Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : La fin d'un capitalisme

Ouverture : La fin d'un capitalisme


Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

Faim et suite

En ce début de XXIe siècle, la faim est toujours là, et même en hausse structurelle depuis moins d’une décennie. Selon les estimations onusiennes, près de 800 millions de personnes sont, à ce jour, sous-alimentées.Cette réalité ne se réduit pas à l’imagerie tragique d’enfants dénutris du Sahel. En 2020, deux milliards et demi d’individus – soit le tiers de l’humanité – se sont trouvés en état d’insécurité alimentaire. Autrement dit, selon les critères de la FAO (l’organisation des Nations unies...

Du même dossier

Vers un changement de modèle ?

Resumé Le capitalisme n’est est certes pas à sa première alarme. Mais ce sont un changement institutionnel et de nouveaux compromis sociaux qui s’imposent aujourd’hui. L’ampleur de la crise financière et économique est soulignée par de nombreux commentateurs pourtant peu suspects d’antipathie à l’égard du système capitaliste. C’est le cas de l’ancien président de la Réserve fédérale des États-Unis, Alan Greenspan, pour qui la crise actuelle est sans doute la plus grave depuis un siècle. Cette gr...

Fin de cycle ou rupture aux États-Unis ?

Resumé La croissance américaine était largement portée par une pyramide financière. La crise de la finance entraîne désormais celle de l’économie réelle. Un changement radical s’annonce-t-il, entraînant l’abandon d’un mode de consommation ? La crise actuelle a pris son origine aux États-Unis. Il est en ce sens logique que ce pays soit parmi les plus atteints et doive faire face à une récession de grande ampleur et sans doute de longue durée. Mais, cette crise survient à la fin d’un cycle de croi...

La crise entre en Chine

Resumé La chine subit de plein fouet la crise venue des Etats-Unis. Mais c’est aussi la mise au jour des fragilités du modèle : chômage massif et absence d’une politique de développement rural, entre autres. «La crise entre en Chine… » et ce n’est pas tout à fait la même chose que de dire : la Chine entre en crise. De fait, ce n’est pas le système bancaire et financier chinois qui a fait défaut. La Chine, devenue la deuxième économie du monde, si l’on calcule le Pib en parité de pouvoir d’achat,...

Du même auteur

Faut-il privatiser EDF ?

Le projet Hercule, qui vise à "réorganiser" EDF, laisse présager le pire quant à une potentielle privatisation de l'entreprise publique. Alors que la transition énergétique est l'un des piliers de la lutte contre le changement climatique, est-il pertinent d'ouvrir l'activité de ce fleuron national à la concurrence ? C'est cette question que Martin Monti-Lalaubie a posée à Gaël Giraud, économiste et jésuite, pour sa chronique à la Revue Projet.Les sources citées pendant la chronique :- Le guide ...

« Annuler les dettes est un choix politique »

Dans un contexte de pandémie, que faire de la dette publique ? Pour l’économiste Gaël Giraud, son annulation est d’ores et déjà possible, grâce à la Banque centrale européenne. Depuis le début de la pandémie, le déficit budgétaire se creuse. Le « quoi qu’il en coûte », nouveau credo du gouvernement, commence à susciter des questions sur les capacités du pays à rembourser ses dettes. Faut-il s’en inquiéter ?Gaël Giraud – Dans une si...

Y a-t-il de l'argent magique ?

"Il n'y a pas d'argent magique" expliquait Emmanuel Macron, il y a 2 ans, à une salariée du CHU de Rouen. Pourtant depuis, le gouvernement a lancé un plan de relance à plusieurs milliards d'euros pour encaisser le choc de la pandémie. De quoi se demander si, tout de même, l'argent ne serait pas magique ? C'est cette question que Martin Monti-Lalaubie a soumis à Gaël Giraud, économiste et jésuite, pour sa première chronique pour la Revue Projet.

Avec la tempête financière de 2008, quelque chose prend fin : mais quoi ? Le capitalisme ? B. Vermander et B. Amable en montrent la multiplicité aujourd’hui. Mais sans doute la limite de fonctionnement d’ un capitalisme est-elle atteinte : sa version libertarienne anglo-saxonne, dont J. Sapir explique, à partir des États-Unis, qu’elle n’est pas prête de relever la tête de sitôt. Vers quels types de compromis économiques allons-nous ? C’est l’autre versant de la question : le dogme de la toute-puissance bienveillante du marché prétendument autorégulé s’étant effondré, que peut-on construire ? Les États joueront un rôle majeur encore à inventer.

Il conviendra d’ailleurs de réfléchir au retour du politique plutôt qu’à celui de l’État car celui-ci est débordé. De l’intérieur, trois décennies de déconstruction libertarienne l’ont en effet réduit parfois à une relative impuissance. J. Sapir suggère qu’en dépit de l’espoir soulevé par l’administration Obama, il faudra des années pour relever les ruines provoquées par le mot d’ordre de Reagan : « L’État n’est pas la solution, c’est le problème ». Et S. Palombarini montre que la démocratie italienne est désemparée quand s’effondre un modèle auquel elle venait de se « convertir ». De l’extérieur, la coordination internationale requise va au-delà des souverainetés nationales : les règles d’une gouvernance économique requièrent de penser en termes de « régions souveraines » : États-Unis, Union européenne, Chine, Amérique latine… De même, tolérer l’inflation, ce dont E. Fortgaillard se fait l’apologiste iconoclaste, n’est possible que si la majorité des États y consentent simultanément. On le sait, la dette accumulée par les ménages américains s’élève à plusieurs milliers de milliards d’euros. La traversée de la crise actuelle passe-t-elle par l’effacement de la dette des ménages pauvres ? Et le meilleur moyen en serait l’inflation ? Mais à condition que les salaires suivent, avec un nouveau compromis politique, social et économique, dont Bruno Amable esquisse les traits.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules