Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Migrations dans la mondialisation

Ouverture : Migrations dans la mondialisation


Comment affronter « la contradiction essentielle entre la mondialisation des échanges, l’aspiration à la mobilité des hommes et la sécurisation de l’immigration » ? Voici quatre ans, en conclusion de l’un de ses articles dans notre revue, Catherine Wihtol de Wenden attirait notre attention sur ce paradoxe (Projet, n° 284). De fait, c’est bien à l’intérieur de ce triptyque que doit se situer toute réflexion fructueuse sur les nouvelles figures de la migration et sur les choix politiques auxquels elles nous confrontent.

De ces trois termes, le deuxième est à la fois le plus ancien – notre planète s’est peuplée par migrations – et le plus nouveau : les études récentes le rappellent, c’est le désir de « mobilité », plus que celui de « migrer », qui rend le mieux compte de la tendance qui s’affirme depuis quelques décennies. De plus en plus nombreux sont les hommes qui voudraient bien « aller voir ailleurs », mais peu nombreux ceux qui souhaitent s’établir durablement dans un autre pays que celui de leur naissance. Bertrand Badie note ici même que c’est plutôt la faiblesse du nombre des migrants qui doit étonner : pas plus de 3 % de la population mondiale ! Encore faut-il souligner que, pour nombre d’entre eux, il s’agit d’une migration non désirée.

Ce désir de mobilité est pris en tenailles entre les deux autres facteurs : d’un côté, la mondialisation multiplie les possibilités physiques de déplacements (et, en amont, la diffusion des images alimente ce désir, la ramification des réseaux en facilite la mise en œuvre) ; d’un autre côté, les Etats affirment leur volonté de garder le contrôle des flux trans-frontières, percevant ou présentant l’arrivée de nouveaux migrants comme une menace pour la « sécurité » ou pour la protection des « identités ». Pourtant, bien des études ont montré – notamment l’analyse des conséquences de la fermeture de 1974 – que les politiques de fermeture sont non seulement vaines mais contre-productives : la crainte d’être empêché de revenir transforme en migrants durables, qui font souche, des personnes initialement motivées par un simple vœu de mobilité « pendulaire ».

Les contradictions entre ces trois facteurs – mondialisation, désir de mobilité, frilosités sécuritaires – sont à l’origine de bien des incohérences dans les politiques mises en œuvre et de nombreux et douloureux  drames humains. Le présent dossier propose quelques éclairages sur les vrais enjeux de ces débats, trop souvent occultés pas leur instrumentalisation politique, rappelant les faits et les chiffres qui peuvent dépassionner les controverses, évoquant aussi les formes d’intégration de millions de personnes « d’origine étrangère » dans nos sociétés vieillissantes. Car, si les migrants sont pris dans les grands courants et contre-courants de la mondialisation, ce sont d’abord des personnes humaines, qui vivent et vivront parmi nous. Leurs problèmes révèlent les nôtres. Leurs projets de vie tissent nos avenirs communs.

NDLR : La quasi-totalité des articles rassemblés dans ce dossier reprennent et prolongent des réflexions exposées oralement par leurs auteurs lors de la session « Migrants dans la mondialisation », organisée par le Ceras en février 2009 : http://www.ceras-projet.com/index.php?id=3208

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

Du même dossier

Migrations dans la mondialisation

Resumé Doit-on maintenir à tout prix une société fermée dans un contexte de mondialisation ? Il faudrait viser une bonne mobilité qui fasse de la migration un bien public mondial. On a coutume, dans le discours politique, mais aussi dans les analyses scientifiques, de regarder les migrations à travers ce qui les oppose à la souveraineté, à la nation et aux territoires. Même si le choc n’est pas toujours frontal, on s’accorde à considérer que le rapport qui se construit est alors potentiellement ...

Autour de Welcome

Resumé L'écho rencontré par ce film est révélateur d'une prise de conscience, même si celle-ci s'arrête en route, sur les raisons et les réponses... Les froides vagues du canal de la Manche. Un homme en fuite : Bilal (Firat Ayverdi) est un jeune Kurde qui cherche à gagner l’Angleterre pour y retrouver la femme dont il est amoureux, Mina. Simon (Vincent Lindon), lui, est maître nageur à Calais, déchiré par le départ récent de sa femme, Marion (Audrey Dana). L’un et l’autre sont hantés par la dist...

Comprendre la mobilité, réinterroger l'intégration

Resumé L'expérience migratoire est aussi un passage vers l'émancipation individuelle. Plus on la rend difficile, plus on encourage le défi. L'injonction à l'intégration serait-elle plus que culpabilisante et sélective ? La migration est trop rarement envisagée comme une simple forme de mobilité. Les obstacles administratifs, les entraves policières et douanières, les stéréotypes essentialistes ont tôt fait de cantonner les processus migratoires à un « risque » imprécis et peu objectif. Paradoxal...

Du même auteur

Désobéir, un acte politique

Face aux inerties gouvernementales dans la lutte contre le dérèglement climatique, les jeunes multiplient les actions de désobéissance civile. Refus de la politique ou nouvelle forme de l’engagement citoyen ? Des mobilisations de plus en plus fréquentes, de jeunes notamment, intègrent des actions de désobéissance civile dans leurs luttes contre le réchauffement climatique. Certains décrochent des portraits du président de la République dans les mairies, d’a...

Arme nucléaire : en débattre, enfin ?

Le décès de M. Giscard d’Estaing, il y a quelques mois, a offert l’occasion de remettre sur le tapis une question qui semble avoir disparu de nos écrans : les armes nucléaires de la France. De tous nos anciens présidents – qui peuvent seuls « appuyer sur le bouton » – Giscard est l’unique à avoir reconnu, dans ses mémoires, qu’il aurait refusé d’accomplir le geste que prévoit pourtant la doctrine stratégique officielle en cas de grave menace sur le pays : « Quoi qu’il arrive, je ne prendrai jam...

Assouplissons les catégories migratoires !

Si les catégories actuelles sont désajustées par rapport à ce que vivent les personnes migrantes, comment les faire évoluer ? Selon quels critères et quelles nécessités ? Deux chercheuses et deux acteurs de la société civile invitent à adoucir les catégories actuelles, pour traiter avec plus d’humanité les personnes. Raoul, interviewé pour ce dossier de la Revue Projet, nous confiait : ...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules