Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Pourquoi vote-t-on encore ?

« Difficile d’intéresser les gens à la politique »


« J’ai 35 ans, je suis enseignant en sciences économiques et sociales. Je suis entré en politique en militant pour l’UDF à la fin des années 1990. En faisant à Paris la campagne pour François Bayrou en 2002, j’ai découvert combien il était difficile d’intéresser les gens à la politique. Nous sommes d’abord en concurrence, que ce soit pour tracter ou pour coller des affiches : le Gud [Groupe union défense, organisation d’extrême droite] nous a même volé nos balais et nos seaux alors que nous étions en train de recouvrir les affiches du Front national à la fac d’Assas! Sur les marchés, on est aussi confronté au « tous pourris » – une façon pour certains de projeter leurs difficultés sur les politiques –, ou à l’indifférence quand on milite pour un petit candidat. J’ai vu l’intérêt pour Bayrou croître soudainement quand il fut crédité de 7 % ou 8 % dans les sondages en mars 2002 (il plafonnait à 2 % en décembre 2001). Alors, la discussion peut être intéressante, notamment quand les gens ont une certaine culture politique.

D’autres donnent au politique une importance qu’il n’a pas, ou survalorisent notre influence auprès du candidat. D’une façon générale, la désillusion est profonde envers les grands discours. Il est plus facile d’expliquer les enjeux et la portée concrète des décisions politiques pour des scrutins locaux. Pour ma part, je n’ai pas voulu en rester au militantisme. Je suis à présent élu local divers-centre à Taverny (Val d’Oise), ce qui me conduit à faire campagne différemment. C’est ainsi que j’ai émis un communiqué pour expliquer mon soutien à François Hollande, car depuis le discours de Grenoble, qui stigmatisait toute une population, je ne me reconnais plus dans Nicolas Sarkozy que j’avais vu, en 2007, comme l’homme de la situation. »

J'achète Le numéro !
Dossier : Pourquoi vote-t-on encore ?
Je m'abonne dès 3.90 € / mois
Abonnez vous pour avoir accès au numéro
Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Un héritage tentaculaire

Depuis les années 1970 et plus encore depuis la vague #MeToo, il est scruté, dénoncé et combattu. Mais serait-il en voie de dépassement, ce patriarcat aux contours flottants selon les sociétés ? En s’emparant du thème pour la première fois, la Revue Projet n’ignore pas l’ampleur de la question.Car le patriarcat ne se limite pas à des comportements prédateurs des hommes envers les femmes. Il constitue, bien plus, une structuration de l’humanité où pouvoir, propriété et force s’assimilent à une i...

Du même dossier

Une démocratie à réinventer

Résumé La légitimité des grands partis est entamée par le nombre croissant d’électeurs qui votent contre eux ou préfèrent s’abstenir. Mais le renouveau démocratique ne viendra pas de la représentation. L’enjeu est de donner toute leur place aux expériences participatives, témoins d’une citoyenneté qui s’exerce plus qu’elle n’est octroyée. À la veille d’une série de scrutins majeurs, la vie politique française offre l’image d’un paradoxe : celui d’une scène démocratique multipliant les formes et ...

Primaires, les raisons d’un enthousiasme

En septembre 2011, le Parti socialiste estimait qu’un à deux millions d’électeurs étaient susceptibles de participer aux primaires citoyennes. Au final, la participation atteindra près de 3 millions d’électeurs. Comment expliquer ce succès ?Il est d’abord celui de la mobilisation des militants du Parti socialiste. Plus ils étaient nombreux, plus la participation fut importante, notamment dans les départements ruraux1. Ces militants ont « joué le jeu des primaires ». Ils n’ont pas essayé de main...

Quand les Égyptiens se mettent à voter

Le 25 janvier 2012, l’Égypte commémorait le premier anniversaire de sa Révolution. On n’ose dire que les Égyptiens l’ont « célébré ». L’heure est plutôt à la morosité, à l’inquiétude, voire au pessimisme. Pour la majeure partie de la population, les fruits de la Révolution ne sont pas à la hauteur des espérances suscitées, tant s’en faut. Le retrait de la police de la vie publique a entraîné l’irruption d’une insécurité que le pays ne connaissait pas jusque-là. La multiplication des grèves et d...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules