Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Les mots de l'argent

Ouverture


Mots ou maux,… mais d’argent. Avec le développement progressif de la modernité, l’économie est devenue une sphère autonome, dotée de son propre langage. A chaque échange, chaque transaction, sa grammaire, sa conjugaison des temps, et l’évaluation d’une valeur. Les monnaies, les pièces et les billets, les lettres de change et les chèques, les crédits et les marchés sont comme les syntagmes qui ne cessent de se réassembler, de réinterpréter le génie de la langue.

En s’accélérant, les échanges, et leur support, sont devenus plus abstraits, plus virtuels, plus totalisants aussi. Il y a un risque : que tout devienne argent, que l’argent devienne la mesure de tout, y compris de soi. Quand, dans l’entreprise, le financier l’emporte sur l’humain. Quand, dans la vie des individus, les désirs s’exacerbent ou s’anémient. Achats impulsifs ou compulsifs, avarice pathologique d’Harpagon. Combien de maux !

Les choses précieuses, vulnérables, inscrites au coeur des échanges entre les hommes, appellent un équilibre maîtrisé entre protection et soupçon, défense et critique. L’argent n’a-t-il pas besoin de son académie ? Du moins, d’instances d’équilibre ou protectrices : pour repérer les usages les plus communs, pour fixer des repères, des normes, mais aussi pour encourager les véritables inventions sociales qui remodèlent la matrice ancienne de l’économie moderne : valorisation des réseaux d’échanges de savoir, micro-fonds d’investissement qui fonctionnent comme des laboratoires et permettent de redéfinir concrètement le rôle de l’actionnaire et son pouvoir.

En modernité, l’argent peut-il être mis au service d’une liberté qui se structure dans une relation ouverte aux autres et au monde ? A quelles conditions ? À quel prix ?


J'achète Le numéro !
Dossier : Les mots de l’argent
Je m'abonne dès 3.90 € / mois
Abonnez vous pour avoir accès au numéro
Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Un héritage tentaculaire

Depuis les années 1970 et plus encore depuis la vague #MeToo, il est scruté, dénoncé et combattu. Mais serait-il en voie de dépassement, ce patriarcat aux contours flottants selon les sociétés ? En s’emparant du thème pour la première fois, la Revue Projet n’ignore pas l’ampleur de la question.Car le patriarcat ne se limite pas à des comportements prédateurs des hommes envers les femmes. Il constitue, bien plus, une structuration de l’humanité où pouvoir, propriété et force s’assimilent à une i...

Du même dossier

Les Cigales

Resumé Des clubs d’investissement citoyens, outils financiers utilisant une épargne solidaire. Projet – Comment fonctionnent les Cigales ?Jean-Pierre Dumoulin – Nées il y a vingt ans (en 1983), les Cigales (Club d’Investissement pour une Gestion Alternative et Locale de l’Epargne Solidaire) ne sont pas un outil de collecte de dons mais un outil financier réel au service du développement économique du territoire local.Quelques personnes se rassemblent, elles mettent une partie de leur épargne en ...

Un autre échange

Resumé Quand la réciprocité confère une autre valeur aux biens, aux savoirs. Projet – Pourquoi les réseaux d’échanges ont-ils été créés ?Marie-Claire Héber-Suffrin – Les « pourquoi » se sont construits au fur et à mesure, depuis le premier réseau d’échanges réciproques de savoirs, à Orly dans les années 1970-1971.Ils se sont complexifiés à mesure que la vie des réseaux se développait. Au départ, ce fut un refus quasiment viscéral, politique, pédagogique et éthique, de voir des enfants, des adult...

Les noces de l'argent et de l'économie

Resumé L’argent ne sert pas seulement à satisfaire à satisfaire des besoins naturels mais des besoins sociaux, indéfinis. Deux événements majeurs ont façonné l’humanité telle qu’elle existe aujourd’hui. Le premier s’est produit au Moyen-Orient, voilà quelque dix mille ans, quand l’espèce humaine a franchi le « pas de la socialisation », c’est-à-dire quand elle s’est agrégée en cités et, parallèlement, quand elle a inventé l’agriculture de telle sorte que les hommes vivant dans la cité, soustrait...

Du même auteur

Partage du travail : perspectives interreligieuses

Le christianisme, comme l’islam, le judaïsme ou le bouddhisme insistent sur la dignité de l’homme au travail, sur son inscription dans une communauté. L’idée d’un partage du travail est diversement accueillie. Partager avec qui ? Pourquoi ? L’auteur appelle à un engagement interreligieux concret sur le sujet. Replacée dans le cadre du dialogue interreligieux, la question du partage du travail ne tient pas de l’évidence1. Le travail se partage-t-il ? Avec qui ? On peut partager le travail, quand ...

De nouvelles formes d'engagement

Resumé Les jeunes de 2008 reproduisent-ils simplement les modèles d’engagement de leurs aînés ? Les jeunes s’engagent-ils sur des projets de manière différente que les plus âgés ? La réponse à cette question pourrait s’en tenir à souligner les écarts entre les jeunes et leurs aînés, ou à relever des changements entre les jeunes d’aujourd’hui et ceux d’hier - les nouvelles générations ne s’engagent pas comme celles qui les ont précédées. Elle peut aussi considérer que c’est toute la société qui e...

Recomposition des représentations familiales

Pour qui observe le champ de la famille, peut-on dire que le « moment mai 68 » correspond à une rupture ? Parler de moment, selon l’expression de Denis Pelletier, désignant une période ouverte des années 60 aux années 80, est plus pertinent que de se limiter à une date pour analyser les changements. Dans l’histoire sociale, le temps se fait glissant, les générations succédant aux générations. Et en effet, les évolutions de la famille révèlent une série de mutations suffisamment proches pour pou...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules