Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site

L’Église contrainte à se réformer

© Istock/allanswart
© Istock/allanswart

Un an après la remise du rapport de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église (Ciase), la succession de révélations accablantes concernant de hauts dignitaires accentue le discrédit sur le fonctionnement de l’Église catholique. Comment rétablir la confiance ? Elle exige, plus qu’un aggiornamento, une véritable révolution copernicienne, notamment sur deux points au cœur de ses égarements actuels : la culture du secret et le cléricalisme.

Les deux instances mises en place après la Ciase sont désormais opérationnelles : l’Instance nationale indépendante de reconnaissance et de réparation (l’Inirr) et la Commission reconnaissance et réparation pour les victimes de religieux et de religieuses (CRR). Mais aucune des deux ne dispose pour le moment des moyens humains et financiers suffisants aux tâches qui leur ont été confiées ; tâches qui restent d’ailleurs très peu connues dans les diocèses.

Ce dispositif apparaît pourtant essentiel. Le juriste français Louis Joinet, auteur d’un rapport de référence à l’Onu en 1997, propose quatre piliers pour reconstruire une société sur des bases démocratiques après un crime de masse : le « droit de savoir », le « droit à la justice », le « droit à réparation » et la « réforme des institutions ». Les victimes, placées au centre de ce processus, sont considérées comme sujets (et non objets) de droit. Une mission à laquelle s’attèlent courageusement l’Inirr et la CRR. 

L’exercice du pouvoir dans l’Église doit être radicalement changé pour éviter que se renouvellent de tels abus.

L’Église ne peut se relever que si elle se réforme en profondeur. La crise des abus sexuels est bien plus large que la pédocriminalité. L’heure n’est plus aux tergiversations : les évêques ne peuvent plus rester dans l’entre-soi et la « solidarité » de corps.

Il ne s’agit pas seulement d’ouvrir des espaces de contre-pouvoir pour éviter que se renouvellent de tels abus, mais d’instaurer une nouvelle forme de gouvernance, intégrant sur un pied d’égalité clercs et laïcs, hommes et femmes.

C’est donc bien l’exercice du pouvoir dans l’Église qui doit être radicalement changé, pour avancer vers une vraie représentativité et développer la coresponsabilité. Un problème systémique suppose un changement systémique.

L’Église d’outre-Rhin est déjà engagée sur cette voie, à travers un processus de réflexion original, Chemin synodal, qui accorde aux laïcs la possibilité d’un co-pilotage. En novembre dernier, lors de leur visite à Rome, les évêques allemands ont présenté d’audacieuses propositions de réformes, mettant ainsi en lumière leurs points de désaccords avec le Vatican.

En France, Promesses d’Église, un collectif d’organisations catholiques, a adressé en mai dernier une contribution à la Conférence des évêques de France. Alors qu’une opposition demeure entre un courant conservateur et un courant progressiste parmi les croyants, et y compris dans le corps épiscopal, reste à savoir si cette démarche synodale permettra d’amorcer un dialogue constructif en prise avec la gravité de la situation.

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Un héritage tentaculaire

Depuis les années 1970 et plus encore depuis la vague #MeToo, il est scruté, dénoncé et combattu. Mais serait-il en voie de dépassement, ce patriarcat aux contours flottants selon les sociétés ? En s’emparant du thème pour la première fois, la Revue Projet n’ignore pas l’ampleur de la question.Car le patriarcat ne se limite pas à des comportements prédateurs des hommes envers les femmes. Il constitue, bien plus, une structuration de l’humanité où pouvoir, propriété et force s’assimilent à une i...

Du même auteur

L’Empire au milieu

Il y a près d’un an, le vingtième congrès du Parti communiste chinois actait la reconduite de Xi Jinping pour un troisième mandat. Le dirigeant de 69 ans, au pouvoir depuis 2012, règne à présent en maître absolu sur un gigantesque pays de près de un milliard et demi de personnes.Chef de file des anti-occidentaux, le président chinois entend faire de son pays une puissance incontournable et donne la priorité à la scène internationale. Déterminé à promouvoir une communauté de destin dans la régio...

L’UE fait la force

Alors que la Chine entend imposer un nouvel ordre international, l’Union européenne revoit sa stratégie diplomatique, entre exigences éthiques et réalités économiques. Regard sans concessions d’un ancien ambassadeur. Comment qualifier la nature du régime chinois ?Je suis arrivé en Chine en juillet 2017, juste avant le 19e congrès du Parti communiste, qui a vu l’instauration du régime autoritaire de Xi Jinping. Disons les choses clairement : c...

Ce qui compte vraiment

Les conditions sont aujourd’hui réunies pour s’affranchir du produit intérieur brut (PIB), ce fameux indicateur aveugle aux limites de la planète, mais tout-puissant aux yeux des dirigeants. Cette conviction se dégage de la seconde édition du Forum international pour le bien-vivre qui se tenait sur le campus grenoblois en juin dernier.Trois jours durant, près de 1 000 personnes ont vécu au rythme de tables rondes, ateliers et conférences… Des acteurs politiques, associatifs, économiques et acad...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules