Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Culture-monde
Dossier : Culture-monde

Culture-monde (ouverture)


Si Projet consacre un dossier à cette lame de fond que représente l’avènement d’une Culture-Monde, c’est avec la conviction que nous vivons dans le champ culturel des transformations aussi fondamentales que dans le champ politique. La Renaissance ou les Lumières, par exemple, ont eu des répercussions profondes bien au-delà du monde des Lettres et des Arts.

Et la circulation, aujourd’hui, des informations, des produits culturels, mais aussi des représentations est le troisième visage d’une mondialisation économique et politique.

Pourtant, comment accoler les deux mots culture-monde sans soulever l’inquiétude : celle d’un affadissement des sources, des identités, des goûts et des valeurs, qui s’alimentent sur des terreaux vivants ; celle d’un rapport dominé par la logique des industries culturelles, celle des réseaux de diffusion monopolisés par quelques-uns qui ne laissent plus de place à l’expression de la diversité.

En réalité, les cultures sont appelées à entrer dans un dialogue nouveau. Comment penser leur cohabitation ? Cette cohabitation suppose des règles, dans le respect des particularités de chacun. Cette cohabitation invite aussi à une commensalité, où l’on partage une même table et goûte d’autres saveurs. Une cohabitation qui n’ignore pas que les frontières sont bousculées, mais qui s’enrichit à partir de vrais foyers de créativité. Une cohabitation qui mesure combien la traduction entraîne des pertes : « Nous laisser raconter par d’autres dans leur propre culture, c’est faire le deuil du caractère absolu de notre tradition » (P. Ricoeur), mais qui est confiante dans cette chance d’inculturation pour des « universels concrets », en quête de reconnaissance et d’appropriation.

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

Les tensions de l’inculturation en Inde

Le difficile travail de définition de l’indianité. Quand identités, traditions, religions… se nourrissent et se crispent.Projet – Comment se vit l’inculturation, la rencontre d’univers culturels différents en Inde ?Catherine Clémentin-Ojha – Avant d’aborder cette question, il faut revenir sur le contexte politique. Deux termes qualifient les rapports de la religion et de la politique en Inde. Celui de « sécularisme » n’a guère d’équivalent en français. Implicite dans la Constitution de 1947, il ...

Lost in translation ? Globalisation des flux et courtage culturel

Dans la circulation des biens, des images, des pratiques, que se passe-t-il entre les cultures ? Refuser l’alternative entre une culture mondialisée, sous le signe de l’aliénation, et un émiettement culturel bricolé.Vous avez dit « culture monde » ? Culture monde, c’est-à-dire, à l’instar de l’économie monde de Fernand Braudel, une mise en réseau des cultures particulières (comme des économies régionales) telle que ce qui change localement se répercute peu ou prou dans l’ensemble du réseau ? Rie...

Le palais global

Les traditions culinaires sont revendiquées. Elles s’exportent aussi, se métissent. Quoi de plus lié aux terroirs que la cuisine et la gastronomie ? Nous devenons pourtant les commensaux de bien des peuples.Margo et Guy Harley-Guenego ont repris, il y a un an, l’enseigne du Mandalay1 pour en faire un haut lieu de création gastronomique, disons, « globale », à condition de garder à l’esprit que la globalisation procède par « réinvention de la différence », et non par uniformisation ou par perte d...

Du même auteur

Mémoire vive d'une zone industrielle

Jean-Jacques Clément habite La Plaine, à Saint-Denis, un ancien secteur industriel en pleine métamorphose. Pour veiller à la mémoire de son quartier, il a choisi de le raconter. La rédaction de la Revue Projet se situe à La Plaine Saint-Denis. Vous êtes sans doute l’un des personnages que l’on croise le plus souvent dans le quartier…Je suis à La Plaine depuis l’an 2000. Et effectivement, je suis devenu un personnage un peu, parce que je circule beaucoup. C’est ...

Entendre la parole des victimes

Les victimes ont brisé le silence. Mais les écoutons-nous vraiment ? Au-delà de la plainte, c’est à un dialogue qu’elles nous invitent, pour renouer les liens que le traumatisme a rompus. Longtemps les victimes n’avaient pas la parole. On ne cherchait pas à les entendre ou elles ne parvenaient pas à s’exprimer. « Hosties » fut, en français, le premier mot pour les désigner : créatures offertes au destin, elles étaient silencieuses. Celui qui avait la parole, c’était le héros qui rétablissait la ...

Autonomie et solidarité

Autonomie, dépendance? Deux mots, à l’opposé l’un de l’autre, pour parler des enjeux autour de la vulnérabilité des personnes âgées! « Autonomie » parle de la dignité des personnes, « dépendance » de solidarité reconnue, acceptée. Les deux mots ne sont pas sans ambiguïté : l’autonomie comme exigence, où la vulnérabilité et les frustrations sont vécues comme un échec; la dépendance comme passivité et infantilisation…Notre espérance de vie à tous s’est heureusement allongée. Un temps libre pour s...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules