin », apparaissent ambivalents, voire comme une menace ! Mais ce n’est qu’un aspect d’une lancinante question : même si la modernité a tenté d’établir et de maintenir une distinction entre les sphères politiques, morales, économiques, religi...

Du même dossier

L'économie sociale et solidaire : contre le productivisme ?

L’ère du productivisme a identifié le marché avec l’économie et l’État avec le social. Mais le marché empiète comme jamais sur le social et même sur le politique. Nombre d’initiatives proposent de réinsuffler dans l’économie un fonctionnement démocratique et d’autres finalités que le profit. Ou comment certaines intentions associationnistes du XIXe siècle aident à affronter les défis d’aujourd’hui. Nous sommes à la croisée des chemins. Soit la fuite en avant dans une société de marché se poursui...

Au-delà du libéralisme, le convivialisme

Resumé Finie la croissance, qui servait jusque-là d’exutoire à la violence sociale. Dans un état économique stationnaire, le despotisme et la guerre rôdent. Une seule issue : la conversion par millions à l’inventivité démocratique. Au convivialisme. Un peu partout, un autre monde, post-néolibéral, cherche à s’inventer. À travers de multiples expériences et courants de pensée, sous de multiples appellations : autre économie, économie sociale et solidaire, post-développementisme, sobriété volontai...

Critique de la raison productiviste

Resumé La finitude du monde impose de rompre avec la croissance économique. Mais de productivisme vert il ne peut y avoir. Recyclage, efficacité énergétique et nouvelles technologies ne fournissent pas une alternative suffisante. C’est de mode de vie qu’il nous faut changer. Un après-consumérisme qui reste à inventer. La poursuite de la croissance du Pib est un souhait largement partagé aujourd’hui. Et d’abord dans les pays qui veulent sortir de la misère et chez ceux qui veulent profiter du mod...

Du même auteur

Jeunes pour le climat. Les liens de demain

Youth for Climate est né de la crise écologique. Les jeunes de ce mouvement entendent s’organiser là où les adultes ont échoué dans la préservation du vivant. Ils tâtonnent, se forment, pour créer une organisation à l’image de leur « monde d’après » et tisser les liens qui leur permettront d’affronter demain. Reportage. Un lundi de juillet, une douzaine de jeunes de 14 à 18 ans échange...

La dérégulation, un défi pour les territoires ?

Alors que les multinationales dictent de plus en plus les règles du jeu à l’échelle internationale, les États semblent avoir renoncé à soutenir leurs citoyens les plus fragiles et le développement de leurs territoires. Des leviers existent pourtant, pour les collectivités comme pour les individus. Entretien avec les économistes Mathilde Dupré et Pierre Veltz. Deux termes reviennent souvent depuis le confinement : territo...

Des ressources insoupçonnées

Pour domestiquer un éléphant, on lui apprend l’impuissance : petit, la corde qui le retient est plus forte que lui. Devenu adulte, il n’essaie même plus de s’en libérer, alors qu’il en aurait les capacités. L’éléphant domestiqué a des ressources qu’il ne soupçonne plus. L’ampleur des crises que nous traversons – sanitaire, économique et environnementale – a de quoi susciter la sidération, fragiliser les individus et bousculer le sens du collectif. Mais, comme les éléphants, nous avons des resso...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules