Logo du site

La Revue Projet, c'est...

Une revue bimestrielle, exigeante et accessible, au croisement entre le monde de la recherche et les associations de terrain.

Dossier : Les promesses du rural

Les promesses du rural (introduction)


De la pointe nord de l’Ecosse aux plaines des Pouilles, de celles de Prusse orientale aux monts armoricains, les paysages européens ont été façonnés par la main de l’homme. Villages regroupés autour des clochers et des mairies, bocages ou grandes plaines, terrasses de montagne ou marais domestiqués, l’architecture et les territoires semblent témoigner d’un développement marqué, tout à la fois, par les structures politiques et religieuses, l’organisation foncière et les transformations agricoles des siècles passés.

Ce portrait demeure réducteur. Car l’agriculture n’a jamais été le tout de l’organisation du monde rural. Forêts, pêcheries ou culture du ver à soie..., nombreux étaient les prolongements naturels d’une économie de subsistance. L’industrie a eu aussi sa part. Ici, comme dans le Limousin ou la Charente, vestiges de forges ou témoins d’une sidérurgie ancienne. Là, comme dans l’Orne ou la Manche, petites usines construites au plus près de la main d’œuvre. Les vallées alpines, les coteaux du Beaujolais, les plaines du Forez attestent un développement qui a puisé dans le monde rural les ressources humaines nécessaires à l’industrialisation dans les différentes phases de son expansion.

Loin d’être des territoires isolés, les campagnes n’ont pas cessé d’étendre leurs relations avec les centres urbains avoisinants. Des plus hautes vallées aux capitales régionales et nationales, un maillage de routes migratoires s’est constitué. Aujourd’hui, les mutations démographiques s’inscrivent dans des réseaux urbains reliés aux campagnes. Dans le même temps, les dynamiques rurales ont occupé une place importante de la vie politique française et européenne. On sait le poids de la France « profonde » dans la composition du Sénat, la vigueur des débats sur les questions rurales et agricoles. Dès le début de l’Europe, la mise en place d’une politique agricole commune a mobilisé énergies et ressources. L’élargissement à l’Est, avec l’arrivée de pays très agricoles comme la Pologne, force à reconnaître l’évidence : le consensus social européen ne va pas perdurer indéfiniment.

Les menaces sur cet équilibre sont nombreuses, les alternatives difficiles à mettre en place. Le vieillissement des populations, l’accélération des déplacements, les délocalisations industrielles, l’ouverture des marchés agricoles et l’intensification de la concurrence mettent en péril le socle ancien et appellent un véritable investissement dans la réflexion et la concertation. Comment construire un avenir dans toutes les campagnes ?

Les réponses à imaginer ne devront-elles pas honorer l’histoire de nos villages ? Déjà, des dispositifs sont inscrits dans la loi : politique des pays, structures intercommunales... S’agit-il de faire vraiment du neuf ou simplement de rafistoler, de rhabiller ce qui existait auparavant ? Le nouveau cadre permettra-t-il la concertation de tous les acteurs ? Libérera-t-il l’énergie des habitants ?

C’est aussi sur les conséquences des évolutions européennes qu’il faut porter le regard. On le ressent, davantage qu’on ne l’admet, la politique agricole commune ne pourra durer en l’état. Que faire alors ? Succomber au libre-échange, à l’ouverture globale des marchés ? Encourager les agricultures et élevages placés sous le signe de la qualité, de l’excellence traditionnelle ou de l’écologie ? Favoriser la pluri-activité, le tourisme et les services en zone rurale ? Il y a urgence, mais aussi crise. Saura-t-on construire sans « abandonner » ceux qui ont risqué beaucoup dans une installation agricole précaire, dans un pari économique incertain ? Si l’agriculture n’est pas le tout du rural, comment trouvera-t-elle sa place ?

Finalement, en cette période d’incertitude et de remise en cause, n’est-il pas légitime que le monde rural se sente orphelin ? De la politique, des stratégies économiques, des réflexions sur l’avenir du pays. Le passage à vivre doit-il se faire à marche forcée ? Quelles étapes peuvent déjà être repérées ?


Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Endettement, maux et bienfaits

Resumé L’endettement est devenu le levier le levier de l’économie. L’ouverture qu’il propose sur l’avenir est aussi un risque, une chaîne, inégalement supportés. Au début du XVIIIe siècle, Bernard de Mandeville avait fait scandale en publiant la Fable des abeilles : il y expliquait que la dépense ostentatoire des uns permettait de faire travailler les autres, donc contribuait à faire fonctionner la société correctement. Il en est de même aujourd’hui de l’endettement. Sans lui, l’économie contemp...

L'engagement politique dans la chaîne des générations

Dans un climat politique désenchanté, les jeunes s’engagent de façon intermittente, protestataire, pragmatique. A la question de savoir si les jeunes générations d’aujourd’hui sont plus ou moins politisées, plus ou moins engagées, que celles qui les ont précédées, on ne peut répondre de façon simple et univoque. Car toute génération nouvelle reprend en partie les usages de la citoyenneté et les modes de participation politique de celles qui l’ont précédée, mais elle les recompose et les réinvent...

Du même dossier

Changer d'époque. Questions au politique

Projet a posé les mêmes trois questions au ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche et des Affaires rurales, Hervé Gaymard, à son prédécesseur, Jean Glavany, au porte-parole national de la Confédération paysanne, Christian Boisgontier, ainsi qu’au président de la Fnsea, Jean-Michel Lemétayer. Voici leurs réponses. Projet - Depuis le début de la construction européenne, la France a donné la priorité au développement agricole, au détriment, sans doute, de l’animation et du dévelop...

Une place singulière en Europe

Resumé Les campagnes françaises ont concentré sur elles une charge symbolique unique qui fait d’elles, de leurs habitants et de leurs productions l’un des objets des passions françaises. Siège principal pendant huit siècles de l’activité économique, y compris manufacturière, le monde rural est porteur d’une forte dimension identitaire. Pour expliquer la place singulière occupée par la France dans le débat de politique agricole au plan européen, il est souvent fait appel à des considérations budg...

Conclusions

Les promesses du rural. Après des décennies de lamentations, annonçant un déclin inévitable, voici que l’avenir s’y dessine en termes de projets. La population a cessé de décroître. Même dans le rural « isolé », elle a légèrement augmenté au cours des dernières années. Les enjeux du développement des territoires ruraux sont reconnus comme des priorités, portées par des initiatives à tous les niveaux : localement, les expériences des « pays » ou des communautés de communes les ont engagés dans u...

Du même auteur

Partage du travail : perspectives interreligieuses

Le christianisme, comme l’islam, le judaïsme ou le bouddhisme insistent sur la dignité de l’homme au travail, sur son inscription dans une communauté. L’idée d’un partage du travail est diversement accueillie. Partager avec qui ? Pourquoi ? L’auteur appelle à un engagement interreligieux concret sur le sujet. Replacée dans le cadre du dialogue interreligieux, la question du partage du travail ne tient pas de l’évidence1. Le travail se partage-t-il ? Avec qui ? On peut partager le travail, quand ...

De nouvelles formes d'engagement

Resumé Les jeunes de 2008 reproduisent-ils simplement les modèles d’engagement de leurs aînés ? Les jeunes s’engagent-ils sur des projets de manière différente que les plus âgés ? La réponse à cette question pourrait s’en tenir à souligner les écarts entre les jeunes et leurs aînés, ou à relever des changements entre les jeunes d’aujourd’hui et ceux d’hier - les nouvelles générations ne s’engagent pas comme celles qui les ont précédées. Elle peut aussi considérer que c’est toute la société qui e...

Recomposition des représentations familiales

Pour qui observe le champ de la famille, peut-on dire que le « moment mai 68 » correspond à une rupture ? Parler de moment, selon l’expression de Denis Pelletier, désignant une période ouverte des années 60 aux années 80, est plus pertinent que de se limiter à une date pour analyser les changements. Dans l’histoire sociale, le temps se fait glissant, les générations succédant aux générations. Et en effet, les évolutions de la famille révèlent une série de mutations suffisamment proches pour pou...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules