Logo du site

La Revue Projet, c'est...

Une revue bimestrielle, exigeante et accessible, au croisement entre le monde de la recherche et les associations de terrain.

Dossier : Les promesses du rural

Conclusions


Les promesses du rural. Après des décennies de lamentations, annonçant un déclin inévitable, voici que l’avenir s’y dessine en termes de projets. La population a cessé de décroître. Même dans le rural « isolé », elle a légèrement augmenté au cours des dernières années. Les enjeux du développement des territoires ruraux sont reconnus comme des priorités, portées par des initiatives à tous les niveaux : localement, les expériences des « pays » ou des communautés de communes les ont engagés dans une dynamique renouvelée ; le gouvernement dessine les axes d’une politique rurale, au-delà de son simple volet agricole ; l’Europe consacre, à travers les programmes Leader, les perspectives d’un développement intégré.
Ces promesses s’appuient sur des atouts réels, plus solides qu’on aurait tendance à le dire. La volonté de faire vivre un espace attractif. Un véritable attachement, « objet de passion » même, de la part de toute la société. Une proximité et un maillage institutionnel qui est resté plus solide qu’ailleurs. Le désir d’expérimenter des partenariats nouveaux entre acteurs locaux. Une richesse d’initiatives associatives, moins individuelles, moins consommatrices peut-être que dans le cadre urbain...
Mais les promesses resteront en pointillés, si tous les ruraux, anciens et nouveaux, responsables politiques et agriculteurs, ne parviennent pas à les nouer en une gerbe rassemblant des attentes diverses et dépassent les méfiances réciproques devant l’avenir. Les questions que soulève ce dossier sont renvoyées aux acteurs de cet avenir : les syndicats paysans, les associations, les élus. Le rural est à un carrefour.

Les deux « piliers »

Un carrefour d’abord, pour équilibrer une politique trop longtemps identifiée à un seul volet, de soutien à la production – le reste, le développement rural, en découlant par surcroît. Imaginer l’évolution de la Pac est aujourd’hui nécessaire. Ses dérives, son coût, les crises sanitaires ont affecté sa légitimité. La société a de nouvelles exigences, de qualité et de sécurité, d’aménagement de l’espace rural. Mais il ne s’agit pas d’exposer les agriculteurs européens aux contraintes d’une division internationale du travail, qui éliminerait six des sept millions de fermes. Les productions agricoles ne sauraient être gérées par la seule loi du marché, soumises à des mouvements erratiques. Une régulation est nécessaire. Mais les agriculteurs ne veulent être situés ni dans un cadre étatiste, ni dans un cadre libéral. Etre pleinement chef d’entreprise dans un marché régulé ? La même tension est au cœur de la crise d’identité d’autres professions, les médecins par exemple. Quand une aussi grande part des revenus provient de Bruxelles – ou de la Sécurité sociale –, on n’est pas simplement dans une économie de marché. Mais face à l’Etat, on est à la fois en position de demandeur et de contestation de son « savoir-réguler ». On en appelle à l’Etat, mais demandant que la gestion de cette régulation soit confiée aux représentants de la profession – à travers des organismes publics.
Les contrats territoriaux d’exploitation ont proposé l’amorce d’un système alternatif : favoriser une « agriculture de terroir », en accordant des aides sur la base du développement durable (en termes d’emplois, de respect de l’environnement, de qualité...) afin de permettre aux paysans de jouer sur le label, la certification, etc. Pouvait-on aller plus loin et faire coïncider cette politique avec les contrats de pays ? Etait-ce agiter le chiffon rouge d’un système collectiviste ?

Une dynamique de projets

Le deuxième carrefour est celui précisément du développement des « pays », quelle qu’en soit la forme institutionnelle. C’est soutenir la vitalité d’un territoire au-delà de la seule activité agricole. C’est bien sûr vitaliser un espace attractif, qui accueille des habitants et des emplois. L’emploi industriel occupe une place importante dans le rural, plus du tiers ! Mais comment s’appuyer pour cela sur une population active moins mobile et parfois moins formée que celle des agglomérations urbaines ? L’implantation de productions industrielles est liée, bien sûr, à celle des services (de transports en particulier). Ce peut être un atout de vivre et de produire à la campagne, mais cela suppose une vraie dynamique de la part des collectivités pour accompagner ces créations. Sinon, la délocalisation dans le rural ne sera qu’une étape avant celle dans le tiers monde, si l’environnement n’est pas un facteur d’équilibre.
L’avenir du rural passe aussi par le développement du « tourisme vert ». Les expériences de pays rapportés dans ce dossier y insistent toutes. Certaines années, le tourisme a contribué plus que l’agriculture à l’excédent de notre balance commerciale. La France est le premier destinataire touristique du monde, non seulement pour ses monuments, mais pour la diversité de ses paysages et de des propositions d’accueil. Le rural ne peut cependant y voir la seule panacée. Là encore, la concertation entre tous les acteurs d’un territoire est nécessaire.
Une nouvelle société rurale
Car, c’est le troisième carrefour pour que fructifient les promesses, y cohabitent désormais une diversité de ruraux. Les paysans se considèrent comme les « premiers ruraux », demandant que les projets soient construits autour de l’agriculture. Sont-ils prêts à engager une véritable coopération avec les autres, artisans, commerçants, associations, responsables politiques, pour penser l’avenir ? La fiscalité, par exemple, ou les prêts à l’installation, doivent-ils être orientés en fonction d’une catégorie prioritaire ? Dans l’élaboration d’une politique de pays, il n’est pas toujours facile d’engager des programmes qui soient le fruit d’un véritable partenariat entre le monde paysan et les autres porteurs de projets. La tension est souvent réelle avec les municipalités pour la gestion de l’espace.
Une nouvelle « société rurale » est pourtant en gestation. Les 36 000 communes sont autant de républiques « identitaires », patrimoniales : on « en est » parce qu’on y a ses biens et son caveau. Mais, au tournant du xxe siècle et au début du xxie, on observe une rupture dans le regard porté sur les espaces ruraux, des lieux de vie plus diversifiés. Ils vont retrouver en 2004, globalement, la population qu’ils avaient il y a vingt ans. Mais cette promesse de regain n’est pas celle d’un retour à la situation ancienne, elle est celle d’une figure nouvelle ; une société qui reconnaît d’autres acteurs, d’autres attentes, et qui ne rejette pas ceux qui n’en sont pas. Le rural doit être aidé dans ses capacités d’accueil et d’intégration : les processus de relégation n’existent pas que dans les quartiers, même s’ils y sont plus visibles. Le citoyen qui a dix générations derrière lui dans le village est-il plus légitime que celui qui n’est là que depuis deux ans ?
L’investissement, patrimonial, affectif, social, des paysans sur leur territoire a forgé l’identité des anciens. Mais ceux dont l’investissement est apparemment plus fonctionnel ne sont pas moins légitimes. La vitalité des multiples associations est un des leviers importants pour la rencontre : régies de pays, mouvements d’éducation populaire, associations pour la valorisation du patrimoine ou pour partager des services... L’avenir du rural peut mobiliser tous ses habitants.


Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Endettement, maux et bienfaits

Resumé L’endettement est devenu le levier le levier de l’économie. L’ouverture qu’il propose sur l’avenir est aussi un risque, une chaîne, inégalement supportés. Au début du XVIIIe siècle, Bernard de Mandeville avait fait scandale en publiant la Fable des abeilles : il y expliquait que la dépense ostentatoire des uns permettait de faire travailler les autres, donc contribuait à faire fonctionner la société correctement. Il en est de même aujourd’hui de l’endettement. Sans lui, l’économie contemp...

L'engagement politique dans la chaîne des générations

Dans un climat politique désenchanté, les jeunes s’engagent de façon intermittente, protestataire, pragmatique. A la question de savoir si les jeunes générations d’aujourd’hui sont plus ou moins politisées, plus ou moins engagées, que celles qui les ont précédées, on ne peut répondre de façon simple et univoque. Car toute génération nouvelle reprend en partie les usages de la citoyenneté et les modes de participation politique de celles qui l’ont précédée, mais elle les recompose et les réinvent...

Du même dossier

Gérer la multifonctionnalité de l'agriculture

La politique de soutien aux marchés et celle du développement rural n’ont pas suivi le même rythme. Un nécessaire rééquilibrage doit-il se traduire par une dérégulation ? La consolidation des filières, le soutien aux groupements de producteurs peuvent être aussi une voie pour un développement maîtrisé. Depuis la création de la Communauté européenne et la mise en place de la Politique agricole commune en 1962, il n’y a guère eu de débats dans le monde agricole sur les relations entre politique ag...

Une place singulière en Europe

Resumé Les campagnes françaises ont concentré sur elles une charge symbolique unique qui fait d’elles, de leurs habitants et de leurs productions l’un des objets des passions françaises. Siège principal pendant huit siècles de l’activité économique, y compris manufacturière, le monde rural est porteur d’une forte dimension identitaire. Pour expliquer la place singulière occupée par la France dans le débat de politique agricole au plan européen, il est souvent fait appel à des considérations budg...

Les promesses du rural (introduction)

De la pointe nord de l’Ecosse aux plaines des Pouilles, de celles de Prusse orientale aux monts armoricains, les paysages européens ont été façonnés par la main de l’homme. Villages regroupés autour des clochers et des mairies, bocages ou grandes plaines, terrasses de montagne ou marais domestiqués, l’architecture et les territoires semblent témoigner d’un développement marqué, tout à la fois, par les structures politiques et religieuses, l’organisation foncière et les transformations agricoles...

Du même auteur

Mémoire vive d'une zone industrielle

Jean-Jacques Clément habite La Plaine, à Saint-Denis, un ancien secteur industriel en pleine métamorphose. Pour veiller à la mémoire de son quartier, il a choisi de le raconter. La rédaction de la Revue Projet se situe à La Plaine Saint-Denis. Vous êtes sans doute l’un des personnages que l’on croise le plus souvent dans le quartier…Je suis à La Plaine depuis l’an 2000. Et effectivement, je suis devenu un personnage un peu, parce que je circule beaucoup. C’est ...

Entendre la parole des victimes

Les victimes ont brisé le silence. Mais les écoutons-nous vraiment ? Au-delà de la plainte, c’est à un dialogue qu’elles nous invitent, pour renouer les liens que le traumatisme a rompus. Longtemps les victimes n’avaient pas la parole. On ne cherchait pas à les entendre ou elles ne parvenaient pas à s’exprimer. « Hosties » fut, en français, le premier mot pour les désigner : créatures offertes au destin, elles étaient silencieuses. Celui qui avait la parole, c’était le héros qui rétablissait la ...

Autonomie et solidarité

Autonomie, dépendance? Deux mots, à l’opposé l’un de l’autre, pour parler des enjeux autour de la vulnérabilité des personnes âgées! « Autonomie » parle de la dignité des personnes, « dépendance » de solidarité reconnue, acceptée. Les deux mots ne sont pas sans ambiguïté : l’autonomie comme exigence, où la vulnérabilité et les frustrations sont vécues comme un échec; la dépendance comme passivité et infantilisation…Notre espérance de vie à tous s’est heureusement allongée. Un temps libre pour s...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules