Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Difficiles solidarités entre générations

Ouverture: Difficiles solidarités entre générations


Les ressorts se sont-ils détendus de la solidarité entre générations? Doit-on diagnostiquer une « panne » dans la transmission intergénérationnelle ?

L’hypothèse de travail de ce dossier est la suivante : au-delà de leur diversité, nombre de « jeunes », appréhendent aujourd’hui que le monde qui leur est légué par les « aînés » est sans avenir pour eux, inhabitable d’un point de vue climatique, financièrement proche de la faillite, politiquement illisible. Les ratés de la transmission intergénérationnelle peuvent se comprendre comme le fruit de « stratégies » de survie de la part des « cadets », stratégies où leurs aînés ne déchiffrent plus leur propre héritage.

Plusieurs lieux invitent à explorer pareille hypothèse : le sous-investissement dans l’enseignement supérieur et le nombre de jeunes quittant l’univers scolaire sans diplôme expliquent-ils les mouvements sociaux, dans lesquels une « jeunesse sans avenir » est en pointe? A l’autre bout de la pyramide des âges, en 2040, la France comptera un retraité pour 4 actifs, au lieu d’un pour 7 en 1999. Comment financer les retraites de l’avenir et comment ceci pèse-t-il dès aujourd’hui sur les relations intergénérationnelles? Troisième « lieu » : la menace écologique. Si nos parents sont nés dans le contexte de la menace d’une guerre, c’est celle de la « fin de la planète » qui hante désormais les esprits. Cet horizon affecte-t-il la perception de l’avenir? Le concept même de crise pourrait jouer un rôle : depuis 1973, la « crise » est devenue une dimension permanente de la perception de l’actualité. Enfin, la génération qui, aujourd’hui, peine à transmettre à ses « héritiers » est celle de 68. L’évolution de cette génération est-elle en partie responsable du malaise? Des nouveaux types d’engagement s’inventent cependant chez les « jeunes », à égale distance de la militance politique d’une époque et du cynisme libertarien.

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

Du même dossier

L'engagement politique dans la chaîne des générations

Dans un climat politique désenchanté, les jeunes s’engagent de façon intermittente, protestataire, pragmatique. A la question de savoir si les jeunes générations d’aujourd’hui sont plus ou moins politisées, plus ou moins engagées, que celles qui les ont précédées, on ne peut répondre de façon simple et univoque. Car toute génération nouvelle reprend en partie les usages de la citoyenneté et les modes de participation politique de celles qui l’ont précédée, mais elle les recompose et les réinvent...

Retraite: le système par répartition ressoude le pacte entre génération

Il est en général convenu que la bonne entrée dans le « problème » des retraites est celle de la démographie. Les économistes ont souvent bien des misères à prévoir ce que demain nous réserve, et c’est donc avec un certain délice qu’ils manient des données plus fiables, celles en particulier qui concernent l’allongement prévisible de la durée de vie. Or, sur ce point, force est de constater une fort mauvaise nouvelle dissimulée derrière les acquis sociaux des trente glorieuses : nous allons viv...

Des universités qui donnent du sens

Resumé En France, l’éducation n’a pas de fin en soi (apprendre pour soi, pour son propre bien-être individuel); elle n’est légitimée que par rapport à des objectifs extérieurs : démocratisation, égalité des chances, adaptation à l’emploi, accroissement de la productivité, accès à la modernisation sociale, etc. Nous avons, disait J. Ardoino, une conception « domestique » de l’éducation et le pédagogue reste l’esclave des besoins sociaux externes. L’évolution du savoirLe discours dominant cherche ...

Du même auteur

Faut-il privatiser EDF ?

Le projet Hercule, qui vise à "réorganiser" EDF, laisse présager le pire quant à une potentielle privatisation de l'entreprise publique. Alors que la transition énergétique est l'un des piliers de la lutte contre le changement climatique, est-il pertinent d'ouvrir l'activité de ce fleuron national à la concurrence ? C'est cette question que Martin Monti-Lalaubie a posée à Gaël Giraud, économiste et jésuite, pour sa chronique à la Revue Projet.Les sources citées pendant la chronique :- Le guide ...

« Annuler les dettes est un choix politique »

Dans un contexte de pandémie, que faire de la dette publique ? Pour l’économiste Gaël Giraud, son annulation est d’ores et déjà possible, grâce à la Banque centrale européenne. Depuis le début de la pandémie, le déficit budgétaire se creuse. Le « quoi qu’il en coûte », nouveau credo du gouvernement, commence à susciter des questions sur les capacités du pays à rembourser ses dettes. Faut-il s’en inquiéter ?Gaël Giraud – Dans une si...

Y a-t-il de l'argent magique ?

"Il n'y a pas d'argent magique" expliquait Emmanuel Macron, il y a 2 ans, à une salariée du CHU de Rouen. Pourtant depuis, le gouvernement a lancé un plan de relance à plusieurs milliards d'euros pour encaisser le choc de la pandémie. De quoi se demander si, tout de même, l'argent ne serait pas magique ? C'est cette question que Martin Monti-Lalaubie a soumis à Gaël Giraud, économiste et jésuite, pour sa première chronique pour la Revue Projet.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules