Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Réformer sans modèle

Ouverture


Les Français insatisfaits aiment à dénoncer les insuffisances et l’inefficacité du modèle économique, social et politique en vigueur dans notre pays. Mais ils s’opposent plus qu’ils ne proposent et l’envie de changement ne se traduit pas forcément en disponibilité pour une réforme qui pourrait remettre en cause les statuts et les garanties acquises. Pourquoi ? Toute réforme a besoin d’être soutenue par une fraction suffisante de l’opinion pour aboutir. Peut-être manquons-nous de références intellectuelles pour penser le changement. A moins que nous n’ayons envie que de changer pour changer… Non ! Si la réforme n’est pas liée seulement à l’expression plus ou moins vague d’un malaise social, ou à un besoin de gestion économique, elle souffre certainement d’une difficile représentation publique. Les élus, experts et citoyens sont légitimes dans un débat public qui fonctionne plutôt bien. Mais les partenaires sociaux qui négocient voient leur légitimité fragilisée par les intérêts du terrain et les experts voient trop souvent leurs rapports échouer dans un tiroir. C’est l’articulation entre les différentes légitimités qui pose problème. Et l’action publique est bien souvent bloquée par le conservatisme institutionnel. Alors, à quelles conditions réformer ?

Il est possible pourtant de croire qu’on peut changer des choses, à défaut de changer toute la société. « Les réformes ne sont que des moyens pour atteindre des objectifs », dit Anne-Marie Idrac, qui croit aux avancées partielles, à condition « de ne jamais se mettre en situation de devoir reculer ». Autre nécessité urgente : dans une société qui aspire à la paix, s’engager politiquement pour faciliter les relations sociales dans les quartiers, les entreprises ou les organisations sociales.

Françoise Terrel-Salmon


J'achète Le numéro !
Dossier : Réformer sans modèle
Je m'abonne dès 3.90 € / mois
Abonnez vous pour avoir accès au numéro
Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Le clerc en sursis ?

La plupart des confessions religieuses excluent les femmes des charges sacerdotales. Pour combien de temps ? Patriarcale au superlatif, l’Église catholique voit son modèle vaciller. Le patriarcat demeure la règle dans le monde religieux. Dans des contextes très différents, les trois monothéismes le pratiquent. Tous invisibilisent les femmes, contrôlent leur corps et les tiennent éloignées de la sphère publique. Circonstance aggravante, ce bastion bien défendu l’est par...

Du même dossier

Tirer les réformes vers le haut

Resumé Les réformes ne sont que des moyens pour atteindre des objectifs. Elles nécessitent pédagogie et recherche d’alliés dans l’action. Posons d’abord que la réforme n’est pas une fin en soi. Les réformes ne sont jamais que des moyens pour atteindre des objectifs, contribuer à un projet. Et il y a des moments, ou des sujets, sur lesquels il faut au contraire stabiliser, ou faire une pause. Il me semble d’ailleurs préférable de parler des réformes nécessaires, plutôt que de se situer dans le ch...

Négocier avant de décider

Resumé Deux représentants syndicaux répondent à nos interrogations sur le nécessaire dialogue social. Jean-Christophe Le DuigouIl y a en France une crise spécifique du dialogue et de la négociation sociale, plus importante qu’ailleurs en Europe. Ses causes, bien identifiées, relèvent de trois registres.Le premier tient à l’organisation du système de démocratie sociale et notamment à la question de la représentativité des acteurs et de la légitimité des accords. Nous vivons depuis 40 ans, tant du...

Elus, citoyens et experts : distribution des rôles

Resumé Notre démocratie procédurale et élective donne à chacun un rôle. Mais les décideurs doivent clarifier leur dialogue avec les experts et les citoyens. La question des rapports entre élus, experts et citoyens se prête aisément à la confrontation, ou à la juxtaposition de postures contradictoires fondées sur des clichés. Mieux vaut, si on veut tenter de l’arracher tant soit peu aux fausses évidences, s’efforcer de mettre ceux-ci à l’écart.Une démocratie électiveSi grosse d’attentes – d’espér...

Du même auteur

Quand Rome parle du travail

C’est avec la seconde révolution industrielle que l’Eglise s’engage sur le problème du travail. L’encyclique Rerum Novarum, pilier du Discours social de l’Eglise, a pour sujet la condition des ouvriers, mais elle consacre au travail lui-même un long développement. C’est à ce texte fondamental que se référeront toutes les encycliques suivantes. Retrouvez cet article et l'ensemble des textes du discours social de l'Eglise sur www.discours-social-catholique.fr C’est avec la seconde révolution indus...

Ouverture: La révision générale des politiques publiques

Resumé Depuis trente ans déjà, l’Etat se veut régulateur : il a transféré des compétences et développé des autorités indépendantes. Mais à quoi sert-il ? Et comment peut-il fonctionner avec un esprit d’entreprise, sinon dans une logique de privatisation ? Quels sont les effets de cette rationalisation ? Confrontées à la nécessaire maîtrise des dépenses mais aussi à l’évolution des besoins et des attentes des citoyens comme à celle des modes de gestion, les politiques publiques sont l’objet d’une...

Les Roms, une histoire européenne (éditorial)

Entre dix et quinze millions de personnes (on ignore leur nombre, tant il est dangereux pour elles de se laisser répertorier), citoyens européens, rejetées où qu'elles aillent, se retrouvent nomades souvent malgré elles. La communauté des Roms est, en ce mois d'août, au centre de l'actualité. En France, en Allemagne et en Italie, mais aussi en Belgique et au Danemark, les politiques ont décidé de renvoyer cette population de manière plus systématique dans son pays d'origine, Roumanie pour l'ess...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules