Logo du site

Réflexions pour conclure : de la juste mesure

Alain Thomasset
Question de sens

Notre époque avide de sécurité redécouvre la catastrophe Mais elle n'est plus comme jadis le fait de Dieu ou de la Nature Dans tous les cas même les plus apparemment naturels comme la tempête qui a touché la France au moment de Noël des responsabilités humaines sont évoquées Les affaires récentes le drame de la transfusion sanguine la ...

Au risque d’entreprendre

Jean-Pierre Worms
Chercheur

Créatrice d’emploi et d’insertion sociale, source d’innovation et de croissance, la création d’entreprise est pourtant trop faible dans notre pays. Au-delà des difficultés administratives, financières ou fiscales, c’est une culture nationale traditionnelle qui reste rétive au risque d’entreprendre. Créatrice d'emploi et d'inserti...

La santé financière

Étienne Perrot
Chercheur

Le risque est à la finance ce que la nourriture est à la vie. Assurer la bonne santé du système financier ne consiste pas nécessairement à renforcer les règles et les assurances car paradoxalement celles-ci provoquent de nouveaux aléas. Cela suppose de gérer avec finesse une écologie délicate entre finance, sphère économique et politiq...

Risque et sécurité sur la route

Gilles Malaterre
Chercheur

En France, le bilan peu enviable de la sécurité routière tient en partie à un consensus qui tend à éviter toute forme de contrainte limitant le libre usage de la voiture. Le conducteur se considère capable d’estimer lui-même les risques encourus, et exige en même temps une protection collective. Face à ce paradoxe, éducation et contrô...

Retour de l'irrationnel ou conflit de rationalités

Bernard Chevassus-au-Louis
Chercheur

Bien que la diminution du risque alimentaire global semble avérée, les citoyens, avertis par quelques crises récentes, sont de plus en plus perplexes sur la réalité du contrôle sanitaire. Une logique profane, qualitative, en partie liée à la valeur symbolique de l’alimentation, s’oppose à l’approche quantitative et probabiliste des e...

Le principe de précaution

Olivier Godard
Chercheur

Principe moral et politique, inscrit dans le droit français depuis 1995, le principe de précaution ne se confond pas avec une règle d’abstention qui le rendrait absurde et inopérant. La crise de la vache folle montre la nécessité d’interpréter ce principe et pose la question du rapport entre scientifiques, citoyens et politiques. Princip...

La providence de l’Etat

François Ewald
Chercheur

Entretien - La conscience collective et partagée du risque est assez récente. Les assurances sociales sont nées de la conscience du rapport de dépendance des salariés et aussi de la solidarité face aux dommages. Aujourd’hui, deux visions morales du risque s’opposent où sont en jeu la responsabilité individuelle et la place de l’Etat d...

Limites de la déresponsabilisation assurée

Jacques Lautman
Chercheur

Face au risque, la demande de protection a été honorée par le développement de l’assurance et une socialisation généralisée. Mais le risque est une construction culturelle avec d’importants facteurs d’interprétation personnelle. La montée des périls collectifs et les incertitudes de l’action comme de l’expertise cultivent le dou...

Risque et précaution (introduction)

Bertrand Cassaigne
L'équipe de rédaction

Noé sauveur des espèces menacées va t il remplacer Prométhée Nouvelle figure emblématique qui n'est plus celle d'un progrès insouciant des effets secondaires des performances de la science et des échanges Face au risque l'inquiétude est de plus en plus partagée Nos entreprises on le sait bien ne créent plus seulement de la valeur ajout...

Dossier : Risque et précaution

Risque et précaution (introduction)


Noé, sauveur des espèces menacées, va-t-il remplacer Prométhée ? Nouvelle figure emblématique, qui n’est plus celle d’un progrès, insouciant des effets secondaires des performances de la science et des échanges ? Face au risque, l’inquiétude est de plus en plus partagée. Nos entreprises, on le sait bien, ne créent plus seulement de la valeur ajoutée, mais du risque ajouté.

Les risques, cependant, ont-ils vraiment augmenté ou ont-ils changé de visage ? Les sociétés ont cherché à se protéger, à s’assurer contre des vicissitudes qui jadis étaient des accidents ou des fatalités. Mais les réseaux de solidarité mis en œuvre pour donner de plus grandes libertés, pour ouvrir de plus larges possibilités, pour permettre d’oser de plus nombreuses initiatives, ne peuvent être de simples techniques, s’ils ne représentent pas aussi des réseaux de responsabilités.

Car nos interdépendances forment des chaînes beaucoup plus étendues, qui offrent un accès toujours plus large, nous connectant jusqu’à des inconnus. Dès lors, elles ont perdu leur force de signes de proximité et de solidarité. Chaînes technologiques, chaîne alimentaire, chaîne de l’approvisionnement (sur terre ou sur mer), réseaux électriques ou informatiques... : l’individu relié considère comme naturelle l’assurance de disposer des choix les plus nombreux pour consommer, s’informer, disposer des progrès des techniques et des sciences. Toutes nos activités sont les maillons d’une immense chaîne.

Cette chaîne de l’efficacité est paradoxalement cause de risques accrus. Qu'un maillon fasse défaut, les conséquences se propagent comme une contagion. Les parties prenantes d’un même secteur, d’une même filière sont interdépendantes pour offrir sans délai au consommateur la réponse, l’approvisionnement auquel il a droit. Toute rupture, toute panne peuvent ainsi devenir des catastrophes. Les réactions « en chaîne » – dans le nucléaire, sur la route, dans la conservation alimentaire, etc. – ne sont pas maîtrisées.

De nouveaux maillons sensibles apparaissent, du côté des technologies de l’information et de l’internet, des applications de la génétique, de la sophistication de la sphère financière. Il n’est pas sûr que l’on sache anticiper dans ces domaines davantage que face aux techniques industrielles.

Pour répondre au risque, la précaution sera-t-elle une chaîne de plus ? Comme si l’assurance était donnée de l’extérieur, par des codes ou des couvertures. Cette garantie est nécessaire, mais pour soutenir les décisions, non pour conforter les inerties. Sinon, à l’optimisme aveugle succède le sentiment d’injustice ou d’impuissance. Le risque est lointain, différé dans le temps. Quand il survient, il ne trouve que des victimes dont les droits à être protégés ont été remis en cause. A l’aveuglement succèdent la « sidération » (Ch. Roux-Dufort) et le scandale.

La précaution ne signifie pas que tout dépende de certitudes, elle ne veut pas dire attendre qu’il n’y ait pas de danger. Elle ne se réduit pas à des dispositifs (sur la route, dans les quartiers difficiles...) ou à des expertises (pour écarter la pollution, le danger d’une intervention médicale...). La précaution appelle le partage des responsabilités. Elle est principe moral et politique. Elle demande de savoir suspendre un temps la chaîne des dépendances instantanées, pour les situer dans leur contexte, peser les avantages et les coûts et risquer des décisions, et non laisser la passivité figer des situations ou des rapports de forces. La précaution est principe d’action. Si l’abstention est parfois nécessaire, elle doit être objet de débat, acceptée. La précaution n’est pas remise à d’autres, elle est le soutien pour que chacun à sa place, expert, entrepreneur, acteur d’un réseau, responsable politique..., affronte les risques de choix partagés.

Si nous sommes dans une « civilisation du risque » – c’est la première partie de ce dossier –, il importe de comprendre comment, derrière les évolutions des solidarités collectives, celles de l’Etat- providence, au-delà d’une revendication de précaution, s’expriment des exigences démocratiques nouvelles, dont l’exercice se cherche encore. Parmi les points sensibles de ce débat, la seconde partie du dossier en retient quelques-uns : alimentation, circulation, création d’entreprises, régulation financière. En chacun de ces domaines, le risque prend certes des figures très diverses. Ils ont en commun de nous rappeler combien tout ne se réduit pas à des données chiffrées, à des statistiques ou des indices. La dimension culturelle y est importante. Elle concerne la manière dont les hommes savent engager leur responsabilité les uns vis-à-vis des autres.

Du même auteur

Entendre la parole des victimes

Bertrand Cassaigne
L'équipe de rédaction

Les victimes ont brisé le silence. Mais les écoutons-nous vraiment ? Au-delà de la plainte, c’est à un dialogue qu’elles nous invitent, pour renouer les liens que le traumatisme a rompus. Les victimes ont brisé le silence Mais les écoutons nous vraiment Au delà de la plainte c'est à un dialogue qu'elles nous invitent pour renouer les liens que le traumatisme a rompus Longtemps les victimes n'avaient pas la parole On ne cherchait pas à les entendre ou elles ne parvenaient pas à s'ex...

Autonomie et solidarité

Bertrand Cassaigne
L'équipe de rédaction

Autonomie dépendance Deux mots à l'opposé l'un de l'autre pour parler des enjeux autour de la vulnérabilité des personnes âgées Autonomie parle de la dignité des personnes dépendance de solidarité reconnue acceptée Les deux mots ne sont pas sans ambiguïté l'autonomie comme exigence où la vulnérabilité et les frustrations sont vécues comme un échec la dépendance comme passivité et infantilisation Notre espérance de vie à tous s'est heureusement allongée Un temps libre pour...

Les rapports sur la dépendance

Bertrand Cassaigne
L'équipe de rédaction

RésuméL’avis du Conseil économique, social et environnemental s’inscrit dans une longue liste de débats sur la solidarité, visant à assurer à tous les anciens des conditions de vie dignes et une place dans la vie sociale. Pour les uns, la perte d’autonomie est affaire de responsabilité individuelle et familiale; chacun doit s’y préparer par l’épargne, l’assurance et la solidarité intergénérationnelle. Pour les autres, elle est un risque à couvrir par la solidarité nati...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules