Logo du site

La Revue Projet, c'est...

Une revue bimestrielle, exigeante et accessible, au croisement entre le monde de la recherche et les associations de terrain.

Dossier : Social : réparer ou reconstruire ?

« Dans la charité, je vois une soumission »

En 2014, l'Institut catholique de Paris dispense une formation pour animer des groupes de réflexion avec des personnes en situation de précarité © Aurore Chaillou/Revue Projet
En 2014, l'Institut catholique de Paris dispense une formation pour animer des groupes de réflexion avec des personnes en situation de précarité © Aurore Chaillou/Revue Projet
Qu’est-ce que la solidarité ? En quoi est-elle différente de la charité ? Des membres de l’association Magdala et du groupe « Fous d’art solidaires » (Secours catholique de Créteil), qui ont l’expérience de la précarité, nous livrent ici leurs réflexions croisées et nous proposent des pistes pour ré-enchanter la fraternité.

Comment se fait-il qu’en 2015, des personnes vivent à la rue alors qu’il y a plein de logements ou bureaux vides, que certains soient si riches quand d’autres n’ont rien ? Les inégalités sont choquantes… Voulons-nous vraiment combattre la pauvreté et l’exclusion, crever l’abcès social ? Pas sûr !

Il y a une hypocrisie : les politiques prétendent lutter contre la précarité et l’exclusion, mais ils n’en prennent pas vraiment  les moyens.

La solidarité, ce n’est pas simplement donner un peu d’argent pour avoir la paix. Ce n’est pas qu’une question de finances.

On ne demande pas la charité : la charité, c’est la solidarité alibi, pour se donner bonne conscience.

On ne demande pas la charité : la charité, c’est la solidarité alibi, pour se donner bonne conscience.

Dans la charité, je ne vois pas un échange, mais une soumission d’une personne à une autre. Il faut qu’on réfléchisse ensemble comment faire pour ne pas entrer dans une relation supérieur-inférieur.

La solidarité, ça va vers le haut… Or là, ça va vers le bas.

La solidarité existe, mais sous forme de redistribution de miettes, sans que nous ne soyons jamais vraiment invités au repas… Elle est plus centrée sur une (petite) compensation en termes d’avoir que sur ce qui nous permettrait d’être vraiment reconnus, de nous sentir utiles.]]

La parabole du platane

« Un jour qu’ils marchaient en plein soleil de midi, sur une route écrasée de lumière, des voyageurs se mirent en quête d’un coin tranquille pour se reposer. Ils aperçurent un platane et coururent sans tarder profiter de la fraîcheur de son ombre. Ils étaient étendus sous son feuillage et devisaient de tout et de rien, lorsque l’un d’eux, levant les yeux vers l’arbre, s’écria :

- Cet arbre ne sert vraiment à rien. Il ne porte jamais de fruits !

Il y eut un instant de silence, puis, comme tout est possible dans les histoires, le platane répliqua :

- Ingrats que vous êtes ! Vous osez me dire inutile alors que vous profitez de mon ombre !

Il en est de même des hommes : certains sont si déshérités que, même lorsqu’ils se rendent utiles, plus personne ne le voit… On finit par penser qu’il n’est même pas possible qu’ils le soient ! Pire : ils finissent parfois par le penser eux-mêmes !

Il manque des tremplins…

La solidarité est souvent pensée dans une logique de réparation individuelle. On accompagne les gens pour qu’ils rattrapent ce qu’ils n’ont pas réussi avant, pour qu’ils rentrent dans les clous de la société. Elle ne change rien au système qui fait que des tas de gens se retrouvent dans la galère.

On demande aux pauvres de faire des efforts pour s’en sortir. On les soupçonne même parfois de profiter des aides apportées… En gros, être pauvre, c’est louche…

On juge les gens sur les apparences, on peut même se demander s’il n’y a pas un « délit de pauvreté ».

Il y a des gens, quand ils voient un SDF, c’est à peine s’ils ne lui crachent pas dessus. Comme s’il était un pestiféré, un invisible, un fantôme… Et pourtant, la rue, c’est la jungle ! Être pauvre, ce n’est ni un choix, ni un plaisir ! Personne n’est à l’abri !

Il manque des tremplins pour aider les gens à sortir de la galère, pour aller vers le travail, retrouver un vrai logement (pourquoi pas des « logements du cœur »), mais aussi pour aider à reprendre confiance, à sortir de la spirale de la pauvreté et des logiques de survie.

Une multitude de petites choses permet de faire avancer, mais il ne faut pas qu’elles restent isolées dans leur coin, il faut les relier. C’est ça qui fait levier.

L’escalator social marche à l’envers ! Il devrait nous permettre de remonter la pente, mais on dirait qu’il est bloqué dans le sens de la descente. Du coup, il faut une sacrée énergie pour arriver à s’en sortir ! On a parfois l’impression qu’il descend plus vite qu’on arrive à le remonter, surtout quand on est déjà pas mal cassé.

Si tu veux changer le monde, commence par te changer toi-même. La place c’est celle qu’on nous donne… ou pas… Mais c’est aussi celle que nous cherchons à prendre nous-mêmes.

On est d’accord que c’est aussi à chacun de se bouger, d’agir, de prendre la parole. Il est important de ne pas rester passif : si tu veux changer le monde, commence par te changer toi-même. La place c’est celle qu’on nous donne… ou pas… Mais c’est aussi celle que nous cherchons à prendre nous-mêmes.

On se sent prêts à le faire. Notre groupe les « Fous d’art solidaires » nous aide pour ça. Et pour nous, c’est super important. C’est une famille qui permet de grandir, de découvrir ses talents, de s’entraider. C’est un point fixe dans nos vies, quelque chose qui tient, un lieu auquel on peut se raccrocher. J’y ai trouvé l’amour, la joie, la synergie et l’harmonie d’un groupe solidaire et fraternel, permettant de faire des choses ensemble. Tout seul, on va parfois plus vite, mais ensemble, on va plus loin !

Il faudrait plus de lieux de rencontre entre « inclus » et « exclus », pour casser la glace, éviter la peur, transformer le regard des deux côtés, réduire la distance entre ceux qui décident et ceux qui peinent. Cela passe par la création de lieux de rencontre, en direct, avec le maire, des élus. Qu’ils viennent écouter vraiment. Nous pouvons leur montrer qu’il y a des choses qui marchent, sur le terrain.

Notre part, c’est de réfléchir, d’agir en tant que citoyen. C’est ce que nous essayons de faire à Magdala. On ne se sent pas jugé, on peut s’entraider, chacun est utile. Alors on peut s’en sortir. Cela nous permet de passer de la culpabilité à la responsabilité.

Ré-enchanter la solidarité, vivre la fraternité, c’est d’abord prendre des moyens pour se rencontrer et se découvrir frères les uns des autres. Ce n’est pas seulement la solidarité qui serait à « ré-enchanter », c’est la fraternité qui reste non pas à réapprendre, mais à apprendre à vivre.

L’accès à la culture, à l’art est super important : cela éclaircit le cœur, cela ouvre l’esprit. Pour moi, l’art est le reflet de la beauté qui m’apaise et me procure du bien-être. L’art m’a apporté une partie de rêve. Tout le monde peut rêver, créer, inventer, s’exprimer, et donc un peu commencer aussi à réinventer sa vie.

Ça serait bien qu’il y ait beaucoup plus de groupes comme ça, mais ça ne suffira pas forcément pour faire repartir l’escalator dans l’autre sens.

Même en vivant la galère, on reste des êtres humains. Chacun a des richesses. Personne n’est trop pauvre pour ne pas avoir des choses à apporter aux autres. Tout être humain, même cassé, sali, froissé, abîmé par la vie, garde toujours toute sa valeur !

Raphaël, Tello, Marie, Vincent, Patrick, Paulette, Arnaud, Daniel, Benoît, Cyril, Cathy, Gilbert, Farid, Soraya, Roman, Brigitte, Bruno, Marie-Thérèse ont participé à une réflexion autour du thème : « Ré-enchanter la solidarité ». Propos recueillis par Jean-Marc Boisselier.

À lire dans la question en débat
« Social : réparer ou reconstruire ? »

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Endettement, maux et bienfaits

Resumé L’endettement est devenu le levier le levier de l’économie. L’ouverture qu’il propose sur l’avenir est aussi un risque, une chaîne, inégalement supportés. Au début du XVIIIe siècle, Bernard de Mandeville avait fait scandale en publiant la Fable des abeilles : il y expliquait que la dépense ostentatoire des uns permettait de faire travailler les autres, donc contribuait à faire fonctionner la société correctement. Il en est de même aujourd’hui de l’endettement. Sans lui, l’économie contemp...

L'engagement politique dans la chaîne des générations

Dans un climat politique désenchanté, les jeunes s’engagent de façon intermittente, protestataire, pragmatique. A la question de savoir si les jeunes générations d’aujourd’hui sont plus ou moins politisées, plus ou moins engagées, que celles qui les ont précédées, on ne peut répondre de façon simple et univoque. Car toute génération nouvelle reprend en partie les usages de la citoyenneté et les modes de participation politique de celles qui l’ont précédée, mais elle les recompose et les réinvent...

Du même dossier

Le travail social sur la sellette

Le travail social a subi de profondes mutations en France ces dernières décennies. Sous couvert de modernisation, un modèle résolument libéral se met en place, selon le sociologue M. Chauvière. Au point d’amorcer la fin du social comme travail ? Au cours des dernières décennies, en France, le couple que formaient l’action sociale (au sens politique et administratif) et le travail social (non-caritatif, salarial et reconnu par les autorités publiques1) a perdu de sa légitimité historique et de sa...

L’action associative face aux défis de la solidarité

Les Français se méfient de plus en plus de la solidarité instituée par la puissance publique. La privatisation du secteur social n’a en effet rien de rassurant. L’occasion, pour les associations, de réaffirmer leur mission de faiseur de liens et de porteur de projet pour la société. Il paraît entendu que, dans la société française, l’individualisme se renforce chaque jour. Repli sur soi, affaiblissement de la citoyenneté, faible confiance dans l’autre, recul des institutions en seraient l’illust...

Québec : les « assistés » font front commun

« Le changement est possible… le monde n’est pas. Il est en train d’être – est en devenir permanent1. » Cette certitude a germé au travers de multiples expériences de dialogue, au long d’un parcours avec les personnes « assistées sociales ». Je me situe dans le mouvement de la conscientisation développé par Paulo Freire, dans sa façon de concevoir l’alphabétisation comme moyen d’appréhender et nommer les réalités, de les transformer ; un mouvement repris et adapté au Québec par le Collectif qué...

Du même auteur

« Manger ou se chauffer, il faut choisir ! »

À Lille, un groupe de personnes en situation de précarité a engagé, avec l’association Magdala, une réflexion et des actions sur le logement écologique, l’alimentation biologique, l’accès à l’eau… Il nous livre ici le fruit de ses échanges sur la transition énergétique et la justice sociale. Qu’évoque pour vous le terme de « transition énergétique » ?« Il n’y a plus de pétrole ou, plutôt, il coûte de plus en plus cher à exploiter et il faut trouver autre chose. »« La transition énergétique, c’es...

[VIDÉO] L’énergie, révélatrice de précarités

La « précarité énergétique » occupe de plus en plus de place dans les débats sur la pauvreté en Europe. De quoi s’agit-il au juste ? La précarité énergétique est-elle distincte de la pauvreté ? Quels en sont les visages ? Qu’elles en sont les causes ? Comment mettre en œuvre une transition énergétique qui ne pénalise pas encore plus les ménages en situation de précarité ? Watch the English version of the videos hereQuelques membres de l’association Magdala (Lille), Fabien Tocqué, chef de projet ...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules