Logo du site
Dossier : Exporter la démocratie

Exporter la démocratie (introduction)


L’Europe, vecteur de contagion de la démocratie, pour les candidats à l’Union, mais aussi pour ses partenaires.

Exporter la démocratie ! L’expression est aujourd’hui, chez bien des Français, lourde de dérision, à l’endroit du président Bush, en tout cas, qui est empêtré dans l’aventure irakienne. Mais en d’autres temps, nos ancêtres auraient volontiers pris cette expression à leur compte : fiers de porter le message de la République au-delà des frontières, au besoin par les armes, pour libérer les peuples d’Europe de leurs « tyrans » ou monarques. Napoléon Bonaparte, héritier de la Révolution, subira en 1813 un de ses plus cuisants échecs dans la fameuse Bataille des Peuples (Völkerschlacht) de Leipzig, les « peuples » étant eux-mêmes héritiers, face à lui, de la grande pulsion démocratique. Mais le désir de propager la démocratie ne cessera plus en Europe. Il se traduira même dans une « justification » de l’entreprise coloniale par le devoir d’exporter la « civilisation ». En 1946, la France se donne une nouvelle Constitution ; ce n’est plus celle de la France seule mais de « l’Union française ». Pour étendre les institutions démocratiques à un grand nombre de peuples ? Sans doute. Elle prévoit en tout cas que les assemblées élues doivent se généraliser partout. Ces assemblées joueront un rôle décisif dans la marche vers la décolonisation.

Plus récemment, le président Mitterrand, dans son fameux discours de la Baule, avertira les chefs d’Etat africains que la France ne continuerait à aider leurs pays que si la démocratie y progressait. Une condition que le président Chirac ne reprendra pas, se contentant d’évoquer la « bonne gouvernance ».

Kant enseignait que l’institution de la République – en pratique, de la démocratie – est la condition d’une « paix perpétuelle » entre les Etats européens. Quand on pense ainsi – les penseurs des Lumières pensaient tous ainsi –, on ne peut évidemment que vouloir la démocratie pour ses voisins et pour tous. Doit-on pour autant imposer la démocratie par la force des armes ? La question peut se poser quand il s’agit d’un tyran. Même alors, le recours aux armes est très ambigu, car l’emploi de la force risque fort de contredire l’intention de paix et de liberté.

A la fin de la Deuxième guerre mondiale, le pape Pie XII proclamera à son tour que la démocratie est la sauvegarde des peuples face à la guerre : le peuple sait trop bien ce que coûte la guerre, alors que les leaders autoritaires, plus ou moins auto-institués, ne le savent pas. Il est donc essentiel à la paix que le peuple puisse toujours retrouver la parole, et donc qu’il y ait la démocratie, au moins en ce sens élémentaire du terme 1.

Sous condition de démocratie, l’Europe

Hors l’Amérique, c’est l’Europe nouvelle qui a repris le plus clairement le flambeau de l’idéal de propagation de la démocratie. D’autant plus que la question de la démocratie – affirmée, reniée ou trahie – a été au cœur de l’histoire européenne depuis 1945. L’Europe d’Occident s’est sentie détentrice de l’idéal démocratique, tandis que celle d’Orient subissait une dictature. Ironie des appellations hypocrites, la République Démocratique Allemande sera abattue par d’imposantes manifestations populaires scandant (notamment à Leipzig) le slogan «  Wir sind das Volk » (nous sommes le peuple). « Nous », c’est-à-dire le peuple travailleur, s’opposant à la nomenklatura bien protégée des dirigeants du Parti et de l’Etat.

C’est dans ce contexte qu’a été rédigé le projet de traité constitutionnel de l’Union européenne. Même s’il est au point mort depuis les non français et hollandais, ses dispositions fondamentales ne risquent pas d’être abandonnées, quelle que soit la forme de sa reprise. On y lit notamment, à propos des « valeurs de l’Union » (article I-2), qu’elle est « fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d’égalité, de l’État de droit, ainsi que de respect des droits de l’homme, y compris des droits des personnes appartenant à des minorités. Ces valeurs sont communes aux États membres dans une société caractérisée par le pluralisme, la non-discrimination, la tolérance, la justice, la solidarité et l’égalité entre les femmes et les hommes ». Et le tout premier article, qui traite de l’accession des Etats à l’Union, souligne que « L’Union est ouverte à tous les États européens qui respectent ses valeurs et qui s’engagent à les promouvoir en commun » 2.

De cette conviction ont résulté les procédures d’admission, consistant à vérifier que les Etats respectent les droits de l’homme et la démocratie 3. Même avant que ne tombe le mur entre Europe de l’Ouest et Europe de l’Est, l’Espagne, la Grèce et le Portugal durent attendre pour entrer que soit abolie toute trace de gouvernement dictatorial. En ce moment, la Croatie est en attente, en raison de son impuissance à coopérer avec la justice pénale internationale. La Roumanie et la Bulgarie ont passé de longs examens, de même que la Slovaquie (voir l’article dans ce dossier, p. 62-67). Parmi les questions en débat autour de la candidature de la Turquie, il y a la question du respect des droits de l’homme – dont les droits des minorités – et des procédures institutionnelles démocratiques en ce pays. Bref, l’Union européenne exporte la démocratie, mais par la force, plutôt par la séduction : si vous voulez nous rejoindre, dit-elle aux pays candidats, il vous faut devenir démocratiques et respecter les droits de l’homme.

Signalons enfin le rôle décisif que l’Union européenne a commencé à jouer dans l’exportation de la démocratie en certains pays d’Afrique. Sans son intervention, la République démocratique du Congo aurait-elle connu des élections présidentielles que tous s’accordent à reconnaître honnêtes ? L’Union a envoyé de nombreux observateurs, et aussi quelques forces armées, dont le rôle n’était pas d’exporter la démocratie par la force : elles se sont contentées d’assurer l’ordre, d’empêcher les débordements et les violences dans la période pré-électorale. Certains événements postérieurs aux élections ont certes échappé au contrôle de l’Union européenne, mais son action aura au moins eu pour résultat de restaurer dans ce pays une légitimité démocratique depuis longtemps disparue. Faut-il parler, dans ce cas, d’une « exportation » de la démocratie ? Pourquoi pas ? Mais en soulignant qu’elle s’est faite avec l’accord de la population intéressée.

Jean-Yves Calvez



Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

« Les religions diffèrent, mais les questions sont universelles »

Pour l’anthropologue Maurice Godelier, l’idée que les religions puissent disparaître de nos sociétés n’est pas crédible. Elles occupent une place unique, sans concurrencer directement le politique. Qu’est-ce qui est « au fondement des sociétés humaines », si ce n’est la parenté ?Maurice Godelier – La parenté est fondamentale pour le développement de chaque être humain : on naît dans une famille, on ne peut pas survivre sans des adultes qui s’occupent de nous et nous transmettent quelque chose, c...

Du même dossier

La société civile comme partenaire

Resumé Les programmes d’aide aux sociétés civiles, exportation d’un modèle ou partenariat aux expériences d’une démocratie « par le bas » ? Bamako (Mali), forum social mondial polycentrique, janvier 2006 :La démocratie, c’est pas seulement le vote. C’est la vigilance. Qu’est-ce que la démocratie quand on change la Constitution en un claquement de doigt avec la bienveillance des capitales européennes ?Mohammed Seck, sénégalais, membre de l’association Solidarité immigré No Vox 1Une démocratie ne ...

Appels d'Europe à l'est de la Méditerranée

Resumé L’Europe peut-elle renforcer l’interlocuteur démocratique au sein des sociétés  moyen-orientales ? Nombreux sont les obstacles dressés devant tous les démocrates du Moyen-Orient ! Les difficultés internes sont évidentes : il suffit de regarder la panoplie de dictateurs, rois ou autres potentats arabes dont la préoccupation principale est de se maintenir au pouvoir sans que les citoyens ne puissent participer en aucune manière au choix de leurs dirigeants. D’autres difficultés sont régiona...

Les Etats-Unis enfoncent le clou

Resumé Les paradoxes de l’aventure irakienne : des moyens – la puissance des armes – qui ont pris le pas sur les finalités. Projet – Le projet des « néoconservateurs » américains d’exporter la démocratie par les armes a été qualifié par Pierre Hassner de « wilsonisme botté ». Est-il possible de retracer la généalogie d’un tel projet dans les traditions politiques des Etats-Unis ?Justin Vaïsse – Cette question appelle deux réponses, situées à des niveaux d’analyse différents. On peut d’abord voir...

Du même auteur

Orthodoxie russe et questions sociales

Que de fois ne l’a-t-on pas dit ! Les Orthodoxes, ceux de Russie spécialement, n’auraient pas de « doctrine sociale », à la manière dont les Catholiques en ont une, fort développée depuis la lettre de Léon XIII sur la condition ouvrière Rerum novarum en 1891 1 . Ce fut longtemps vrai sans doute. Et l’une des causes au moins de cette situation est bien connue : depuis Pierre le Grand et pendant des siècles, l’Église russe fut étroitement soumise au pouvoir politique. Le grand tsar réformateur av...

Le développement, d’hier à aujourd’hui

Le développement est pensé comme un processus universel, une dimension de l’homme même. Question urgente, qui appelle des transformations audacieuses. Mais il faut aussi en considérer davantage aujourd’hui les effets ravageurs. Le développement fut le grand sujet de tout le monde dans les années 60. Populorum Progressio, quant à elle, fut l’« encyclique du développement »1, ou « l’encyclique de la Résurrection », résurrection des peuples, selon l’économiste F. Perroux. Elle fut publiée en effet ...

Manœuvres autour du CPE

Dès le premier moment, j’ai eu l’impression d’un de ces dialogues sociaux perturbés dont nous avons le secret. Avec accusations mutuelles de mensonge, contre-mensonge, surdité, négociation refusée. Aspects pénibles quand on sait qu’il y va de problèmes réels ne se résolvant ni par l’aveuglement ni par le passage en force. C’est s’aveugler que d’ignorer qu’on devra longtemps concurrencer de grandes économies à salaires plus faibles. Et c’est s’aveugler que d’attendre qu’avec les CDI traditionnel...

1 / . Ceci a donné naissance à une institution comme le référendum abrogatif d’initiative populaire en Italie.

2 / . Il en faut bien moins pour être admis aux Nations unies, seulement être un « Etat pacifique », « accepter les obligations de la Charte », être capable de les remplir et être disposé à le faire. La Charte mentionne les droits de l’homme, la dignité et valeur de la personne humaine, mais pas la démocratie.

3 / . Les Etats sont soumis à la vérification de la conformité de leurs lois et pratiques à 80 000 pages de législation européenne, toute une part concernant les droits de l’homme et de multiples protections de la personne humaine.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules