Logo du site
Dossier : Cités, l'autre école

Cités l'autre école (introduction)


Les émeutes de novembre 2005 ont profondément choqué l’opinion publique. Pendant plus d’un mois, tous les soirs, les journaux télévisés montraient des jeunes en train de brûler des voitures et de « caillasser » les forces de l’ordre, et ceci dans toute la France. Sous prétexte de respecter les identités, les visages floutés et encapuchonnés rendaient les jeunes encore plus menaçants. Déjà beaucoup d’adultes se demandaient comment des moins de 30 ans, ainsi « dévoyés », pourraient trouver du travail. De là à accuser les jeunes chômeurs, leurs parents ou leurs éducateurs, il n’y avait qu’un pas, trop facilement franchi par des hommes politiques en mal de rhétorique sécuritaire.

Or les responsabilités éducatives sont toujours collectives. Responsabilité de l’école d’abord, du fait de son rôle déterminant : Stéphane Beaud montre comment le décrochage scolaire1 touche d’abord la jeunesse populaire, handicapée par la paupérisation des familles et l’intensification de la compétition scolaire. Responsabilité des politiques publiques qui promeuvent plus l’animation qu’elles ne soutiennent l’éducation populaire, comme le dénonce Bernard Bier. Fracture d’usage entre des parents qui ne savent pas prendre du recul par rapport aux nouvelles technologies de la communication et ceux qui accompagnent les découvertes de leurs enfants (voir l’analyse de Serge Tisseron). Et si les adultes étaient aveuglés par le mythe de l’autoéducation, véhiculé par une culture qui valorise l’expérimentation et la réussite individuelle ? Pour Jacques Arènes, la publicité et les médias promeuvent un modèle illusoire que les milieux favorisés se gardent bien d’appliquer à leurs enfants. Ce que décrit Éric Marlière, à partir d’une cité de Gennevilliers, serait ainsi l’image de la fragmentation de la jeunesse française. Elle est pourtant notre avenir.

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

« Les religions diffèrent, mais les questions sont universelles »

Pour l’anthropologue Maurice Godelier, l’idée que les religions puissent disparaître de nos sociétés n’est pas crédible. Elles occupent une place unique, sans concurrencer directement le politique. Qu’est-ce qui est « au fondement des sociétés humaines », si ce n’est la parenté ?Maurice Godelier – La parenté est fondamentale pour le développement de chaque être humain : on naît dans une famille, on ne peut pas survivre sans des adultes qui s’occupent de nous et nous transmettent quelque chose, c...

Du même dossier

Le temps des loisirs, enjeu éducatif et démocratique

Resumé Par-delà les murs de l’école, l’éducation se vit aussi dans des espaces moins formels. Où se jouent, en partie, la production d’inégalités et le cloisonnement social. L’approche éducative en France est essentiellement centrée sur l’école. Ce phénomène a des explications multiples liées à notre histoire culturelle et politique. L’école de la République, telle qu’elle se met en place entre la Révolution française et les lois Ferry, a pour mission première d’instituer le citoyen; lorsque la ...

Que reste-t-il de la jeunesse populaire?

Affaiblie par les politiques actuelles, l’école est devenue une fabrique de relégation. Le défi est de taille, car la question sociale se double à présent d’une fracture ethnique. La « jeunesse populaire » (française) a une histoire. Elle s’est, durant toute une partie du xxe siècle, distinguée de la « jeunesse bourgeoise » par une série d’attributs objectifs – primat des études primaires, entrée précoce sur le marché du travail, synchronisation des calendriers professionnel, matrimonial, réside...

Paradoxale transmission entre pairs

L’idée que la transmission s’opère aujourd’hui par les pairs relève du mythe, les milieux aisés le savent bien. Contre une domination implicite, il faut affirmer le rôle des adultes comme témoins. Le regard que notre culture a sur l’adolescence est, depuis une quarantaine d’années, teinté de l’idée que les enfants et adolescents, mais aussi les adultes, se construisent à l’horizontale, avec les références de la génération d’appartenance. On peut, à cet égard, évoquer le tournant pris dans les an...

Du même auteur

Le choix de l’hospitalité

Que l’hypothèse d’une victoire de Marine Le Pen à l’élection présidentielle ne puisse plus être écartée avec certitude, en dit long sur le raidissement de la société française. Dans un tel contexte, le risque est grand que l’accueil des étrangers ne devienne, toujours davantage, un tabou. Comme si, pour paraître « responsable », il fallait donner des gages sur la fermeture de nos frontières, rivaliser dans les obstacles mis sur la route de l’exil. Laisser mourir, en mer ou dans nos rues, pour n...

Affronter les questions ultimes

La crise écologique questionne, de manière fondamentale, le destin de l’humanité sur la planète terre. Elle invite à relire les textes fondateurs de la tradition judéo-chrétienne qui sont déjà au cœur des débats contemporains. Crise, catastrophe, effondrement… Nous discutons encore des termes, de l’imminence, de la durée, de l’importance de ce qui nous attend… Les signes, pourtant, sont déjà là : cyclones, sécheresses, tensions sur les marchés des matières premières, réfugiés climatiques… : « La...

Europe : reprendre en main notre destin

Qui l’Europe actuelle fait-elle encore rêver ? En son nom, on démantèle l’État-providence sur l’autel de la dette. On prive d’horizon la moitié des jeunes de Grèce, d’Espagne ou du Portugal. On tient le registre macabre des corps en Méditerranée. En son nom, la Commission négocie un traité transatlantique qui, s’il était adopté, marquerait l’étape ultime de capture de nos souverainetés par des intérêts privés. Devant ce sombre tableau, la tentation majoritaire est à la résignation ou au repli. ...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules