Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Culture-monde
Dossier : Culture-monde

Les tensions de l’inculturation en Inde


Le difficile travail de définition de l’indianité.

Quand identités, traditions, religions… se nourrissent et se crispent.

Projet – Comment se vit l’inculturation, la rencontre d’univers culturels différents en Inde ?

Catherine Clémentin-Ojha – Avant d’aborder cette question, il faut revenir sur le contexte politique. Deux termes qualifient les rapports de la religion et de la politique en Inde. Celui de « sécularisme » n’a guère d’équivalent en français. Implicite dans la Constitution de 1947, il correspond à un mode d’organisation du religieux et du politique selon lequel l’Etat accepte la pluralité religieuse et adopte une attitude de affirme sa neutralité. Les citoyens indiens ont toute liberté religieuse. Ils ont le droit d’avoir une religion et de la propager. Cependant, aucune religion n’est  une composante de l’Etat. Du moins, en théorie. Le contexte légal n’a toujours pas changé depuis la promulgation de la Constitution.

Le second terme, celui de « communalisme », a les mêmes résonances que celui de « communautarisme ». Il signifie la mobilisation politique collective sur des bases religieuses. Il traduit une attitude, une pratique selon lesquelles l’appartenance religieuse est le critère qui permet d’évaluer et de définir les besoins politiques, économiques, culturels, la vie des femmes, etc. Quand il est porté par les Hindous, même s’il existe de grandes différences entre eux, le « communalisme » dénote aussi une ambition identitaire qui se construit « contre », surtout contre les musulmans.

Cette posture est cependant complexe. Son affirmation remonte à l’époque coloniale, où les Britanniques ont fait de la religion une base d’administration des groupes constituant la société indienne, transforma la perception que les individus concernés avaient de leurs droits et de leur identité. Mais l’attitude « communaliste » a des racines dans la Constitution puisque celle-ci entérine aussi un système de représentation communautaire. Elle reconnaît l’existence de « minorités », appliquant le terme à des groupes aussi bien religieux que linguistiques (musulmans, chrétiens, sikhs, bouddhistes, jaïns, paris, Anglo-indiens). En même temps, elle considère légalement comme « hindous » ceux des Indiens qui relèvent de l’hindouisme à proprement parler, du bouddhisme, du jaïnisme et du sikhisme, c’est-à-dire des systèmes religieux autochtones. Cette conception conforte la perception de l’islam et du christianisme comme religions « étrangères », non indiennes. Elle oppose des traditions locales à d’autres importées.

Les communautaristes s’inscrivent dans cette logique, en la poussant à son terme. En Inde, il y a toujours eu ces deux lectures qui traversent aussi bien l’hindouisme que le nationalisme indien : une vision extrêmement tolérante, et une vision restreinte de l’indianité et de l’hindouisme.

Projet – Comment se pose la question de l’inculturation chez les catholiques ?

Catherine Clémentin-Ojha –En partie grâce à la politique missionnaire suivie autrefois, et en partie grâce aux mesures prises par l’Etat indien depuis l’indépendance, le personnel de l’Eglise indienne est complètement indianisé. Il s’agit désormais d’indianiser la liturgie et la théologie. Cette préoccupation, au cœur du processus de l’inculturation, traverse toute l’Eglise. Elle soulève la question de la définition de l’indianité. Quand la plupart des missionnaires critiquaient vivement l’hindouisme, le clergé catholique, qui a grandi dans une Inde indépendante et a été formé après Vatican II, a eu tendance à le valoriser comme l’expression même de l’indianité.

Nombre d’intellectuels catholiques ont été séduits, en redécouvrant que leur pays avait une littérature religieuse prestigieuse (en sanskrit) et des ancêtres dont ils pouvaient être fiers. Ce « nationalisme » culturel a été porté par l’élite de l’Eglise, ceux qui étaient aux yeux des missionnaires les plus à même de les remplacer, et qui appartenaient aux hautes castes. Mais depuis quelques temps, la masse des fidèles issus des castes inférieures s’est affirmée. Ils ont demandé que leur propres cultures religieuses aient aussi droit de cité : les membres des tribus en particulier, plus que les intouchables. Cette tension entre les différentes cultures indiennes au sein du catholicisme ne fait que transposer les tensions qui sont celles de l’Inde.

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Un héritage tentaculaire

Depuis les années 1970 et plus encore depuis la vague #MeToo, il est scruté, dénoncé et combattu. Mais serait-il en voie de dépassement, ce patriarcat aux contours flottants selon les sociétés ? En s’emparant du thème pour la première fois, la Revue Projet n’ignore pas l’ampleur de la question.Car le patriarcat ne se limite pas à des comportements prédateurs des hommes envers les femmes. Il constitue, bien plus, une structuration de l’humanité où pouvoir, propriété et force s’assimilent à une i...

Du même dossier

La mondialisation technologique

Pour un contrôle démocratique international des systèmes techniques. La globalisation économique est impensable sans une mondialisation technologique des moyens de communication. Cette dernière, de plus en plus valorisée, peut être dangereuse.Dans la discussion actuelle sur la mondialisation, celle-ci est surtout considérée comme globalisation économique. On pense au marché mondial où l’importance des instances politiques locales, régionales et même nationales est de plus en plus réduite au prof...

Les musiques en Afrique, révélateurs sociaux

Des sources musicales à la fois revisitées et modernisées. La musique révèle des transformations que connaît l’Afrique : ambiguïtés de la modernisation, expression originale et contraintes de la scène internationale. Dans les sociétés africaines rurales, la musique était, et demeure souvent, omniprésente: il n’est pas de moment important de la vie d’un groupe, sinon d’un individu, qui ne soit accompagné de chants et de danses, soutenus ou non par des instruments ; certains expriment et représent...

Lost in translation ? Globalisation des flux et courtage culturel

Dans la circulation des biens, des images, des pratiques, que se passe-t-il entre les cultures ? Refuser l’alternative entre une culture mondialisée, sous le signe de l’aliénation, et un émiettement culturel bricolé.Vous avez dit « culture monde » ? Culture monde, c’est-à-dire, à l’instar de l’économie monde de Fernand Braudel, une mise en réseau des cultures particulières (comme des économies régionales) telle que ce qui change localement se répercute peu ou prou dans l’ensemble du réseau ? Rie...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules