Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Pourquoi vote-t-on encore ?

« Difficile d’intéresser les gens à la politique »


« J’ai 35 ans, je suis enseignant en sciences économiques et sociales. Je suis entré en politique en militant pour l’UDF à la fin des années 1990. En faisant à Paris la campagne pour François Bayrou en 2002, j’ai découvert combien il était difficile d’intéresser les gens à la politique. Nous sommes d’abord en concurrence, que ce soit pour tracter ou pour coller des affiches : le Gud [Groupe union défense, organisation d’extrême droite] nous a même volé nos balais et nos seaux alors que nous étions en train de recouvrir les affiches du Front national à la fac d’Assas! Sur les marchés, on est aussi confronté au « tous pourris » – une façon pour certains de projeter leurs difficultés sur les politiques –, ou à l’indifférence quand on milite pour un petit candidat. J’ai vu l’intérêt pour Bayrou croître soudainement quand il fut crédité de 7 % ou 8 % dans les sondages en mars 2002 (il plafonnait à 2 % en décembre 2001). Alors, la discussion peut être intéressante, notamment quand les gens ont une certaine culture politique.

D’autres donnent au politique une importance qu’il n’a pas, ou survalorisent notre influence auprès du candidat. D’une façon générale, la désillusion est profonde envers les grands discours. Il est plus facile d’expliquer les enjeux et la portée concrète des décisions politiques pour des scrutins locaux. Pour ma part, je n’ai pas voulu en rester au militantisme. Je suis à présent élu local divers-centre à Taverny (Val d’Oise), ce qui me conduit à faire campagne différemment. C’est ainsi que j’ai émis un communiqué pour expliquer mon soutien à François Hollande, car depuis le discours de Grenoble, qui stigmatisait toute une population, je ne me reconnais plus dans Nicolas Sarkozy que j’avais vu, en 2007, comme l’homme de la situation. »

J'achète Le numéro !
Dossier : Pourquoi vote-t-on encore ?
Je m'abonne dès 3.90 € / mois
Abonnez vous pour avoir accès au numéro
Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

Tunisie, après la révolution, la désillusion

Sur le papier, c’est une séquence de rêve! Décembre 2010 : soulèvement populaire. 14 janvier 2011 : départ du tyran Ben Ali et arrestation du clan Trabelsi (sa belle famille). 5 mars : adoption du principe d’une nouvelle constitution sous la pression des manifestations, puis mise en place d’instances de transition et préparation des élections. 23 octobre : élection libre et transparente d’une Assemblée constituante. Dans les mois qui suivent : fondation d’une IIe République, enfin démocratique....

Congo-Kinshasa, les ratés de la démocratie

Les observateurs des élections (présidentielle et législatives) du 28 novembre 2011 en République démocratique du Congo (RDC) ont déploré les défaillances de la Commission électorale nationale indépendante dans la maîtrise de la logistique et de l’administration du scrutin. Le désordre qui a suivi a ouvert la porte à de multiples irrégularités et des fraudes, provoquant des violences et jetant un discrédit sur ces élections.En 2006, lors des premières élections libres, l’enthousiasme de la popu...

Voter en période de clivages flottants

Résumé Entretien croisé – Les électeurs sont plus volatils, mais plus critiques. L’abstention n’exprime pas qu’un désintérêt pour la chose publique, mais l’inadéquation de l’offre et un manque de clivage clair. Surenchère dans les promesses, contexte économique paralysant, silence parfois gêné autour des affaires, brouillage des points de repère… La croyance au politique n’a-t-elle pas été abîmée?Pascal Perrineau – L’impuissance relative du politique quant aux effets de la crise, le comportement...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules