Logo du site

« La justice, une affaire de professionnels ? » (introduction)


Les citoyens seront désormais appelés à juger, aux côtés des magistrats, de certains délits. Ainsi en a décidé le parlement. Parce qu’elle est rendue « au nom du peuple français », la justice doit-elle être rendue par le peuple ? Selon que l’on est juré d’assises, juge professionnel ou constitutionnaliste, le regard diffère.

Présents de longue date en cour d’assises pour juger des crimes, les citoyens seront désormais « appelés à compléter le tribunal correctionnel » pour juger de certains délits : les atteintes à la personne humaine punies de cinq ans d’emprisonnement au moins (violences, vols). Ainsi en a décidé le parlement le 6 juillet 2011. Deux « citoyens assesseurs » siégeront aux côtés de trois magistrats, en première instance et en appel, et le nombre de jurés en cours d’assises sera réduit. Une phase d’expérimentation court jusqu’au 1er janvier 2014.

La loi est contestée dans ses motifs. Visant selon le chef de l’État à « rapprocher » les Français de leur justice, elle pointe du doigt, en réalité, le prétendu laxisme des magistrats en les flanquant de citoyens supposés plus sévères. À l’approche des élections, tandis que le gouvernement peine à expliquer l’augmentation de 21,2 % des atteintes aux personnes entre 2002 et 20101 , les magistrats font figure de bouc émissaire.

Reste le débat sur l’opportunité d’associer de simples citoyens à l’exercice de la justice. Parce qu’elle est rendue « au nom du peuple français », la justice doit-elle être rendue par le peuple? Parce qu’elle n’est pas que procédures et rappels au code, n’offre-t-elle pas déjà une métaphore du lien politique? L’expérience forte vécue par les jurés d’assises, inquiets de leur légitimité mais soupçonneux envers les juges professionnels (cf. Aziz Jellab et Armelle Giglio-Jacquemot), est significative d’une forme plus active de citoyenneté, que le constitutionnaliste Dominique Rousseau appelle à développer. Un enthousiasme partagé mais nuancé par le magistrat Michel Huyette, qui rappelle que la complexité du droit en fait un métier.

Du même auteur

Pour une économie relationnelle

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

On peut en savoir beaucoup sur quelqu'un à ses chaussures où il va où il est allé qui il est qui il cherche à donner l'impression qu'il est À cette observation de Forrest Gump dans le film éponyme1 on pourrait ajouter Quel monde il invente Car l'analyse du secteur de la chaussure objet du quotidien s'il en est en dit long sur notre système économique Un système qui divise À commencer par les humains quel acheteur est capable de mettre un visage derrière la fabrication de sa paire de...

Libérons-nous de la prison !

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

Nous aurions pu comme en 1990 intituler ce numéro Dépeupler les prisons Projet n 222 Car de l'inventaire dressé alors il n'y a pas grand chose à retirer Les conditions de vie en détention notamment pour les courtes peines et les détenus en attente de jugement restent indignes d'un pays qui se veut patrie des droits de l'homme Mais à la surpopulation carcérale on préfère encore et toujours répondre par la construction de nouvelles prisons Sans mesurer que plus le parc pénitentiaire s...

Le logement n’est pas une marchandise

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

Nada mejor que volver a casa chante le Cubain Raúl Paz Rien de mieux que de rentrer chez soi Un chez soi digne de ce nom c'est un point d'ancrage qui nous sécurise un lieu de repli nécessaire à notre équilibre C'est de cela que sont privées les 4 millions de personnes mal logées en France Parmi elles 900 000 n'ont pas même un logement à elles un chiffre qui ne cesse d'augmenter1 Pour peu que l'on puisse rentrer chez soi en mesure t on encore toute la valeur À moins que nous en ayons u...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules