Logo du site
Torus Mastaz (CC BY-NC-ND 2.0)
Torus Mastaz (CC BY-NC-ND 2.0)

Face à une crise économique inédite : le nécessaire engagement massif de l’État


Si la crise sanitaire est l’urgence première, l’économiste Gaël Giraud nous alerte quant à la profonde crise économique qui nous guette. Celle-ci, impactant directement l’économie réelle, ne ressemble en rien à la crise boursière de 1929 ou celle des subprimes de 2008. Comment l’éviter ? L’auteur propose de sortir des carcans idéologiques néo-libéraux qui ont guidé nos gouvernements et institutions jusqu’à aujourd’hui. Il appelle à un engagement massif de l’État pour créer des emplois et l’annulation d’une partie des dettes publiques.


Redisons-le : cette pandémie aurait pu et dû être évitée si, à l’instar de la Corée du Sud et de Taïwan, l’Occident et l’Inde avaient pratiqué un dépistage systématique dès les débuts de l’épidémie, accompagné d’une mise en quatorzaine des cas positifs et de la distribution massive de masques1. En outre, le confinement en tant que tel sert juste à gagner du temps sur la pandémie. Mais si ce temps n’est pas utilisé pour produire les enzymes qui permettent de réaliser des tests en grand nombre, il est perdu : à la sortie du confinement, une fraction trop faible de la population sera immunisée contre le virus pour que l’épidémie ne reprenne pas de plus belle avec, en prime, un secteur hospitalier à genoux. Sans compter les possibilités de mutation du virus. Les priorités sanitaires sont donc claires :

  • fournir en urgence à nos médecins et aux hospitaliers le matériel nécessaire pour sauver des vies tout de suite ;
  • augmenter considérablement le nombre de tests : la France s’apprête à en pratiquer 200.000 par semaine là où l’Allemagne effectue 500.000 tests hebdomadaires depuis le début de la pandémie. Outre un système hospitalier bien moins touché par l’austérité budgétaire que celui de la France2, cette pratique du dépistage (recommandée depuis les débuts de la crise par l’OMS et les médecins chinois) explique largement le faible nombre de victimes outre-Rhin, jusqu’à présent.

Toutefois, la crise sanitaire se double, évidemment, d’une autre, de bien plus longue durée : la dépression économique qui frappe, déjà, la quasi-totalité des économies du monde. L’explosion du chômage promet de mettre un grand nombre de gouvernements sous une très forte pression politique : comment ne

Cet article est réservé aux abonné.e.s

vous pouvez l'acheter à l'unité ou par Dossier
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

Revue-Projet.com offre l'accès gratuit aux articles de moins de 2 mois ou plus de 4 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules