Logo du site

Écologie, passer le relais

Les deux derniers essais de Bruno Latour / Crédit : Revue Projet (CC-BY-NC-SA)
Les deux derniers essais de Bruno Latour / Crédit : Revue Projet (CC-BY-NC-SA)

Dans une période qui risque de nous laisser pantois, il existe des réflexions qui ouvrent de nouvelles perspectives. Après « où atterir ? », le philosophe et sociologue Bruno Latour se demande « où suis-je ? ». On a comme l’impression de se retrouver dans une classe de rattrapage, en présence d’élèves en difficulté qui espèrent revenir aussi vite que possible au « monde d’avant ». Mais le maître se livre à une leçon de métaphysique. Et, en bon pédagogue, plutôt que d’asséner des connaissances, il invite à entrer dans un apprentissage : celui d’une description commune du monde, afin de comprendre ce à quoi nous tenons et pour mieux définir les lignes de conflit. Bruno Latour poursuit ainsi une révolution des idées, du temps et de l’espace pour nous encourager à devenir « terrestres ».

Où suis-je ?, essai à mi-chemin entre le conte et le manifeste, arrive à point nommé, alors que nous étouffons derrière nos masques et l’absence de visibilité. Surtout, il est un passage de relais à une nouvelle génération d’intellectuels en France. Parmi leurs horizons communs : sortir de l’impasse productiviste, repenser notre rapport au vivant, dépasser le dualisme entre nature et culture... Ces nouveaux penseurs pragmatiques s’accordent avec la perspective du « fait social total » de Marcel Mauss pour saisir l’homme dans sa complétude. Ils se connaissent, se stimulent et se critiquent. On les retrouve fréquemment dans les médias et sur les réseaux sociaux. Beaucoup, toutefois, ont fait le choix de vivre au vert, et parfois de s’engager dans la sphère publique. Le philosophe et pisteur Baptiste Morizot vit dans la Drôme et se mobilise au sein du projet « Vercors vie sauvage ». Il défend l’idée de politiser l’émerveillement pour en faire le vecteur de luttes concrètes. Nastassja Martin, anthropologue spécialiste des populations subarctiques en Alaska, s’est installée en Isère et a rejoint le collectif citoyen « La Grave autrement ». Elle plaide pour une nouvelle écologie des relations et renoue avec la puissance du récit littéraire. Quant à la philosophe éco-féministe Émilie Hache, elle vit à Die et mène des projets théâtraux…

Cette vitalité ne se limite pas à ce courant engagé sur les pas de Bruno Latour et de Philippe Descola. On assiste au contraire à une effervescence de galaxies, qui ne va certes pas sans ambiguïtés et sur laquelle nous pourrons revenir en juin prochain dans le dossier « Ce que fait l’écologie à la politique ». Dans l’immédiat, nous avons le plaisir de vous proposer un reportage sur le projet Fleurs d’Halage. Ou comment, en actes, donner à l’écologie une visée politique, sociale et économique.

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

« Les religions diffèrent, mais les questions sont universelles »

Pour l’anthropologue Maurice Godelier, l’idée que les religions puissent disparaître de nos sociétés n’est pas crédible. Elles occupent une place unique, sans concurrencer directement le politique. Qu’est-ce qui est « au fondement des sociétés humaines », si ce n’est la parenté ?Maurice Godelier – La parenté est fondamentale pour le développement de chaque être humain : on naît dans une famille, on ne peut pas survivre sans des adultes qui s’occupent de nous et nous transmettent quelque chose, c...

Du même auteur

L’envol de la chouette

Le confinement mis en place pour contenir l’épidémie s’est traduit par toute une série de restrictions : limitation des déplacements, couvre-feu, port du masque… Comme les secouristes de haute montagne, nos comportements étaient dictés par une injonction à ne pas penser pour éviter une chute fatale. Un vent de liberté souffle à présent et l’on se réjouit de retrouver, petit à petit, nos libertés suspendues.Mais n’avançons-nous pas en terrain miné ? L’histoire nous enseigne que c’est dans les te...

Climat : « Le processus international s’enlise »

Les négociations internationales sur le climat ont pris de l’ampleur au début des années 1990. Sont-elles en bonne voie ou vouées à l’impasse ? Décryptage avec Amy Dahan, spécialiste des interactions climat et science politique.  Dans un ouvrage de référence sur les négociations internationales pour le climat1, vous dressez le constat d’un immobilisme de la gouvernance mondiale. Qu’en est-il ?Amy Dahan – Le propos était de retrace...

« Les maires sont plus pragmatiques que les élus nationaux »

La lutte contre le réchauffement climatique mobilise aujourd’hui une centaine de maires de grandes métropoles, coalisés au sein du réseau C40. Entretien avec Caterina Sarfatti, directrice du programme « Action climatique inclusive ». Pourquoi les métropoles, au niveau mondial, vous semblent-elles la bonne échelle d’action contre le réchauffement climatique ?Caterina Sarfatti – La majorité des métropoles du réseau C40 sont d’ores et déjà très for...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules