Logo du site

G8-G20: quelle légitimité? (éditorial)


Que restera-t-il du G8 de Deauville, au-delà des quelques milliards en soutien à la transition démocratique en Égypte et en Tunisie? La traditionnelle « photo de famille »? L’image paraîtra vite surannée. De légitimité, le G8 n’a jamais eu que sa force de propositions. Il n’a pas de mandat. Il représente moins de 15 % de la population mondiale. Même la logique censitaire plaiderait pour son abandon : il ne pèse plus que 42 % du Pib planétaire, contre 70 % jadis. Au nom de quoi le « Vieux G7 »1 se réunit-il donc encore? Est-ce une « réaction nobiliaire des puissances traditionnelles pour se maintenir dans le circuit de la gouvernance mondiale en réaffirmant le bien-fondé de [leurs] privilèges »2 ?

Le club défendrait une communauté de valeurs. Mais quelle valeur le G8 et l’Europe accordent-ils à la démocratie s’ils assoient la gouvernance de la planète sur l’exclusion d’une majorité de pays? Et si, oublieux de l’engagement, pris en 2007, de libérer le fauteuil européen à la tête du Fonds monétaire international (FMI), ils y imposent à nouveau leur candidate? Fragile, l’Europe s’inquiète d’y perdre la main, mais les pays du Sud ont-ils eu leur mot à dire lorsque le FMI leur imposait la conduite économique à tenir? Las! Ce sont les populations des pays arabes qui rappellent l’Europe à ses valeurs, elle qui a trop longtemps soutenu des régimes les réduisant au silence et à la misère, et qui continue de leur refuser l’hospitalité.

Le G20, certes un peu plus représentatif que le G8, perpétue une diplomatie de club. A contrario, l’Onu est fondée sur un principe d’inclusion et se réfère à des aspirations plus porteuses que la seule prospérité économique. Encore faudrait-il lui donner les moyens de ses ambitions. Et ne pas torpiller ses efforts, comme l’ont fait les Occidentaux au printemps 2009 lorsqu’elle avança des réponses jugées trop hétérodoxes à la crise économique et financière3 . Pour relever les défis qui s’imposent à elle, la planète doit être gouvernée. Mais non par une poignée d’États se posant en patriarches.

30 mai 2011

Du même auteur

Pour une économie relationnelle

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

On peut en savoir beaucoup sur quelqu'un à ses chaussures où il va où il est allé qui il est qui il cherche à donner l'impression qu'il est À cette observation de Forrest Gump dans le film éponyme1 on pourrait ajouter Quel monde il invente Car l'analyse du secteur de la chaussure objet du quotidien s'il en est en dit long sur notre système économique Un système qui divise À commencer par les humains quel acheteur est capable de mettre un visage derrière la fabrication de sa paire de...

Libérons-nous de la prison !

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

Nous aurions pu comme en 1990 intituler ce numéro Dépeupler les prisons Projet n 222 Car de l'inventaire dressé alors il n'y a pas grand chose à retirer Les conditions de vie en détention notamment pour les courtes peines et les détenus en attente de jugement restent indignes d'un pays qui se veut patrie des droits de l'homme Mais à la surpopulation carcérale on préfère encore et toujours répondre par la construction de nouvelles prisons Sans mesurer que plus le parc pénitentiaire s...

Le logement n’est pas une marchandise

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

Nada mejor que volver a casa chante le Cubain Raúl Paz Rien de mieux que de rentrer chez soi Un chez soi digne de ce nom c'est un point d'ancrage qui nous sécurise un lieu de repli nécessaire à notre équilibre C'est de cela que sont privées les 4 millions de personnes mal logées en France Parmi elles 900 000 n'ont pas même un logement à elles un chiffre qui ne cesse d'augmenter1 Pour peu que l'on puisse rentrer chez soi en mesure t on encore toute la valeur À moins que nous en ayons u...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules