Logo du site
Dossier : L'utopie associative

L’utopie associative (introduction)


Nous fêterons en 2001 un double anniversaire : le centenaire de la loi sur le droit d’association, les vingt ans de celle qui a accordé aux étrangers sur le sol français une liberté analogue. La première consacrait une évolution sur quelque trente ans, qui cherchait sa traduction juridique depuis les débuts de la troisième République. Une politique plutôt libérale des gouvernements avait peu à peu laissé réémerger une pratique associative déjà multiforme. La loi sur les associations du 1er juillet 1901 a simplifié les cadres légaux. Elle consacrait une forme associative commune, à côté des syndicats et en marge des congrégations religieuses auxquelles était accordé un statut d’exception particulièrement rigoureux et contrôlé.

1981 a marqué une autre rupture. Si la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 et la déclaration européenne de 1950 avaient reconnu la liberté de s’associer, les étrangers en demeuraient encore privés. Cette discrimination était de plus en plus dénoncée. Deux ans avant la nouvelle loi, Projet écrivait : « Il paraît nécessaire de revenir en partie sur la législation d’exception adoptée en 1939, en matière d’association et de presse étrangère. Ces textes, adoptés au moment du pacte germano-soviétique pour réprimer les infiltrations nazies et le parti communiste français, sont inutilement sévères. En particulier, il faudrait abroger les dispositions relatives aux associations étrangères » (Projet, n° 140).

Mais au-delà du socle commun de liberté, posé dans les textes, la pratique associative se montre complexe, multiforme, échappant à un cadre que certains voudraient plus précis : diversité d’objet, de taille, d’ambition, de fonctionnement... La variété des textes législatifs qui, depuis une soixantaine d’années, ont tenté de l’encadrer en est un signe. L’observateur est ramené à des questions simples : l’association n’est-elle qu’une coquille juridique vide, ou est-elle par nature porteuse d’un projet ? Quelle place occupe-t-elle dans la cité ?

L’affirmation d’une liberté fondamentale comme celle de s’associer renvoie à un fondement anthropologique. La diversité est d’abord le reflet d’une créativité. Les associations traduisent la recherche  de réponses collectives à des sollicitations toujours nouvelles. La forme associative évolue avec les sociétés. Si les mutations socio-économiques ouvrent des possibilités de relations élargies entre les hommes de la planète, elles fragilisent en même temps le lien social. L’individu contemporain désire trouver pour son action une nouvelle conjugaison entre efficacité, émotion et raison. Ainsi, depuis quelques dizaines d’années, l’entrée dans une ère médiatique, la multiplication des radios libres et des chaînes de télévision, l’accès à internet procurent de nouvelles façons d’être en relation à plusieurs voire à beaucoup, et de s’associer.

En exprimant les préoccupations actuelles des cités dans lesquelles elles s’inscrivent, les associations n’échappent pas à la rationalité économique. Elles en ont peut-être aujourd’hui un peu moins peur que naguère. Mais elles jouent aussi un rôle dans la constitution d’un espace public. A travers leurs responsables, elles entretiennent une relation délicate avec la fonction publique, dont elles apparaissent parfois comme un partenaire, sinon un prolongement. Dans une Europe qui se construit, elles sont appelées à être le lieu d’ouverture à un débat plus large.

Par sa souplesse même, l’association peut exercer une fonction de formation à la citoyenneté. Certes, les dérives existent. On la voit servir de paravent commode pour dissimuler des activités qui, pour susciter l’adhésion et la confiance, auraient dû demeurer dans l’espace public. Mais existe-t-il une forme juridique pure, qui offrirait toutes les garanties ? Ne faut-il pas se réjouir, finalement, d’une malléabilité qui permet à l’individu de passer la frontière du privé au public, une frontière que la pression de la subjectivité contemporaine, le souci de soi ou la fragilité institutionnelle rendent bien malaisée à franchir.

Les plus lus

« Annuler les dettes est un choix politique »

Dans un contexte de pandémie, que faire de la dette publique ? Pour l’économiste Gaël Giraud, son annulation est d’ores et déjà possible, grâce à la Banque centrale européenne. Dans un contexte de pandemie que faire de la dette publique Pour l'economiste Gael Giraud son annulation est d'ores et deja possible grace a la Banque centrale europeenne Depuis le debut de la pandemie le deficit budgetaire se creuse Le quoi qu'il en coute n...

Libéralisme et socialisme

Resumé Le libéralisme et le socialisme semblent s’opposer comme deux philosophies de l’homme et de la société. Pourtant, le socialisme est aussi une philosophie de la liberté. Resumé Le libéralisme et le socialisme semblent s'opposer comme deux philosophies de l'homme et de la société Pourtant le socialisme est aussi une philosophie de la liberté Les penseurs libéraux ne se sont pas privés d'attaquer violemment dès ses premières formulations la présomption fatale du socialisme...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires elle ne peut être leur seule visée Il importe de mettre en œuvre des ...

Du même dossier

Quand des associations «entrent en économie»

Les associations gestionnaires qui exercent une activité économique repérable ont connu depuis un quart de siècle un développement exceptionnel d'abord lié à la multiplication des politiques publiques en particulier des politiques sociales action sociale éducation et formation culture loisirs activités sportives Les politiques économiques ont suscité le développement associatif sur le terrain de l'emploi de l'aménagement de l'environnement du développement local etc 1 Mais les ass...

De la télé au net, les médias-associations

Les médias ont pris une place de plus en plus importante au long du xxe siècle Le mouvement associatif immergé dans la société en 1985 un Français sur trois est adhérent à l'une des quelques 800 000 associations existantes en 1997 1 2 millions de bénévoles donnaient du temps aux 115 000 organisations caritatives ou d'aide aux personnes en difficulté n'échappe pas à cet effet média faisant plus pour toute une frange que s'adapter à cette nouvelle donne Plusieurs parmi les créateu...

L'utopie associative (conclusion)

Elle prend des initiatives nouvelles face à des besoins insatisfaits elle participe à la création d'une économie sociale mais elle ne peut ignorer les règles de l'efficacité du management elle se soumet à des appels d'offre et se voit encadrée comme toute entreprise Elle profite d'une loi très libérale elle est à la portée de chacun et cependant elle demande une reconnaissance sociale Face aux pouvoirs publics elle est alternativement ou en même temps en position de contestation et...

Du même auteur

Partage du travail : perspectives interreligieuses

Le christianisme, comme l’islam, le judaïsme ou le bouddhisme insistent sur la dignité de l’homme au travail, sur son inscription dans une communauté. L’idée d’un partage du travail est diversement accueillie. Partager avec qui ? Pourquoi ? L’auteur appelle à un engagement interreligieux concret sur le sujet. Le christianisme comme l'islam le judaïsme ou le bouddhisme insistent sur la dignité de l'homme au travail sur son inscription dans une communauté L'idée d'un partage du ...

De nouvelles formes d'engagement

Resumé Les jeunes de 2008 reproduisent-ils simplement les modèles d’engagement de leurs aînés ? Resumé Les jeunes de 2008 reproduisent ils simplement les modèles d'engagement de leurs aînés Les jeunes s'engagent ils sur des projets de manière différente que les plus âgés La réponse à cette question pourrait s'en tenir à souligner les écarts entre les jeunes et leurs aînés ou à relever des changements entre les jeunes d'aujourd'hui et ceux d'hier les nouvelles générations ...

Recomposition des représentations familiales

Pour qui observe le champ de la famille peut on dire que le moment mai 68 correspond à une rupture Parler de moment selon l'expression de Denis Pelletier désignant une période ouverte des années 60 aux années 80 est plus pertinent que de se limiter à une date pour analyser les changements Dans l'histoire sociale le temps se fait glissant les générations succédant aux générations Et en effet les évolutions de la famille révèlent une série de mutations suffisamment proches pour pou...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules