Logo du site
Dossier : Prisons, les verrous et le droit

Prisons, les verrous et le droit (introduction)


Enceintes et cours grillagées, murailles et miradors, les prisons ne sont-elles pas toujours, dans nos têtes et dans nos villes, des forteresses ? Les images ont la vie dure : le cachot, l’enfermement, l’absence de lumière, l’humidité, la violence entre les détenus, entre détenus et personnels de surveillance... En face, les utopies s’effilochent : aux Etats-Unis ou en France, elles avaient fait tenir ensemble l’intérieur et l’extérieur. D’un côté, une société du progrès, intégratrice, promotrice de valeurs. De l’autre, un espace organisé, transparent, où le contrôle ne viendrait pas de l’exercice de la force mais de l’omniprésence des regards. Les prisons sont un monde clos, un monde à part.

Pourtant, leurs vies quotidiennes comme les grandes réformes qui épisodiquement les remodèlent, les inscrivent au cœur de nos cités. A côté des personnels de l’administration pénitentiaire, les acteurs qui en franchissent les portes sont nombreux : avocats ou juges, membres de services sociaux, éducateurs, formateurs, bénévoles, familles et amis des détenus, personnels soignants. Dans les grandes villes, le va et vient est fréquent ; ailleurs, il est plus réduit.

Les prisons évoluent au rythme de la société. Un événement, le travail de quelques parlementaires, la publication d’un témoignage de l’intérieur émeuvent l’opinion. Une fenêtre s’ouvre pour des réformes, pour une meilleure réinsertion sans renforcement des contraintes sécuritaires. Mais l’augmentation des délits, la montée du sentiment d’insécurité font craindre le pire. L’opinion, pessimiste, s’inquiète : elle demande de renforcer les murs et les grilles, d’allonger les peines et de les rendre incompressibles. La proximité des élections n’est pas propice. Les parlementaires se dérobent.

Ce lien inéluctable entre l’intérieur et l’extérieur doit-il être subi ? Ne peut-il pas être réassumé positivement ? La réforme du système de soins en a donné un exemple. Au lieu d’être le domaine d’une médecine d’exception, la santé en prison est devenue partie intégrante du dispositif hospitalier français. De même, les visiteurs bénévoles rappellent le caractère citoyen de leur présence. Leur engagement lie ceux du dedans et ceux du dehors. Sur le long terme, l’histoire même de la prison, de ses réformes et de ses utopies fait écho à la construction de l’Etat providence, à la mise en place d’une rationalité organisatrice qui définit le normal et circonscrit le pathologique ou le déviant. Michel Foucault l’avait démontré et les débats parlementaires plus récents s’inscrivent dans cette ligne. Seule une réflexion fondamentale sur le sens de la peine, sur la place des détenus dans la société, en amont de toute réforme, permettra de sortir de la fausse alternative entre sécurité et insertion.

Face à l’allongement de la durée des peines prononcées par les tribunaux, notamment en ce qui concerne les affaires de mœurs, à la part plus importante des jeunes et des délinquants sexuels au sein de la population pénale, aux revendications sécuritaires des syndicats des personnels de surveillance, face encore aux abus et violences dont peuvent être victimes les détenus, il importe de réfléchir au sens et à la place du droit en prison.

Ce dossier risque plusieurs pistes. N’est-ce pas aux élus de la Nation de définir les règles de vie de ceux qui sont placés à l’écart, en détention, au nom du peuple français ? L’administration pénitentiaire ne peut raisonnablement être l’auteur du droit qui régit sa vie quotidienne et celle des prisonniers sans risquer accommodements ou confusions. Comment appliquer et faire respecter le droit dans un espace clos, nécessairement soustrait à la pluralité des regards et des points de vue qui garantissent les libertés dans l’espace public ? L’entrée des avocats en prison, la mise en place d’une juridiction d’application des peines ou la définition de recours possibles vont dans le sens d’une plus grande ouverture et d’un plus grand respect. Plus fondamentalement, rappeler l’existence d’un droit commun, défini par ceux qui édictent les règles de la vie quotidienne de leurs concitoyens, c’est créer un pont et faciliter les passages entre la prison, les prisonniers et l’ensemble de la société. Associer de manière trop univoque sécurité et droit, d’une part, réinsertion et éducation des détenus, dispositifs sociaux et mesures d’accompagnement, d’autre part, contribue à creuser un hiatus artificiel. Retrouver sa place dans la société, après un temps de mise à l’écart, n’est-ce pas, d’abord, pour tout homme, redevenir pleinement sujet de droit ?


Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Libéralisme et socialisme

Resumé Le libéralisme et le socialisme semblent s’opposer comme deux philosophies de l’homme et de la société. Pourtant, le socialisme est aussi une philosophie de la liberté. Les penseurs libéraux ne se sont pas privés d’attaquer violemment, dès ses premières formulations, la « présomption fatale » du socialisme, aussi bien dans son idée de buts assignés à l’activité économique et à la vie sociale que dans sa philosophie de l’homme et de la liberté 1.À partir des années 1930, et plus encore apr...

Le religieux face au politique

Resumé La société a-t-elle besoin du religieux ? Oui sans doute. Mais ce religieux est disséminé, vécu « à la carte » par l’individu. Quant au politique, il gère mais ne mobilise plus les citoyens. D’où la même relative faiblesse de l’Etat et des Eglises, le même déclin du militantisme. Le partage entre religion et politique, tel qu’il a été pensé depuis deux siècles, en France surtout, correspond à deux visions de base (certes en elles-mêmes très différenciées) du religieux et de ce qu’il repré...

Du même dossier

Entre exclusion et réinsertion

Resumé La sanction ne peut se réduire à une simple exclusion. Elle a pour but de rappeler la loi et la responsabilité. Si l’incarcération est nécessaire (est-ce toujours le cas ?), d’autres voies sont insuffisamment explorées. La mission première de l’administration pénitentiaire est de préparer une réinsertion, non la récidive. Depuis le décret du 13 mars 1911, qui a rattaché les prisons au ministère de la Justice, les problèmes de l’organisation judiciaire et ceux du fonctionnement de l’Admini...

La ville et la prison une troublante cohabitation

Resumé La prison fait partie de la ville ! La tentation, pourtant, est d’exorciser le crime en enfermant tous les détenus dans une image menaçante et, finalement, en construisant les lieux de détention le plus à l’écart possible. On barre en même temps les accès d’un futur retour à la ville. Ville et prison semblent indissociables ; pourtant, leurs relations sont faites de tensions et de rejets réciproques. Si ce couple perdure, n’est-ce pas, pour beaucoup, en raison d’ambiguïtés dont on néglige...

Naissance d'une juridiction

Resumé On n’en est qu’au stade de la naissance de l’application des peines. Contrairement à l’image courante, celle-ci ne signifie pas adoucissement et faveurs, mais responsabilité de la justice pour garantir un droit lisible par tous et pour préparer une réinsertion. Le mardi, et le jeudi, c’est audience d’application des peines dans l’une des prisons de l’Ouest parisien. A cette audience, qui n’est pas publique, le condamné va débattre des conditions de l’application de sa peine privative de l...

Du même auteur

Partage du travail : perspectives interreligieuses

Le christianisme, comme l’islam, le judaïsme ou le bouddhisme insistent sur la dignité de l’homme au travail, sur son inscription dans une communauté. L’idée d’un partage du travail est diversement accueillie. Partager avec qui ? Pourquoi ? L’auteur appelle à un engagement interreligieux concret sur le sujet. Replacée dans le cadre du dialogue interreligieux, la question du partage du travail ne tient pas de l’évidence1. Le travail se partage-t-il ? Avec qui ? On peut partager le travail, quand ...

De nouvelles formes d'engagement

Resumé Les jeunes de 2008 reproduisent-ils simplement les modèles d’engagement de leurs aînés ? Les jeunes s’engagent-ils sur des projets de manière différente que les plus âgés ? La réponse à cette question pourrait s’en tenir à souligner les écarts entre les jeunes et leurs aînés, ou à relever des changements entre les jeunes d’aujourd’hui et ceux d’hier - les nouvelles générations ne s’engagent pas comme celles qui les ont précédées. Elle peut aussi considérer que c’est toute la société qui e...

Recomposition des représentations familiales

Pour qui observe le champ de la famille, peut-on dire que le « moment mai 68 » correspond à une rupture ? Parler de moment, selon l’expression de Denis Pelletier, désignant une période ouverte des années 60 aux années 80, est plus pertinent que de se limiter à une date pour analyser les changements. Dans l’histoire sociale, le temps se fait glissant, les générations succédant aux générations. Et en effet, les évolutions de la famille révèlent une série de mutations suffisamment proches pour pou...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules