Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Famille cherche société

École : dépasser la barrière culturelle et linguistique


Resumé La diversité des langues parlées en famille par les élèves peut être un atout pour l’école, comme en témoigne cette expérience originale en région parisienne.

L’école élémentaire Jean Jaurès de Garges-lès-Gonesse (Val-d’Oise) est membre des écoles associées de l’Unesco1 (Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture), un réseau international d’écoles volontaires qui œuvrent pour l’éducation à la paix, en mettant en place des programmes de dialogue interculturel et de développement durable. Depuis les années 1950, Garges-lès-Gonesse reçoit des migrants de tous les continents, par vagues successives. Aujourd’hui, plus de quatre-vingts nationalités s’y côtoient ; souvent la langue et plus encore les représentations culturelles sont des obstacles dans la communication entre l’école d’une part, et les élèves et les parents de l’autre.

Des incompréhensions surviennent alors couramment entre le corps enseignant et les familles. Face à la difficulté d’apprentissage de la langue par un élève, il arrive qu’un enseignant invite, parfois avec insistance, des parents migrants à ne plus converser dans leur langue maternelle, mais en français. À l’inverse, dérouté par l’échec de son enfant, un parent pourra reprocher au professeur d’user de méthodes pédagogiques incompréhensibles. Pour les enfants, ce conflit latent d’autorité entre deux institutions éducatives peut être source de troubles. Pour les parents, cette situation engendre une double exclusion de fait : certains ne peuvent accéder ni aux écrits et discours scolaires, ni aux méthodes des professeurs ; il leur est impossible de s’exprimer et de se faire entendre par l’école. Ces tensions ont toujours pour cause un a priori né de l’ignorance de l’autre et d’un manque de communication entre les deux parties.

C’est pourquoi, depuis maintenant près de dix ans, notre projet éducatif a fait de la diversité culturelle des familles un principe pédagogique. Nous proposons des projets de médiation interculturelle, avec un double objectif éducatif : favoriser la découverte des cultures d’accueil et des cultures étrangères dans tous nos enseignements et actions, mais surtout créer des ponts cognitifs entre l’ici (la culture française dans sa diversité historique) et l’ailleurs (les cultures et les langues du monde). Très tôt, nous avons organisé des jumelages méditerranéens et des séjours interculturels avec des pays du Maghreb, en y associant enseignants et parents volontaires. Ces jumelages ont valorisé concrètement la diversité culturelle aux yeux des familles et des élèves. Que ce soit pour l’accueil des écoliers étrangers dans les familles ou pour les familles participant au séjour, la rencontre de cet autre lointain a obligé à se préparer à l’altérité culturelle et donc à échanger entre parents, enfants et enseignants sur ses propres us et coutumes. Beaucoup ont même fait le choix de suivre les cours d’arabe proposés à l’école hors temps scolaire. Une telle reconnaissance du pluriculturalisme à l’école a été essentielle dans l’implication de beaucoup d’élèves et de parents : pour chaque participant, un contrat de progrès a été discuté avec les familles, indiquant les compétences et les aptitudes à développer pour le projet. Sans nul doute, cette reconnaissance interculturelle en acte a été un facteur de réussite et d’inclusion scolaire dans l’établissement.

À la lumière d’autres expériences (comme celle de pédagogues canadiens2), nous avons décidé, depuis un an, de proposer des actions de médiation interculturelle qui visent le quotidien. Ainsi, nous avons organisé des heures d’étude parents-enfants en langue maternelle. Au lieu de la traditionnelle réunion de début d’année, désertée par un nombre croissant de parents, nous avons planifié sur deux semaines des études dirigées par les enseignants, en présence des enfants et de leurs parents, pour montrer et parler concrètement du travail de classe et du suivi des devoirs à la maison. Un parent référent assure la traduction. Les échanges, basés sur le quotidien de la classe ou les devoirs à la maison, sont riches et constructifs. En situation plutôt qu’en parole, les enseignants peuvent plus facilement montrer aux familles ce que leurs enfants apprennent et comment ; grâce à la présence d’interprètes, les parents peuvent expliquer la façon dont ils suivent les devoirs à la maison et converser entre eux sur les réussites et les difficultés de l’accompagnement scolaire de leurs enfants. Dans cet échange, le professeur occupe une posture d’animateur plus que d’enseignant. Si besoin est, il éclaire la discussion d’explications sur des questions aussi pratiques que les méthodes de mémorisation, les rythmes chrono-biologiques, etc. Ce dialogue, dans un cadre convivial, permet d’assurer le continuum pédagogique minimum et nécessaire entre l’école et un plus grand nombre de familles, sans empiéter sur les prérogatives de chacun.

Toujours pour faire de la diversité des langues pratiquées à la maison un atout, des actions plurilinguistes dans les classes de CP et CE1 favorisent l’apprentissage de la lecture. Plusieurs goûters de contes en langue maternelle ont été proposés, en associant les parents. Depuis peu, nous avons traduit en langues turque, haïtienne, ourdou, arabe et portugaise les différents albums utilisés en classe pour apprendre à lire. Ces actions ont un triple but : développer les capacités de discrimination auditive des élèves, un préalable à la lecture, par l’écoute active de sonorités étrangères ; accroître la connaissance des cultures du monde, par un échange direct avec des parents de culture différente à travers l’oralisation de contes de divers pays ; développer la maîtrise de la langue française des enfants non francophones, en vocabulaire en particulier, dans un aller-retour entre langue maternelle et langue d’accueil, chaque narration étant traduite en simultané par un parent. Les familles migrantes peuvent ainsi contribuer, elles aussi, au projet de réussite de leurs enfants en les aidant à accéder au sens à la maison ou à l’école, et faciliter par là l’appropriation du code écrit en classe.

Aussi un dialogue pédagogique est-il possible entre enseignants et parents, parce qu’il tient compte des richesses et des apports éducatifs de chacun, par le biais d’un projet partagé qui est la réussite de l’élève, tout en respectant un cadre institutionnel imposé : l’apprentissage du socle commun. Cette expérience profite plus largement à tous les élèves, même à ceux issus de familles francophones. Elle invite chaque professeur à adopter une posture de médiateur éducatif, moins magistrale et plus contractuelle, et donc à mieux collaborer avec toutes les familles.



J'achète Le numéro !
Famille cherche société
Je m'abonne dès 3.90 € / mois
Abonnez vous pour avoir accès au numéro
Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Un héritage tentaculaire

Depuis les années 1970 et plus encore depuis la vague #MeToo, il est scruté, dénoncé et combattu. Mais serait-il en voie de dépassement, ce patriarcat aux contours flottants selon les sociétés ? En s’emparant du thème pour la première fois, la Revue Projet n’ignore pas l’ampleur de la question.Car le patriarcat ne se limite pas à des comportements prédateurs des hommes envers les femmes. Il constitue, bien plus, une structuration de l’humanité où pouvoir, propriété et force s’assimilent à une i...

Du même dossier

Le droit de la famille en quête de sens

Loin d’entériner passivement les mutations familiales, la construction du régime juridique de la famille passe par l’affirmation de valeurs. Dans le couple, l’éthique de la liberté a supplanté celle de l’engagement. Quant aux enfants, ils interrogent la responsabilité des adultes. C’est une question rarement abordée en France que la confrontation des transformations juridiques de la famille et des exigences de l’éthique, tant sociale qu’individuelle. Or les enjeux éthiques des mutations familial...

La famille à l'heure de l'individualisme

Resumé L’individualisme n’a pas eu raison de la famille, qui reste une institution centrale de la société, mais bien d’un certain « modèle familial ». L’individu est désormais confronté au défi, voire à l’angoisse, d’inventer sa famille en choisissant ses propres normes. La famille, devenue « incertaine »1, aurait-elle cessé d’être une institution? Les liens et les rôles en son sein ne seraient plus ni clairement définis, ni pérennes. L’individualisme est alors accusé d’avoir érodé l’institution...

Filiation et devenir des enfants

Resumé Quand les institutions disqualifient certains pères, certaines mères, c’est le lien de filiation et l’autorité parentale qui sont en danger. Juges, éducateurs, psychologues…, doivent travailler de concert avec les parents : tous sont responsables du devenir de l’enfant. La différenciation entre famille et société est l’un des composants du politique que l’on devrait réactualiser, car elle est niée jusque dans certains textes de lois. Ainsi, le législateur parle du syndic des copropr...

1 / . Cf. sur le site de l’Unesco « Réseau du système des écoles associées de l’Unesco » .

2 / . Cf. Lambert-Félix Prudent, Frédéric Tupin et Sylvie Wharton (dir.), Du plurilinguisme à l’école. Vers une gestion coordonnée des langues en contextes éducatifs sensibles, Peter Lang, 2005.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules