Logo du site
©Pexels / Donald Tong
©Pexels / Donald Tong

Terrorisme, radicalisation : que peut la prison ?


Entretien - Qu’est-ce qui conduit des jeunes Français à se radicaliser ? Que représente la prison dans leur parcours ? Pour F. Khosrokhavar, la radicalisation répond à une recherche d’appartenance, dans une société qui exclut. La prison est un des maillons de la chaîne. Il est temps de l’humaniser.

Connaît-on le nombre des personnes visées par des faits de terrorisme, de complicité, de propagande, ou identifiées comme présentant des risques, et leur part dans la population carcérale ?

Farhad Khosrokhavar - Le ministère de la Justice avançait le chiffre de 1200 à 1500 personnes radicalisées actuellement en prison, dont environ 350 condamnées pour ce fait1. La proportion est faible par rapport à l’ensemble de la population carcérale (près de 70 000). Mais en un sens, c’est énorme ! Quand un terroriste fait exploser un engin, cela n’a pas du tout le même poids symbolique qu’un accident de la route, même si la mortalité routière est sans commune mesure avec le nombre de victimes du terrorisme. Les chiffres du terrorisme ne reflètent pas l’angoisse de la population, surtout à l’égard du djihadisme. Le terrorisme d’extrême gauche ou celui d’Irlande du Nord étaient… « apprivoisés ». On savait à quoi s’en tenir et l’on pouvait contextualiser ces évènements. Aujourd’hui, avec le djihadisme, la société a le sentiment qu’il s’agit d’individus venus de l’extérieur. L’idéologie n’a pas de source en Occident et ce terrorisme revendique des principes religieux, alors qu’on pensait en avoir fini avec le phénomène religieux depuis la sécularisation.

Nos sociétés s’étaient habituées à compter quelques dizaines de terroristes. L’armée et les services de renseignement y étaient préparés. Mais parler de « radicalisés » couvre une réalité différente. Même pour quelques centaines, les services de police ne sont pas prêts. Pour surveiller un individu, il faut entre 10 et 15 personnes. Et pour suivre tous ceux qui sont susceptibles de passer à l’acte, il en faudrait 20 000.

Cet article est réservé aux abonné.e.s

vous pouvez l'acheter à l'unité ou par Question en débat
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

Revue-Projet.com offre l'accès gratuit aux articles de moins de 2 mois ou plus de 4 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules