Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Mobilités du quotidien

Mobilités du quotidien (introduction)


La mobilité est à la fois évidence, nécessité et exigence des sociétés urbaines. Elle en est même devenue une valeur, une échelle de grandeur où l’individu est évalué sur sa faculté à se déplacer et à s’adapter. Elle est ainsi déclinée en mobilité professionnelle, résidentielle, quotidienne… Aussi bien représente-t-elle l’un des facteurs du renforcement des inégalités sociales. C’est pourquoi le Centre de recherche et d’action sociales (Ceras), Profession Banlieue (93), le Pôle de ressources ville et développement social du Val d’Oise et l’établissement public d’aménagement Plaine de France ont consacré une journée à l’examen des enjeux, en confrontant chercheurs et acteurs autour des défis de la mobilité quotidienne. Les réflexions de cette journée se sont appuyées essentiellement sur l’exemple de la Plaine de France, un territoire en pleine mutation comme tous ceux situés entre une « ville-monde » et son aéroport international.

Les succès de la mobilité

Les spécialistes des transports, comme Sandrine Wenglinski, décryptent le mécanisme induit par les progrès techniques : « le gain de temps, permis par une augmentation des vitesses de déplacement (…), est réinvesti dans le déplacement lui-même pour aller plus loin ». Les ménages sont plus nombreux à privilégier la maison individuelle avec jardin, mais courses, loisirs, équipements, transports collectifs sont désormais moins proches, et rejoindre son travail nécessite un long temps de transport… Situation banale qui engendre des « migrations » quotidiennes croissantes, sinon paralysantes pour les plus fragiles, fatigantes pour tous et engorgeant durablement les systèmes de transports individuels et collectifs.

La fin de l’âge de l’hyper-mobilité

La mobilité, qu’elle soit consentie de plein gré ou par force, semble pourtant avoir atteint ses limites. Non seulement l’usage intensif de la voiture et des transports questionne notre rapport à l’environnement, mais le temps perdu dans les transports diminue la qualité de la vie : des entreprises s’interrogent sur la pérennité de leur site d’implantation au plan écologique comme au plan humain ; l’Île-de-France perd ses salariés les plus jeunes au profit de la province. D’où la question posée par les recherches sur l’aménagement et l’urbanisme, ici par Francis Beaucire : comment anticiper une dynamique territoriale plus mouvante que les réseaux de dessertes héritées de l’histoire ?

Les ressources des plus démunis

Le sort des plus démunis rend l’interpellation plus urgente et interroge l’injonction à la mobilité qui leur est faite. Sylvie Fol présente plusieurs années de recherches sur la mobilité des ménages pauvres et elle insiste sur les ressources de proximité que déploient déjà les gens qui sont soumis à ces nouvelles contraintes. Elle ouvre ainsi les questions débattues par les acteurs du transport en Île de France : Sncf, Ratp, Adp, Fnaut… : N’y-a-t’il pas lieu d’infléchir les politiques publiques pour privilégier des mobilités plus sobres en temps, en énergie et en carbone ? Quelles initiatives sont prises sur le terrain par des associations ou des collectivités locales ? Quelles concertations publiques ont déjà fait leurs preuves ? Les pistes à travailler sont multiples : la priorité donnée aux mobilités fines (cf. Bénédicte Madelin), la nécessaire mobilisation de toutes les échelles de la métropole (cf. Hervé Dupont), l’enjeu d’une politique globale des transports (cf. Jean-Pierre Duport). Les déplacements deviendront mobilités quand ils s’appuieront sur des aptitudes concrètes (ressources, réseaux de proximité ou plus larges…) et donneront corps à de véritables projets.


J'achète Le numéro !
Dossier : Mobilités du quotidien
Je m'abonne dès 3.90 € / mois
Abonnez vous pour avoir accès au numéro
Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

Initiatives individuelles

En 1995, lors de la longue grève des transports, quelques étudiants de l’université de Nanterre mettent en place un dispositif de covoiturage pour rejoindre le campus. Forts du succès de cette initiative et en s’appuyant sur une idée force, agir pour la protection de la planète, trois étudiants poursuivent cette action en créant l’association Voiture & Co en 1998 qui promeut les « mobilités durables », comme le covoiturage.Le covoiturage est un mode de transport compliqué à mettre en œuvre car ...

Roissy innove

Aéroports de Paris (ADP) est le premier groupe aéroportuaire européen pour le fret et le courrier et conduit une politique soutenue de développement durable. Les zones d’activités d’ADP recouvrent notamment les plateformes aéroportuaires du Bourget, d’Orly et de Roissy. Elles touchent cinq départements et plus de 1000 communes. ADP qui en est l’aménageur n’a pas autorité, malgré sa forte implication dans les transports, en matière d’accès aux plateformes aéroportuaires ; cette compétence revien...

Table ronde : Ajuster l'offre aux besoins de tous

Resumé Quatre acteurs, responsables des transports urbains et représentants des usagers discutent de l’amélioration souhaitable des transports en banlieue parisienne : le désenclavement, bien sûr, mais aussi l’accessibilité physique et sociale. Projet – Comment ajuster les offres de transports en commun aux besoins de tous les voyageurs potentiels ?Michel Mercadier – Il s’agit aujourd’hui de passer de la question du mode de transport à une dynamique de service de transport. Je parle au nom de Tr...

Du même auteur

Le choix de l’hospitalité

Que l’hypothèse d’une victoire de Marine Le Pen à l’élection présidentielle ne puisse plus être écartée avec certitude, en dit long sur le raidissement de la société française. Dans un tel contexte, le risque est grand que l’accueil des étrangers ne devienne, toujours davantage, un tabou. Comme si, pour paraître « responsable », il fallait donner des gages sur la fermeture de nos frontières, rivaliser dans les obstacles mis sur la route de l’exil. Laisser mourir, en mer ou dans nos rues, pour n...

Affronter les questions ultimes

La crise écologique questionne, de manière fondamentale, le destin de l’humanité sur la planète terre. Elle invite à relire les textes fondateurs de la tradition judéo-chrétienne qui sont déjà au cœur des débats contemporains. Crise, catastrophe, effondrement… Nous discutons encore des termes, de l’imminence, de la durée, de l’importance de ce qui nous attend… Les signes, pourtant, sont déjà là : cyclones, sécheresses, tensions sur les marchés des matières premières, réfugiés climatiques… : « La...

Europe : reprendre en main notre destin

Qui l’Europe actuelle fait-elle encore rêver ? En son nom, on démantèle l’État-providence sur l’autel de la dette. On prive d’horizon la moitié des jeunes de Grèce, d’Espagne ou du Portugal. On tient le registre macabre des corps en Méditerranée. En son nom, la Commission négocie un traité transatlantique qui, s’il était adopté, marquerait l’étape ultime de capture de nos souverainetés par des intérêts privés. Devant ce sombre tableau, la tentation majoritaire est à la résignation ou au repli. ...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules