Logo du site
Dossier : Migrations et frontières

Migrations et frontières (introduction)


tAu début du XIXe siècle, peu après la chute de Napoléon, Fabrice del Dongo, le héros de la Chartreuse de Parme, traverse le Pô, la frontière séparant l’empire d’Autriche-Hongrie du duché de Parme. D’un côté du fleuve, il est un jeune homme sentimental et romantique, éprouvé par les tourments d’une passion qui l’a conduit jusqu’au meurtre. De l’autre, il espère, avec un passeport, ravir une nouvelle identité, celle de sa victime, et ne plus être entravé par des liens familiaux difficiles et ambitieux. Depuis sa participation à Waterloo, Fabrice est le témoin de l’Europe des nations qui naît au traité de Vienne : son identité sociale n’est plus seulement celle marquée des sceaux, elle est transcrite sur un passeport à présenter aux gendarmes et autres officiers impériaux. Avec ce livret, les frontières européennes prennent un nouveau sens.

A la fois définie par des conventions internationales et sans cesse traversée par des individus, la frontière devient un élément-clé de l’identité des Nations dans une Europe qui cherche un nouvel équilibre pacifié. Elle organise un cadre fixe et une référence incontournable de l’espace migratoire. C’est d’autant plus facile que jusqu’en 1945 l’Europe sera davantage une terre d’exil qu’une terre d’accueil. Durant la transition démographique qui s’égraine en Europe, Allemands, Irlandais puis Italiens ou Espagnols traversent l’Atlantique vers les territoires du nouveau monde. La frontière qu’ils franchissent signifie un départ, la promesse d’un ailleurs.

En France, la reconstruction de l’après-guerre donne un nouveau visage aux migrations. Depuis le xixe siècle, le déclin démographique est devenu patent, le besoin de main-d’œuvre se fait sentir. A la Libération, un grand plan volontariste est tracé, qui domine l’horizon jusqu’en 1974, date de la « fermeture des frontières ». Depuis, de regroupement familial en régularisations, les migrations se cherchent de nouveaux territoires. Certes, les frontières se veulent plus opaques, les besoins de main-d’œuvre plus rares, mais la réalité migratoire n’a pas disparu : elle épouse de nouveaux rythmes.

L’Europe des quinze, et bientôt des vingt-cinq, sera-t-elle cet espace protégé, emmuraillé, cerclé de barricades, citadelle enviée et redoutée ? Peut-être pas, car les espaces de l’attente et du transit, des circulations migratoires, échappent aux définitions les plus simples : certains migrants venus de l’Afrique sub-saharienne s’arrêtent provisoirement au sud de la Méditerranée alors que d’autres franchissent le détroit de Gibraltar ; certains arrivent directement, d’autres par étapes ; certains seuls, d’autres en recourant à des passeurs. Ces itinéraires révèlent l’absence d’adéquation simple entre l’accès à un territoire, l’obtention d’un visa d’entrée et d’un permis de séjour, l’ouverture de droits sociaux.

S’intéresser aux diasporas et aux allers-retours entre les pays peut permettre de saisir les nouveaux contours d’un espace migratoire en voie de constitution, de nouvelles formes de mobilité. En premier lieu, il s’agit de donner un visage au quotidien de la migration, aux modes de sociabilité et de solidarité de ceux qui vivent entre plusieurs espaces. Mais la question s’élargit : comment les réseaux de relations, de communication, peuvent-ils contribuer à agrandir les espaces de la citoyenneté ? Comment s’intègrent-ils dans des espaces politiques élargis ou en voie de constitution ? Les partenariats renforcés entre la France, l’Europe et la Méditerranée ne sont-ils que les prolongements d’une politique intérieure qui renforce les barrières ou ouvrent-ils à de véritables coopérations internationales ?

Les nouveaux développements de la migration posent des questions juridiques. Comment formaliser les règles du passage aux frontières ainsi que les modes d’accès à la citoyenneté ? La marge est étroite : d’un côté, la multiplication des contrôles et des régulations risque d’encourager la clandestinité et le développement de réseaux à caractère plus ou moins mafieux ; de l’autre, l’ouverture complète des frontières fait craindre une intensification massive de l’immigration, hypothèse dont le bien-fondé est difficile à établir.

Mais, au-delà d’un cadre juridique, il importe de replacer les migrations dans le cadre des relations internationales. Certaines équations trop simples doivent être réexaminées : l’aide au développement freine-t-elle les migrations vers les pays occidentaux ou les encourage-t-elle ? Si l’enjeu migratoire dépasse le cadre des échanges économiques et politiques, ne doit-il pas constituer le soubassement de liens culturels durables ?


Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

Le PIB nous mène dans l’impasse

Parce qu’il ne comptabilise pas tout, qu’il est incapable de mesurer le progrès social, qu’il est aveugle aux limites de la planète, le PIB nous mène dans l’impasse. Chez les économistes, la prise de conscience est lente. Mais elle a lieu. Le produit intérieur brut (PIB) et sa croissance sont passés depuis longtemps, pour ceux qui nous dirigent, du statut d’outils de technique comptable relativement pertinents1 dans leur domaine (la mesure de la production économique dans la sphère monétaire) à ...

Du même dossier

Motivations et attentes de migrants

Resumé Bouger, travailler, être libre, fuir, retrouver sa famille : quelles aspirations chez ceux qui sont saisis par « l’irrésistible attrait de la mobilité », la fascination de la frontière ? Les parcours diffèrent : hommes attirés par l’occident, femmes recherchant l’indépendance économique, jeunes ruraux en quête d’emplois. Des logiques individuelles et collectives s’affrontent. Sur plus de six milliards d’habitants de la planète, seuls quelque 150 millions sont dénombrés par les Nations uni...

L'épreuve du temps

Resumé Paradoxe cultivé : prenant les sans-papiers aux mots – « nous sommes ici depuis longtemps » – les lois invitent le résident « irrégulier » à prouver son séjour. Quittances, bulletins de salaires, factures : comment fournir un papier officiel quand on a tenté pendant dix ans de rester discret ? Au risque de croire que l’étranger le plus utile à la société est encore le clandestin. «Encore deux ans, tenez bon... », « plus que dix mois et cela va marcher... » Le quotidien des permanences jur...

Les Soninké venus du fleuve

On les appelle communément les « gens du fleuve » : ruraux sénégalais, mauritaniens ou maliens riverains du fleuve Sénégal, le plus souvent soninké ou peuls, ils émigrent depuis le xixe siècle dans toute l’Afrique 1 Cette tradition, en partie imposée par les conditions économiques et climatiques sahéliennes, sera « naturellement » reprise après les indépendances, au point que le Soninké symbolisera l’immigré africain en France durant les années 60 et 70. Hommes seuls (pas forcément célibataires...

Du même auteur

Partage du travail : perspectives interreligieuses

Le christianisme, comme l’islam, le judaïsme ou le bouddhisme insistent sur la dignité de l’homme au travail, sur son inscription dans une communauté. L’idée d’un partage du travail est diversement accueillie. Partager avec qui ? Pourquoi ? L’auteur appelle à un engagement interreligieux concret sur le sujet. Replacée dans le cadre du dialogue interreligieux, la question du partage du travail ne tient pas de l’évidence1. Le travail se partage-t-il ? Avec qui ? On peut partager le travail, quand ...

De nouvelles formes d'engagement

Resumé Les jeunes de 2008 reproduisent-ils simplement les modèles d’engagement de leurs aînés ? Les jeunes s’engagent-ils sur des projets de manière différente que les plus âgés ? La réponse à cette question pourrait s’en tenir à souligner les écarts entre les jeunes et leurs aînés, ou à relever des changements entre les jeunes d’aujourd’hui et ceux d’hier - les nouvelles générations ne s’engagent pas comme celles qui les ont précédées. Elle peut aussi considérer que c’est toute la société qui e...

Recomposition des représentations familiales

Pour qui observe le champ de la famille, peut-on dire que le « moment mai 68 » correspond à une rupture ? Parler de moment, selon l’expression de Denis Pelletier, désignant une période ouverte des années 60 aux années 80, est plus pertinent que de se limiter à une date pour analyser les changements. Dans l’histoire sociale, le temps se fait glissant, les générations succédant aux générations. Et en effet, les évolutions de la famille révèlent une série de mutations suffisamment proches pour pou...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules