Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : La fin d'un capitalisme

Discuter pour mieux réformer (éditorial)


Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

L’émergence de nouveaux acteurs

Depuis quelques années, aussi bien la société civile (représentée par des Ong) que les entreprises multinationales, sont devenues des acteurs importants dans l’élaboration de nouvelles régulations mondiales. Au-delà du lobbying, leur action peut contribuer à édifier un droit informel sur des questions nouvelles (environnement, éco-labels, normes sociales, corruption). Les gouvernements nationaux, dit-on, perdraient peu à peu des pans entiers de leurs pouvoirs au profit d’un nombre de plus en plu...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

Du même dossier

Inflatio veritas

Resumé Une thèse hétérodoxe ! L’issue pour faire face à la récession passerait-elle par une déflation compétitive ou par l’apurement des dettes ? Accepter une inflation contrôlée serait un impératif social. La crise financière, dit-on, a sonné le glas des années Reagan, avec le retour au premier plan de l’État comme régulateur de l’économie, et la fin de la croyance dans la rationalité et l’efficacité en soi supérieure des marchés… Mais le mort reste bien vivant, et un autre tabou est toujours i...

La France et l'Italie dans la tempête

Resumé Dans ces deux pays, la récession survient après des changements politiques qui ont traduit une rupture avec le compromis social antérieur. Quel sera l’impact de la crise sur le processus de réformes ? Une crise économique et financière qui intervient alors que le pays semblait sur le point de sortir d’une crise politique majeure. Une droite « décomplexée » qui gouverne avec une très large majorité parlementaire. Une opposition de gauche affaiblie, voire déboussolée, à la recherche de nouv...

Pour un second Bretton Woods

Resumé La régulation du système financier international est une question vitale. Opérateurs financiers, marché des produits dérivés, système des taux de changes sont concernés. A Washington, le 15 novembre 2008, se tenait le sommet du G20, réunissant au chevet du système financier international les pays les plus puissants de la planète mais aussi des États du Sud (Chine, Inde, Afrique du Sud, Brésil, Argentine, Mexique). Une prochaine rencontre devrait se tenir à Londres, le 2 avril 2009. Dans u...

Du même auteur

Quand Rome parle du travail

C’est avec la seconde révolution industrielle que l’Eglise s’engage sur le problème du travail. L’encyclique Rerum Novarum, pilier du Discours social de l’Eglise, a pour sujet la condition des ouvriers, mais elle consacre au travail lui-même un long développement. C’est à ce texte fondamental que se référeront toutes les encycliques suivantes. Retrouvez cet article et l'ensemble des textes du discours social de l'Eglise sur www.discours-social-catholique.fr C’est avec la seconde révolution indus...

Ouverture: La révision générale des politiques publiques

Resumé Depuis trente ans déjà, l’Etat se veut régulateur : il a transféré des compétences et développé des autorités indépendantes. Mais à quoi sert-il ? Et comment peut-il fonctionner avec un esprit d’entreprise, sinon dans une logique de privatisation ? Quels sont les effets de cette rationalisation ? Confrontées à la nécessaire maîtrise des dépenses mais aussi à l’évolution des besoins et des attentes des citoyens comme à celle des modes de gestion, les politiques publiques sont l’objet d’une...

Les Roms, une histoire européenne (éditorial)

Entre dix et quinze millions de personnes (on ignore leur nombre, tant il est dangereux pour elles de se laisser répertorier), citoyens européens, rejetées où qu'elles aillent, se retrouvent nomades souvent malgré elles. La communauté des Roms est, en ce mois d'août, au centre de l'actualité. En France, en Allemagne et en Italie, mais aussi en Belgique et au Danemark, les politiques ont décidé de renvoyer cette population de manière plus systématique dans son pays d'origine, Roumanie pour l'ess...

On y perd son latin ! Que faire devant tant de réformes moins proposées à la négociation qu'imposées comme indispensables ? Les oppositions qu’elles suscitent ont déjà entraîné l’abandon de plusieurs projets, tel celui du travail dominical. D’autres auraient sans doute mérité un vrai débat, qui partaient d’une nécessité réelle de changement.

Le dossier de Projet « Réformer sans modèle » (novembre 2006) soulignait que, si toute réforme a besoin d’être soutenue par une fraction suffisante de l’opinion, la difficulté réside dans l’articulation des légitimités des partenaires du débat. Aujourd’hui encore, les idées ne manquent pas, dans tout l'éventail politique. On voit même des hommes de gauche et de droite dépasser leur opposition systématique et s’allier pour avancer ensemble des réflexions audacieuses et proposer des mesures propres à transformer notre vie politique. Mais se heurtent souvent la rationalité des projets gouvernementaux et la logique des métiers concernés par de telles nouveautés.

D’un autre côté, le refus d’une réforme imparfaite, voire injuste, n’est pas toujours signe de conservatisme et de la volonté de défendre seulement des « avantages acquis ». La contestation face aux réformes vient aussi de la droite comme de la gauche. La coordination des soignants, juristes, enseignants et hommes de culture dans « l’appel des appels » était révélatrice ; elle ne se réduisait pas à une logique corporatiste mais traduisait un sentiment généralisé d’avoir été floués. Discuter avec les enseignants chercheurs avant de décider d’un autre système pour leur évaluation était normal. Discuter après la contestation et la grève comporte le risque d’un enlisement dangereux. Le changement engagé dans un mouvement brownien donne le vertige. Il existe en France, dans la société civile, des hommes de terrain prêts à bouger, à bousculer leurs habitudes, à partager le travail pour que les choses progressent. Mais il faut cesser de les prendre pour des sujets, voire de simples chiffres. La démocratie exige des interlocuteurs qui réfléchissent : c’est la condition de leur légitimité.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules