Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Religions dans une Europe sécularisée

Ouverture : Religions dans une Europe sécularisée


J'achète Le numéro !
Dossier : Religions dans une Europe sécularisée
Je m'abonne dès 3.90 € / mois
Abonnez vous pour avoir accès au numéro
Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Un héritage tentaculaire

Depuis les années 1970 et plus encore depuis la vague #MeToo, il est scruté, dénoncé et combattu. Mais serait-il en voie de dépassement, ce patriarcat aux contours flottants selon les sociétés ? En s’emparant du thème pour la première fois, la Revue Projet n’ignore pas l’ampleur de la question.Car le patriarcat ne se limite pas à des comportements prédateurs des hommes envers les femmes. Il constitue, bien plus, une structuration de l’humanité où pouvoir, propriété et force s’assimilent à une i...

Du même dossier

Européens, avec ou sans racines ?

Resumé Reconnaître les racines chrétiennes, sans oublier la diversité des facettes de l’Europe. A l’Europe perçue comme une construction technocratique, faisant fi de l’histoire et de la culture de ses nations, élargie à des dimensions inquiétantes pour l’avenir, placée devant l’adhésion d’un très grand pays (la Turquie) qui n’est pas de tradition chrétienne, répond logiquement une interrogation sur son être et son avenir, et donc aussi sur son passé : que veut être l’Europe et que pourrait-elle...

Quelle place dans l'espace public ?

Resumé Jürgen Habermas invite à penser les sociétés post-séculières qui ne peuvent renoncer à bâtir une éthique commune. Les cinquante dernières années ont été le témoin, par bien des aspects, de la vitalité des mouvements religieux : que l’on pense au rôle de la religion dans la fin du communisme soviétique, à l’extension massive des sectes et de mouvements spirituels, à la montée de l’islam… Or, parallèlement, on constate une profonde évolution des formes de pratique et d’appartenance aux inst...

Dialogue de l'Europe et des Églises

Resumé Dans la construction de l’Union, les Eglises ne se considèrent pas comme des organisations de lobbying. La crise actuelle de l’Union européenne, déclenchée par le rejet du Traité de Lisbonne en Irlande le 12 juin 2008, peut être perçue aussi comme une occasion à saisir par les dirigeants européens et par tous les hommes de bonne volonté pour mobiliser, voire passionner leurs concitoyens en faveur de l’idée européenne. Face aux grands défis de ce temps – le réchauffement planétaire, la rar...

Du même auteur

Quand Rome parle du travail

C’est avec la seconde révolution industrielle que l’Eglise s’engage sur le problème du travail. L’encyclique Rerum Novarum, pilier du Discours social de l’Eglise, a pour sujet la condition des ouvriers, mais elle consacre au travail lui-même un long développement. C’est à ce texte fondamental que se référeront toutes les encycliques suivantes. Retrouvez cet article et l'ensemble des textes du discours social de l'Eglise sur www.discours-social-catholique.fr C’est avec la seconde révolution indus...

Ouverture: La révision générale des politiques publiques

Resumé Depuis trente ans déjà, l’Etat se veut régulateur : il a transféré des compétences et développé des autorités indépendantes. Mais à quoi sert-il ? Et comment peut-il fonctionner avec un esprit d’entreprise, sinon dans une logique de privatisation ? Quels sont les effets de cette rationalisation ? Confrontées à la nécessaire maîtrise des dépenses mais aussi à l’évolution des besoins et des attentes des citoyens comme à celle des modes de gestion, les politiques publiques sont l’objet d’une...

Les Roms, une histoire européenne (éditorial)

Entre dix et quinze millions de personnes (on ignore leur nombre, tant il est dangereux pour elles de se laisser répertorier), citoyens européens, rejetées où qu'elles aillent, se retrouvent nomades souvent malgré elles. La communauté des Roms est, en ce mois d'août, au centre de l'actualité. En France, en Allemagne et en Italie, mais aussi en Belgique et au Danemark, les politiques ont décidé de renvoyer cette population de manière plus systématique dans son pays d'origine, Roumanie pour l'ess...

Fin 1992, Projet publiait un dossier intitulé « Musulmans en terre d’Europe ». En 1995, c’était « Religions et politique », en 2004 un numéro spécial « Religions et violence ». En 2005, nous nous intéressions aux « Communautés juives d’Europe ». Depuis 2001, une polémique traîne en France à propos des « racines chrétiennes » de l’Europe, le gouvernement français de l’époque ayant refusé qu’il en soit fait mention dans la Charte fondamentale de l’Europe. Certes, rares sont ceux qui nient la tradition chrétienne de la plupart de ses habitants. Mais la laïcité à la française demeure sensible sur ce point.

La fonction des religions comme facteur de cohésion ou facteur de division dans les sociétés n’est pas l’objet premier du dossier qui suit. Leur fonction de socialisation semble admise. Si la privatisation du religieux est de plus en plus une réalité, elle est aussi selon J. -M. Donegani, une reconnaissance positive du caractère inaliénable de la foi. Chacun est libre de croire dans nos pays modernes, où la religion ne donne plus sens aux autres secteurs de la société.

Ce qui est nouveau, c’est le rôle joué désormais par l’Etat comme régulateur dans la visée d’un bien commun. Et en France peut-être plus qu’ailleurs, le sommet de l’Etat veut entretenir avec les autorités religieuses des relations « sereines » qui colorent autrement la laïcité, alors que les individus se reconnaissent de moins en moins dans les Eglises officielles. Paradoxes et malentendus sont à dépasser, et Projet souhaite que ce dossier y contribue.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules