Logo du site

La Revue Projet, c'est...

Une revue bimestrielle, exigeante et accessible, au croisement entre le monde de la recherche et les associations de terrain.

Écologie, passer le relais

Les deux derniers essais de Bruno Latour / Crédit : Revue Projet (CC-BY-NC-SA)
Les deux derniers essais de Bruno Latour / Crédit : Revue Projet (CC-BY-NC-SA)

Dans une période qui risque de nous laisser pantois, il existe des réflexions qui ouvrent de nouvelles perspectives. Après « où atterir ? », le philosophe et sociologue Bruno Latour se demande « où suis-je ? ». On a comme l’impression de se retrouver dans une classe de rattrapage, en présence d’élèves en difficulté qui espèrent revenir aussi vite que possible au « monde d’avant ». Mais le maître se livre à une leçon de métaphysique. Et, en bon pédagogue, plutôt que d’asséner des connaissances, il invite à entrer dans un apprentissage : celui d’une description commune du monde, afin de comprendre ce à quoi nous tenons et pour mieux définir les lignes de conflit. Bruno Latour poursuit ainsi une révolution des idées, du temps et de l’espace pour nous encourager à devenir « terrestres ».

Où suis-je ?, essai à mi-chemin entre le conte et le manifeste, arrive à point nommé, alors que nous étouffons derrière nos masques et l’absence de visibilité. Surtout, il est un passage de relais à une nouvelle génération d’intellectuels en France. Parmi leurs horizons communs : sortir de l’impasse productiviste, repenser notre rapport au vivant, dépasser le dualisme entre nature et culture... Ces nouveaux penseurs pragmatiques s’accordent avec la perspective du « fait social total » de Marcel Mauss pour saisir l’homme dans sa complétude. Ils se connaissent, se stimulent et se critiquent. On les retrouve fréquemment dans les médias et sur les réseaux sociaux. Beaucoup, toutefois, ont fait le choix de vivre au vert, et parfois de s’engager dans la sphère publique. Le philosophe et pisteur Baptiste Morizot vit dans la Drôme et se mobilise au sein du projet « Vercors vie sauvage ». Il défend l’idée de politiser l’émerveillement pour en faire le vecteur de luttes concrètes. Nastassja Martin, anthropologue spécialiste des populations subarctiques en Alaska, s’est installée en Isère et a rejoint le collectif citoyen « La Grave autrement ». Elle plaide pour une nouvelle écologie des relations et renoue avec la puissance du récit littéraire. Quant à la philosophe éco-féministe Émilie Hache, elle vit à Die et mène des projets théâtraux…

Cette vitalité ne se limite pas à ce courant engagé sur les pas de Bruno Latour et de Philippe Descola. On assiste au contraire à une effervescence de galaxies, qui ne va certes pas sans ambiguïtés et sur laquelle nous pourrons revenir en juin prochain dans le dossier « Ce que fait l’écologie à la politique ». Dans l’immédiat, nous avons le plaisir de vous proposer un reportage sur le projet Fleurs d’Halage. Ou comment, en actes, donner à l’écologie une visée politique, sociale et économique.

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Endettement, maux et bienfaits

Resumé L’endettement est devenu le levier le levier de l’économie. L’ouverture qu’il propose sur l’avenir est aussi un risque, une chaîne, inégalement supportés. Au début du XVIIIe siècle, Bernard de Mandeville avait fait scandale en publiant la Fable des abeilles : il y expliquait que la dépense ostentatoire des uns permettait de faire travailler les autres, donc contribuait à faire fonctionner la société correctement. Il en est de même aujourd’hui de l’endettement. Sans lui, l’économie contemp...

L'engagement politique dans la chaîne des générations

Dans un climat politique désenchanté, les jeunes s’engagent de façon intermittente, protestataire, pragmatique. A la question de savoir si les jeunes générations d’aujourd’hui sont plus ou moins politisées, plus ou moins engagées, que celles qui les ont précédées, on ne peut répondre de façon simple et univoque. Car toute génération nouvelle reprend en partie les usages de la citoyenneté et les modes de participation politique de celles qui l’ont précédée, mais elle les recompose et les réinvent...

Du même auteur

« Les maires sont plus pragmatiques que les élus nationaux »

La lutte contre le réchauffement climatique mobilise aujourd’hui une centaine de maires de grandes métropoles, coalisés au sein du réseau C40. Entretien avec Caterina Sarfatti, directrice du programme « Action climatique inclusive ». Pourquoi les métropoles, au niveau mondial, vous semblent-elles la bonne échelle d’action contre le réchauffement climatique ?Caterina Sarfatti – La majorité des métropoles du réseau C40 sont d’ores et déjà très for...

En vert et contre tout

Reconnaissons-le, écologie et politique ne font pas toujours bon ménage ! La prise en compte des enjeux écologiques dans l’action politique et dans l’organisation sociale reste lente, difficile et parfois décourageante face à la gravité des enjeux. Comment se fait-il que la France, pays hôte de la COP21, ait à nouveau manqué l’objectif qu’elle s’était fixé pour 2019, réduisant ses émissions de 0,9 % au lieu des 1,5 % visés ? Le Haut conseil pour le climat le souligne dans son rapport 2020 : « L...

Faut-il toujours payer ses dettes ?

La dette publique française devrait dépasser les 120 % du produit intérieur brut pour la seule année 2020, soit près de 80 000 euros par ménage. Ces chiffres donnent le vertige ! Il faudra bien, à un moment donné, payer la facture. La dette n’est-elle pas liée par définition au devoir de rembourser ? Qui n’a pas entendu ce discours, voire ce dogme, difficilement contestable ?On peut pourtant réinterroger cette prétendue évidence morale, comme nous y invite David Graeber. L’anthropologue américa...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules