Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Mobilités du quotidien

Roissy innove


Aéroports de Paris (ADP) est le premier groupe aéroportuaire européen pour le fret et le courrier et conduit une politique soutenue de développement durable. Les zones d’activités d’ADP recouvrent notamment les plateformes aéroportuaires du Bourget, d’Orly et de Roissy. Elles touchent cinq départements et plus de 1000 communes. ADP qui en est l’aménageur n’a pas autorité, malgré sa forte implication dans les transports, en matière d’accès aux plateformes aéroportuaires ; cette compétence revient au Stif. Autre caractéristique, la question de l’accessibilité ne concerne pas des habitants, mais uniquement des salariés et des passagers, puisque « on y vient pour travailler ou prendre l’avion ». Ainsi, à Roissy (zone d’activités de 3000 ha), environ 92 000 emplois ont été directement recensés sur l’ensemble de la plateforme aéroportuaire en 2008 (90 000 en 2007), pour 61 millions de passagers.

La question de l’accessibilité pour les salariés des plateformes aéroportuaires est abordée par ADP depuis longtemps. Depuis quelques années, la prise de conscience collective s’est accentuée, en posant encore plus en amont la réflexion et la recherche de solutions avec les partenaires territoriaux que sont les conseils généraux, communes, Chambres de commerce et d’industrie, Acteurs intermédiaires de l’emploi (Missions locales, Maisons de l’emploi…) et Établissements publics d’aménagement.

Démarches sociales pour accéder à l’emploi

Accès à la plateforme aéroportuaire et accès à l’emploi vont de pair, dans l’approche sociétale d’ADP. Même si les trois départements riverains pourvoient 51% des emplois sur la plateforme, ADP et ses partenaires ont identifié certaines difficultés qui sont autant d’obstacles à l’employabilité : adéquation des qualifications, problème de logement et de garde d’enfants, système des dessertes de transport à toute heure.

Des actions ont été engagées pour répondre aux problèmes d’accès à la plateforme aéroportuaire des salariés ou futurs salariés. Mais d’autres projets engagés par ADP et ses partenaires contribuent aussi à résoudre des questions de mobilité. Par exemple : mise en place d’un comité habitat pour l’aide au logement qui a permis la création d’une résidence sociale (foyer pour jeunes travailleurs) à Roissy-en-France (220 chambres) ; création d’une crèche inter-entreprises assurant des services à horaires décalés (5h00-22h30) ; création d’un Institut de formation dans le Val d’Oise (accompagnement individuel intégrant la dimension mobilité). A Roissy, deux dispositifs exemplaires existent depuis quelques années.

Papa-Charlie, pour l’insertion sociale et professionnelle

Créée par ADP en 1997, l’association Papa-Charlie vise à faciliter l’accès à l’emploi de personnes économiquement en difficulté, dépourvues de moyens de transport collectif ou individuel, en mettant à leur disposition un véhicule pour une contribution modique. Papa-Charlie est ainsi un dispositif d’insertion sociale et professionnelle de personnes dont l’embauche est subordonnée à une solution de mobilité, généralement pré-requise par les employeurs.

Le principe de base est la mise à disposition d’un véhicule 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, le temps de location (un à huit mois) étant fonction de la nature et de la durée du contrat de travail du bénéficiaire. La contribution demandée est de 107 ou 127 € pour 30 jours consécutifs. Le dispositif peut s’enclencher dans les 24 heures suivant la sollicitation (sous réserve des conditions remplies). Papa-Charlie disposait en 2008 d’environ 150 véhicules. Cette location de véhicule constitue le « maillon manquant » dans le parcours individuel d’insertion de la personne qui doit pouvoir rechercher, une fois son emploi consolidé après quelques mois, une solution de transport à plus long terme.

En complément, l’initiative « transport solidaire » vise à mettre en relation postulants à l’emploi ne possédant pas le permis de conduire et locataires de véhicules, ces derniers bénéficiant alors, par le covoiturage, d’une diminution de leur loyer mensuel. Enfin, un nouveau service est en cours de développement, en direction des salariés temporairement privés de leur véhicule et exposés à une rupture de leur contrat de travail.

(Association Papa-Charlie, 01 48 62 02 02 / wwww. papa-charlie. com)

Allobus, service de transport à la carte

Lancé par le Stif et l’entreprise Courriers de l’Ile-de-France, cofinancé par ADP et les conseils généraux, Allobus est un service de transport à la demande 24 h/24 et 7 j/7, sur sur des villes des territoires environnants. Pour aller travailler sur la plateforme aéroportuaire, et en revenir, le recours à Allobus offre une solution alternative à l’emprunt des lignes régulières de bus. Ces minibus circulent dans les deux sens, à la fréquence d’un par heure ou par demi-heure. Pour pouvoir les prendre, il suffit d’en faire la demande en téléphonant à la centrale de réservation au moins 1 h 30 à l’avance (les bus ne s’arrêtant qu’aux arrêts demandés et desservis). Au cas où la personne effectuerait le même trajet tous les jours à la même heure, une seule demande par mois suffit. Pour voyager sur Allobus, les personnes doivent posséder un titre de transport adapté – tickets t+, passe Navigo ou carte Imagine R.

(Allobus, 08 10 24 24 77 / wwww. allobus. com)

D’autres initiatives complémentaires sont en cours d’expérimentation : la spécialisation de voies routières pour les bus, le covoiturage (1600 inscrits sur le site internet de mise en relation), l’usage de véhicules électriques, des circulations douces...


J'achète Le numéro !
Dossier : Mobilités du quotidien
Je m'abonne dès 3.90 € / mois
Abonnez vous pour avoir accès au numéro
Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Un héritage tentaculaire

Depuis les années 1970 et plus encore depuis la vague #MeToo, il est scruté, dénoncé et combattu. Mais serait-il en voie de dépassement, ce patriarcat aux contours flottants selon les sociétés ? En s’emparant du thème pour la première fois, la Revue Projet n’ignore pas l’ampleur de la question.Car le patriarcat ne se limite pas à des comportements prédateurs des hommes envers les femmes. Il constitue, bien plus, une structuration de l’humanité où pouvoir, propriété et force s’assimilent à une i...

Du même dossier

Initiatives individuelles

En 1995, lors de la longue grève des transports, quelques étudiants de l’université de Nanterre mettent en place un dispositif de covoiturage pour rejoindre le campus. Forts du succès de cette initiative et en s’appuyant sur une idée force, agir pour la protection de la planète, trois étudiants poursuivent cette action en créant l’association Voiture & Co en 1998 qui promeut les « mobilités durables », comme le covoiturage.Le covoiturage est un mode de transport compliqué à mettre en œuvre car ...

Table ronde : Ajuster l'offre aux besoins de tous

Resumé Quatre acteurs, responsables des transports urbains et représentants des usagers discutent de l’amélioration souhaitable des transports en banlieue parisienne : le désenclavement, bien sûr, mais aussi l’accessibilité physique et sociale. Projet – Comment ajuster les offres de transports en commun aux besoins de tous les voyageurs potentiels ?Michel Mercadier – Il s’agit aujourd’hui de passer de la question du mode de transport à une dynamique de service de transport. Je parle au nom de Tr...

Mobilités du quotidien (introduction)

La mobilité est à la fois évidence, nécessité et exigence des sociétés urbaines. Elle en est même devenue une valeur, une échelle de grandeur où l’individu est évalué sur sa faculté à se déplacer et à s’adapter. Elle est ainsi déclinée en mobilité professionnelle, résidentielle, quotidienne… Aussi bien représente-t-elle l’un des facteurs du renforcement des inégalités sociales. C’est pourquoi le Centre de recherche et d’action sociales (Ceras), Profession Banlieue (93), le Pôle de ressources vi...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules