Logo du site
Dossier : Pourquoi vote-t-on encore ?

« Difficile d’intéresser les gens à la politique »


« J’ai 35 ans, je suis enseignant en sciences économiques et sociales. Je suis entré en politique en militant pour l’UDF à la fin des années 1990. En faisant à Paris la campagne pour François Bayrou en 2002, j’ai découvert combien il était difficile d’intéresser les gens à la politique. Nous sommes d’abord en concurrence, que ce soit pour tracter ou pour coller des affiches : le Gud [Groupe union défense, organisation d’extrême droite] nous a même volé nos balais et nos seaux alors que nous étions en train de recouvrir les affiches du Front national à la fac d’Assas! Sur les marchés, on est aussi confronté au « tous pourris » – une façon pour certains de projeter leurs difficultés sur les politiques –, ou à l’indifférence quand on milite pour un petit candidat. J’ai vu l’intérêt pour Bayrou croître soudainement quand il fut crédité de 7 % ou 8 % dans les sondages en mars 2002 (il plafonnait à 2 % en décembre 2001). Alors, la discussion peut être intéressante, notamment quand les gens ont une certaine culture politique.

D’autres donnent au politique une importance qu’il n’a pas, ou survalorisent notre influence auprès du candidat. D’une façon générale, la désillusion est profonde envers les grands discours. Il est plus facile d’expliquer les enjeux et la portée concrète des décisions politiques pour des scrutins locaux. Pour ma part, je n’ai pas voulu en rester au militantisme. Je suis à présent élu local divers-centre à Taverny (Val d’Oise), ce qui me conduit à faire campagne différemment. C’est ainsi que j’ai émis un communiqué pour expliquer mon soutien à François Hollande, car depuis le discours de Grenoble, qui stigmatisait toute une population, je ne me reconnais plus dans Nicolas Sarkozy que j’avais vu, en 2007, comme l’homme de la situation. »

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Le religieux face au politique

Resumé La société a-t-elle besoin du religieux ? Oui sans doute. Mais ce religieux est disséminé, vécu « à la carte » par l’individu. Quant au politique, il gère mais ne mobilise plus les citoyens. D’où la même relative faiblesse de l’Etat et des Eglises, le même déclin du militantisme. Le partage entre religion et politique, tel qu’il a été pensé depuis deux siècles, en France surtout, correspond à deux visions de base (certes en elles-mêmes très différenciées) du religieux et de ce qu’il repré...

Libéralisme et socialisme

Resumé Le libéralisme et le socialisme semblent s’opposer comme deux philosophies de l’homme et de la société. Pourtant, le socialisme est aussi une philosophie de la liberté. Les penseurs libéraux ne se sont pas privés d’attaquer violemment, dès ses premières formulations, la « présomption fatale » du socialisme, aussi bien dans son idée de buts assignés à l’activité économique et à la vie sociale que dans sa philosophie de l’homme et de la liberté 1.À partir des années 1930, et plus encore apr...

Du même dossier

L'électeur incertain

RésuméLes nouvelles générations d’électeurs, libérées des affiliations traditionnelles, opèrent leur choix de plus en plus tardivement. Elles revendiquent aussi le droit de ne pas voter. La légitimité acquise dans les urnes s’en trouve-t-elle affaiblie ? Non, selon Anne Muxel, qui voit le vote se réarticuler à d’autres formes d’expression politique. On ne vote plus aujourd’hui comme on votait hier. Selon les générations, la norme civique du devoir de voter s’est assez fortement relâchée : seuls ...

Pourquoi vote-t-on encore ? (introduction)

L’abstention progresse. Au point, devant le flou des clivages, le formatage du discours et le sentiment d’impuissance du politique, d’être revendiquée comme un mode d’expression. Mais alors, pourquoi une majorité se rend-elle aux urnes? Par tradition, par devoir, par réaction, par adhésion à une personne, à un projet, ou encore par inscription dans une communauté politique? On se souviendra de 2011 comme de l’année de la conquête démocratique dans plusieurs pays arabes, validant du même coup l’u...

Le vote en France : histoire d'un désenchantement

RésuméEntretien - Socle de la République dès 1848, le suffrage universel (qui le deviendra vraiment en 1944) s’est progressivement banalisé. Le déclin économique, l’indécision des politiques favorisent la montée de l’abstention et du populisme. Mais les Français restent attachés à la clarté du scrutin présidentiel. Q uelle place tient l’élection au suffrage universel dans l’émergence de l’idéal républicain?Michel Winock – Le suffrage universel est devenu consubstantiel au régime républicain en 1...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules