Logo du site
Dossier : Vers une finance au service de la société ?

Quand l’engagement actionnarial s’embourbe : le cas de Total


Il est très rare, en France, que des actionnaires minoritaires déposent une résolution à l’assemblée générale (AG) d’une entreprise cotée, car il faut réunir au moins 0,5 % du capital, ce qui peut représenter des montants importants. En 2011, PhiTrust Active Investors en a fait l’amère expérience.

Société de gestion connue pour son engagement actionnarial, PhiTrust fut contactée en 2010 par deux ONG, Greenpeace et Natural Resources Defense Council, qui cherchaient à obtenir de Total des informations sur l’exploitation des sables bitumineux – ou pétroles de schiste – en Alberta (Canada). Ces techniques d’extraction sont fortement destructrices d’un point de vue climatique, environnemental et social, et la rentabilité de ces projets, très longs et coûteux, est incertaine sur la durée, au vu notamment de règles environnementales évolutives.

PhiTrust avait décidé de présenter, à l’AG 2011 de Total, une résolution demandant une analyse complète et détaillée des risques extra-financiers et opérationnels de long terme de cinq projets de sables bitumineux dans lesquels Total était impliqué. Le droit anglo-saxon étant moins contraignant pour les résolutions d’actionnaires, ces ONG avaient déposé en 2010, une résolution semblable, aux AG de BP, Shell, StatOil, ExxonMobil et ConocoPhilipps.

À l’appui de cette résolution, PhiTrust avait réuni environ 1 % du capital de Total (près d’un milliard d’euros) ; son  inscription à l’ordre du jour de l’assemblée générale était donc obligatoire. Mais certains actionnaires se sont désolidarisés  de la démarche : après la date légale, deux gérants d’actifs (filiales d’une banque française et d’un assureur français) se sont retirés de la coalition d’actionnaires ; celle-ci, passée sous le seuil légal des 0,5 %, ne pouvait plus soumettre la résolution au vote de l’AG.

Quelles leçons tirer de l’expérience ? Manifestement, des conflits d’intérêt peuvent exister entre les gestionnaires d’actifs engagés et leurs maisons mères, sensibles à des arguments commerciaux de la part des sociétés émettrices. La présentation d’une résolution externe (droit  reconnu aux actionnaires) traduit un désaccord avec le conseil d’administration. Cet épisode souligne par ailleurs le rôle complémentaire que peuvent jouer les ONG, « éveilleurs » des investisseurs sur des sujets qu’ils maîtrisent mieux qu’eux en les suivant sur la durée, et d’investisseurs indépendants, comme PhiTrust, pour questionner les dirigeants et faire évoluer les pratiques (Total s’est finalement retiré de deux des cinq projets pilotes). Mais il illustre aussi la limite de l’exercice des droits des actionnaires en France, encadrés par des conditions excessivement restrictives.

L’épisode soulève aussi des questions d’ordre éthique : le rôle dévolu aux actionnaires doit-il se réduire à l’apport de capitaux ? Une entreprise peut-elle faire supporter par l’ensemble de la société les risques induits par son activité ? Les seuls impératifs quantifiables immédiatement (prix de revient, débouchés…) suffisent-ils à la guider ? Quelles limites les actionnaires mettent-ils à leurs exigences de rentabilité ?

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Ce que l’écologie fait à la politique

Un demi-siècle après les premières alertes scientifiques, l’écologie a bel et bien trouvé un débouché politique : de nouvelles instances, de nouveaux partis sont régulièrement mis sur pied. Mais pour faire advenir des changements politiques à la hauteur des enjeux, c’est notre cadre de pensée qu’il nous faut révolutionner. 1 « Écologisation » du politiqueLes enjeux écologiques sont désorm...

L’envol de la chouette

Le confinement mis en place pour contenir l’épidémie s’est traduit par toute une série de restrictions : limitation des déplacements, couvre-feu, port du masque… Comme les secouristes de haute montagne, nos comportements étaient dictés par une injonction à ne pas penser pour éviter une chute fatale. Un vent de liberté souffle à présent et l’on se réjouit de retrouver, petit à petit, nos libertés suspendues.Mais n’avançons-nous pas en terrain miné ? L’histoire nous enseigne que c’est dans les te...

Du même dossier

Le droit est-il adapté aux dérives de la finance ?

Le droit actuel, au lieu de poser des limites au système capitaliste, le pousse au crime. En témoignent les crises financières qui se succèdent depuis deux décennies. L’historien Fernand Braudel l’a démontré, le capitalisme change au long de l’histoire : un dans son principe, toujours divers dans ses manifestations historiques. Depuis les années 1980, est apparu un nouveau capitalisme aux frappantes caractéristiques : largement dérégulé, financiarisé et mondialisé. La finance est devenue la prem...

ISR : rendre le monde meilleur ?

Investir dans les secteurs de son choix, encourager les entreprises les plus vertueuses en matière environnementales et sociales… Au-delà des objectifs affichés de l’investissement socialement responsable, quel est son impact réel ? Débat entre Nicole Notat, fondatrice de Vigeo, une agence de notation extra-financière, et l’universitaire Gunther Capelle-Blancard. Selon certains de ses promoteurs, l’investissement socialement responsable (ISR) contribuerait à rendre le monde meilleur. Quelle en e...

L’exclusion bancaire, un phénomène persistant

Des personnes, parce qu’elles ne peuvent bénéficier des services des banques, se retrouvent marginalisées pour des actes quotidiens si simples pour d’autres. Combien sont concernées ? Comment remédier à ce phénomène ? Depuis les années 1950, la société française s’est de plus en plus « financiarisée ». De profondes mutations ont été induites par un cadre législatif (obligation, dès 1973, d’avoir un compte bancaire pour percevoir son salaire et dès 1978 pour les prestations sociales), ou par l’év...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules