Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Le développement, un bien durable

Le développement, un bien durable(introduction)


Fin août, le sommet de Johannesburg sera l’occasion d’une vaste confrontation autour du développement durable. Il fournira à de nombreux acteurs de la société civile un lieu de débats importants. Mais il n’est pas sûr que les Etats abordent cette rencontre avec des idées bien claires et la volonté d’aboutir à des conclusions. Les voies d’un partenariat renouvelé se cherchent, qui ne seront pas la simple prolongation ou la correction des modèles précédents, mais l’exploration de formes de solidarité. Car c’est bien notre monde en développement qui se découvre aujourd’hui comme un « bien commun », non pas seulement la circulation de produits et de services, non pas seulement, non plus, le souci humanitaire de corriger les défauts de la globalisation.

Ce dossier souligne la nécessité de croiser désormais les deux approches : celle du développement durable et celle des rapports Nord/Sud. La première renvoie à l’idée de bien public, de sécurisation du processus de croissance. Pendant vingt ans, le modèle libéral de développement s’est imposé, l’ouverture générale devait permettre à tous de profiter des échanges et de participer progressivement à la croissance. Les failles sont apparues de plus en plus criantes. D’autres modes de régulation sont à inventer, moins mécaniques, plus coordonnés, au plan local comme au plan international. La deuxième approche concerne les rapports Nord/Sud. Ils ont été pensés, d’abord, sous forme d’une aide au développement : le Nord imaginant faire profiter le Sud de ses réussites, le Sud rappelant au Nord la dette qu’il lui devait. Voici que le bien fondé de cette aide est mis en question, comme si un soutien matériel suffisait à ouvrir l’accès des pays les moins avancés à la croissance. La fracture Nord/Sud revient sur le devant de la scène, non plus comme il y a trente ans comme un affrontement pour partager les ressources, mais par la prise en compte de la logique d’un développement commun, qui ne se réalisera qu’appuyé sur des cohérences locales, régionales...

La première partie de ce dossier rappelle comment les problèmes d’équité internationale reviennent au premier plan – témoins les sommets de Durban, de Monterrey, le Forum de Porto Alegre –, avec insistance mais de manières différentes. Parler alors de développement durable, ce n’est pas uniquement parler du climat ou des Ogm, mais d’une solidarité plus large. L’accroissement du capital humain (de l’accès à l’alimentation, à l’instruction, à la santé), comme la construction d’assises sociales et politiques sont aussi importants que la croissance du Pnb. Il ne s’agit pas d’imposer une formule unique à l’échelle de la planète, mais de poser ensemble des problèmes qui ont aussi une dimension éthique, d’équité, de précaution... Au-delà d’une globalisation, l’enjeu est celui d’une durabilité partagée, qui suppose de soutenir des formes de régulation et des politiques publiques (infrastructures, système de santé...).

La deuxième partie s’interroge sur la cohérence entre les différents niveaux de cette régulation. A côté du théâtre des négociations internationales, l’important est de diffracter ce souci du « bien public » dans chaque pays, auprès de chaque acteur. Il y a un lien entre leurs conduites quotidiennes et les biens mondiaux. Le développement commun les invite à une approche plus systémique. Parmi ces acteurs (consommateurs, industriels, transporteurs, agriculteurs, urbanistes, etc.), l’exemple des syndicats nous a paru éclairant. La défense de l’emploi à long terme passe pour eux aujourd’hui par une responsabilité à l’égard de problèmes pluridimensionnels (économiques, écologiques, sociaux, internationaux) abordés à l’échelle de territoires, des régions, des bassins d’emploi. Réciproquement, les modes d’une cohérence plus globale ne pourront faire l’impasse sur cette construction par chaque société. Il ne suffit pas d’exiger que celle-ci s’ajuste à des mécanismes décidés de l’extérieur.

L’Europe a sans doute un rôle exemplaire à jouer, malgré ses pesanteurs, dans cette exploration des voies d’un développement partagé. C’est à elle, par exemple, d’imaginer d’autres rapports avec les pays de la Méditerranée, entre elle et l’Afrique. Et de mettre en harmonie ses choix (pour l’agriculture, la politique d’immigration...) avec cette vision d’une solidarité ouverte. Alors les réponses au défi de l’humanisation de la mondialisation se traduiront par l’élargissement de l’espace d’espérance qu’a représenté l’utopie européenne comme volonté d’un développement commun et durable.


Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

Ambivalente gouvernance

Définie comme un mode de décision partagée au service de la modernisation politique, la « gouvernance » se présente sous des atours séduisants. Or, le vernis démocratique de ce mot-valise issu du privé s’écaille rapidement. George Orwell brillait par sa capacité à montrer combien le glissement sémantique dit toujours quelque chose du pouvoir et de la manière dont il s’exerce. De Michel Foucault à Frédéric Lordon,...

Du même dossier

Quatre leçons du processus de Kyoto

Resumé Le point de vue d’un des négociateurs américains sur les questions de climat. A ses yeux, l’ambition d’une règle universelle ne peut faire fi des conditions de recherche de cohérence dans chaque pays. Mais les Etats-Unis ne sont-ils pas dans une situation particulière pour résister à la pression de leurs partenaires ? Annoncer la mort de Kyoto n’est-il pas excessif ? Au moment même où la plupart des observateurs en rédigeaient le faire-part, la communauté internationale parvenait à Bonn à...

Le développement durable à l'épreuve des rapports Nord-Sud

Resumé Le développement n’est pas un simple produit d’importation, ni le fruit de l’ajustement à une régulation internationale. La production d’un bien public international suppose l’existence d’un bien public à l’échelle locale. Sous le terme générique de développement durable émergent de nouvelles problématiques dans les relations Nord-Sud qui mettent en jeu de manière centrale des questions d’équité et de justice. C’est là un enjeu important pour l’avenir des relations internationales et des ...

Le renouveau de la problématique Nord-Sud

Resumé Après l’espérance des années 70, d’ériger collectivement un nouvel ordre mondial, le triomphe du libéralisme a remplacé l’affirmation d’un droit au développement. Mais le retour du débat Nord/Sud sur la scène internationale prend des figures nouvelles : à Porto Alegre ou Monterrey. Les débats actuels pour une autre mondialisation et pour un autre développement réactivent une problématique, qu’on croyait désuète, celle des rapports Nord-Sud. Cette redécouverte est soulignée en ce début d’a...

Du même auteur

Mémoire vive d'une zone industrielle

Jean-Jacques Clément habite La Plaine, à Saint-Denis, un ancien secteur industriel en pleine métamorphose. Pour veiller à la mémoire de son quartier, il a choisi de le raconter. La rédaction de la Revue Projet se situe à La Plaine Saint-Denis. Vous êtes sans doute l’un des personnages que l’on croise le plus souvent dans le quartier…Je suis à La Plaine depuis l’an 2000. Et effectivement, je suis devenu un personnage un peu, parce que je circule beaucoup. C’est ...

Entendre la parole des victimes

Les victimes ont brisé le silence. Mais les écoutons-nous vraiment ? Au-delà de la plainte, c’est à un dialogue qu’elles nous invitent, pour renouer les liens que le traumatisme a rompus. Longtemps les victimes n’avaient pas la parole. On ne cherchait pas à les entendre ou elles ne parvenaient pas à s’exprimer. « Hosties » fut, en français, le premier mot pour les désigner : créatures offertes au destin, elles étaient silencieuses. Celui qui avait la parole, c’était le héros qui rétablissait la ...

Autonomie et solidarité

Autonomie, dépendance? Deux mots, à l’opposé l’un de l’autre, pour parler des enjeux autour de la vulnérabilité des personnes âgées! « Autonomie » parle de la dignité des personnes, « dépendance » de solidarité reconnue, acceptée. Les deux mots ne sont pas sans ambiguïté : l’autonomie comme exigence, où la vulnérabilité et les frustrations sont vécues comme un échec; la dépendance comme passivité et infantilisation…Notre espérance de vie à tous s’est heureusement allongée. Un temps libre pour s...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules